La Coopérative Hoogstraten reçoit des commerçants pour ses Taste Days Soft Fruit

« Je suis un homme avec des goûts simples. Je me contente toujours du meilleur ». C'est avec cette citation d'Oscar Wilde que Jan Engelen a ouvert les Taste Days Soft Fruit de la Coopérative Hoogstraten, mardi 28 juin. La coopérative belge a organisé ces journées du goût le mardi 28 juin et le mercredi 29 juin.

Ces journées offrent aux partenaires commerciaux de cette coopérative belge la possibilité de se familiariser avec les différentes variétés de fruits rouges, les recherches effectuées et la culture. « Nous estimons qu'il est important qu'ils sachent quel type de travail et de compétences sont nécessaires à la culture, et nous voulons qu'ils comprennent ce qu'implique la recherche. »

Cliquez ici pour le reportage photo.

Par une journée radieuse et ensoleillée, Hoogstraten a reçu ses invités dans son centre de recherche. Ces premières Journées du goût des fruits rouges répondent au principe de la coopérative de partager les connaissances sur ses tomates. « Nous avons reçu tellement de réponses positives à ce sujet que nous avons constaté un besoin de partager notre savoir-faire et de montrer ce que nous faisons ici », explique Michiel Vermeiren de la Coopérative Hoogstraten.

« C'est là qu'est née l'idée des journées du goût ; nous voulions également partager le savoir-faire en matière de fruits rouges. » Les négociants présents ont pu jeter un coup d'œil dans les coulisses grâce à une visite du centre de recherche et de l'exploitation de myrtilles du producteur Tom Mertens. Le fonctionnement du robot UVC a été expliqué - il circule à travers les plantes la nuit. « Sa lumière UVC combat automatiquement les champignons sur environ 1,5 hectare par nuit », a déclaré Peter Melis, chercheur au centre.


Jean-Philippe Morrier (Calsa), Olivier De Meyer (Demargro), et Curd Vanmarcke (Vergro)

« Le succès d'une variété repose sur de nombreux facteurs. La saveur, aussi subjective soit-elle, est évidemment importante. Mais il faut également tenir compte des volumes de la plante, de la durée de conservation du fruit et de sa sensibilité aux maladies. » Le chercheur a évoqué les différentes recherches menées dans les serres du centre. Plusieurs phases sont nécessaires. « Nous commençons par examiner les nouvelles variétés que nous rencontrons, par exemple à l'étranger », explique Melis.

Maarten Hofkens, du centre de recherche, poursuit : « Ensuite, nous commençons les essais de variétés, en nous concentrant sur la qualité des fruits, la durée de conservation, la sensibilité aux maladies, le mode de croissance, la production et le calibrage. Nous passons ensuite aux essais de culture pour trouver la méthode de culture optimale. Ces tests sont souvent combinés à des essais chez les producteurs. Enfin, nous soumettons la variété à un examen pratique ».

Après toutes ces discussions, les négociants ont pu goûter et juger les différentes variétés. « Nous pensons qu'il est essentiel d'apprendre quelles sont les variétés préférées de nos clients », a déclaré Jan. Les différents types, répartis entre les variétés de type « June-bearers » (récolte unique) et « Through-bearers » (volumes plus faibles mais récoltés tout au long de la saison), étaient exposés. « Nous vendons généralement aux enchères moins de porteurs traversiers, comme les Murano, les Favori et les Aurorakarima. »

« Elles ne sont généralement pas considérées comme aussi savoureuses que les variétés de juin, comme les Elsanta, Sonsation et Falco », a-t-il ajouté. Peter a donné aux visiteurs un aperçu de ce que sera l'avenir. Il a indiqué qu'une variété pérenne prometteuse semble être en cours d'essai. Dans deux ans, de nombreux cultivateurs devraient disposer de celle-ci. Il semble que, pour l'instant, les négociants préfèrent les porteurs de juin.


Producteurs, Gert Mulders, Peter Leenaerts, et Tom Mertens

La journée s'est terminée à la ferme de myrtilles de Tom Mertens. Avec quelques collègues producteurs, il a emmené les invités dans sa parcelle, où il a expliqué la culture intensive de la myrtille belge. Ce fruit est encore récolté manuellement, notamment pour protéger sa couche duveteuse. « Nous pouvons cueillir six à sept kg par heure », a déclaré Tom.

« La qualité de cette année est vraiment exceptionnelle. » Les commerçants, qui ont pu récolter quelques-unes des myrtilles de Tom, ont confirmé cette affirmation. De retour au Centre de recherche, une dernière dégustation de l'assortiment des producteurs d'Hoogstraten était disponible, dont les melons belges uniques de Tom Verdonck de Tomeco.

Cliquez ici pour le reportage photo.

Pour plus d'informations :
Coopérative Hoogstraten
59 Loenhoutseweg
2320, Hoogstraten, Belgique
Tél. : +32 (0) 334 00 211
info@hoogstraten.eu
www.hoogstraten.eu


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)