Marc-André Goulet, producteur à Nantes

De Master à Prestige : le choix d’une conduite plus réactive

Après de longues années d’expérience avec Grodan Master, Marc-André Goulet, producteur de tomate en région nantaise, découvre les avantages du pain Grodan Prestige. Une conduite plus réactive qu’il a rapidement su apprivoiser. 

Après une première expérience comme chef de culture chez un serriste de la région nantaise, Marc-André Goulet s’est installé en 1993 sur le site de la Chenardière, une exploitation située sur la commune de Haute-Goulaine, à deux pas de l’exploitation familiale et à peine plus loin de celle de son premier employeur. Sur les 2,4 ha de serres que compte le site de la Chenardière, M.-A. Goulet a entrepris la rénovation du parc en deux étapes : 1,4 ha dès son année d’installation, 1 ha quelques années plus tard. L’entreprise de M.-A. Goulet s’est agrandie en 2000 avec la reprise de l’exploitation familiale et le départ à la retraite de la génération précédente. Aujourd’hui, M.-A. Goulet produit uniquement de la tomate, sur un total de 8,4 ha de serres dont les dernières constructions datent de 2014 et 2016 (serre semi fermée). La production se répartit pour 1/3 en tomate ronde, 1/3 en grappe et 1/3 en cerise allongée. Toute la commercialisation est confiée au groupe coopératif Océane.

« La totalité du foncier de l’exploitation est aujourd’hui occupé par des serres. Le développement de l’entreprise ne peut s’appuyer que sur la rénovation des outils existants. Mais les orientations actuelles sont surtout dictées par les évolutions incertaines de nombreux facteurs de production », souligne M.-A. Goulet.

Le gaz augmente plus vite que l’électricité
Concernant l’énergie, l’entreprise bénéficie d’un contrat de rachat d’électricité avec EDF mais l’avenir du système de cogénération qui assure le chauffage des serres n’est pas pour autant sécurisé. « Actuellement le prix du gaz augmente plus vite que celui de l’électricité. Toutefois, EDF a exceptionnellement prolongé la période de rachat d’électricité en avril et mai. Cela nous a permis de faire fonctionner la cogénération plus longtemps, sur une période où le chauffage est encore utile le matin, notamment pour déshumidifier », précise M.-A. Goulet. Dans ce contexte où les paramètres de gestion du climat évoluent sans cesse, que la maîtrise des coûts de production devient un casse-tête, M.-A. Goulet a fait le choix du pain Grodan Prestige pour une grande partie de ses cultures, notamment pour 100 % de ses surfaces en tomate grappe et 50 % de ses parcelles de tomate cerise. Pour le reste de sa production il continue d’utiliser le pain Grodan Master.

Prestige est un pain plus drainant avec lequel il est possible de faire varier l’humidité rapidement, à la hausse comme à la baisse. Il répond mieux aux sollicitations du producteur qui peut ainsi orienter plus facilement le comportement des plantes, notamment en début ou fin de culture, lorsque les amplitudes de climat sur une journée sont maximales.

Prestige a de vrais atouts
« Comparativement au pain Master qui a tendance à rester plus humide, Prestige permet d’assécher plus vite le substrat. C’est un vrai atout, en particulier lorsqu’on a tendance, comme cette année, à gérer le chauffage au plus juste, pour éviter que nos coûts de production ne s’envolent », précise M.-A. Goulet. « Prestige est un pain très intéressant qui demande toutefois quelques adaptations dans la gestion des irrigations. Lorsque les plantes sont très sollicitées, il faut savoir démarrer les arrosages un peu plus tôt et les prolonger un peu plus tard en fin de journée. Il ne faut pas s’étonner non plus de ne pas voir les racines, surtout en début de culture. Avec Prestige, la colonisation du substrat intervient d’abord à l’intérieur du pain », ajoute M.-A. Goulet qui apprécie le comportement de ce pain. « Il permet aussi de conserver une plus grande stabilité de la conductivité, et c’est pour moi un point positif. Par contre, il faut savoir, qu’en cas d’accident d’arrosage, Prestige est plus difficile à ré-humecter. Il est facile de remouiller un pain Master par un bon arrosage, même en situation extrême et dans le cas de plantes fanées. En revanche, avec Prestige la gestion de ce type d’incident implique forcément un passage manuel ».  Les deux pains, Prestige et Master ont donc beaucoup de qualités, Prestige est plus séchant et plus réactif, Master a plus d’inertie mais peut être une solution de sécurité dans certaines situations. Le bilan en fin de saison permettra à M.-A. Goulet d’affiner la comparaison entre les deux types de pains. L’incertitude énergétique pourrait jouer en faveur de Prestige. M.-A. Goulet utilise également des cubes Plantop que lui fournit son producteur de plants. Au-delà de la compatibilité parfaite entre les cubes et les substrats Grodan, M.-A. Goulet apprécie le fait que ce type cube lui permet si besoin de prolonger la période de pré-plantation. Cette période qui dure en général 2 à 3 semaines, peut aller jusqu’à un mois afin d’attendre une période favorable. « C’est plus confortable », conclut M.-A. Goulet.

Pour plus d'informations : 
Grodan
www.grodan.fr 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)