Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

« C'est comme s'ils nous jettaient dans une eau glacée, pendant nos semaines de pointe »

Un protocole européen « draconien, vicieux et contraire à l'éthique » visant à perturber les oranges d'Afrique du sud

« Comment pouvez-vous traiter un partenaire commercial de plus de cent ans comme ça ? », se demande Charles Rossouw, propriétaire de Roslé Citrus dans la région de Limpopo’s Senwes, qu’il représente au conseil d’administration de l’Association des agrumiculteurs, à propos de la nouvelle exigence selon laquelle les oranges destinées à l’Europe doivent désormais être pré-refroidies et expédiées sous des températures prescrites.
 
La majorité des oranges en provenance du Limpopo, où 60 % des oranges d’Afrique du Sud sont cultivées, était chargée à température ambiante pour l’Europe, et l’Afrique du Sud a envoyé 40 % de ses oranges uniquement vers l’Europe en 2020, et ce à contre-saison de la propre production de l’Europe. Les agrumes sud-africains sont déjà protégés par des droits de douane à partir de la mi-octobre.
 
Le nouveau protocole aura un impact considérable sur les fruits et l'impact du protocole sera sévère et incroyablement dramatique, selon Charles.
 
 
« Nous ne savons pas si nous aurons la capacité de nous conformer au protocole. Sans délai de préparation, arrivant en plein dans nos semaines de pointe, et avec les détails qui nous ont été communiqués très tard, nous laissant pas le temps de renforcer la capacité dans les entrepôts frigorifiques. »
 
« Les fruits resteront dans les chambres froides pendant une semaine de plus, mais entre-temps, les chambres froides sont déjà soumises à une pression énorme et complètement remplies. Un blocage se développera, moins de palettes passeront par le système et les agriculteurs ne pourront pas acheminer tous leurs fruits vers le port. C'est un protocole complètement draconien et c'est vicieux de le jeter sur nous comme un seau d'eau de glace, en pleine période de pointe. »
 
« Il est certain à 100 % que certaines fermes vont fermer leurs portes »
Il met inutilement en danger la survie des exploitations agrumicoles d'Afrique australe et ce à quoi la Commission Européenne choisit de ne pas penser, dit-il, c'est que les économies rurales où l'on cultive des agrumes en Afrique du Sud sont totalement dépendantes des exportations de fruits.
 
Lorsque les exploitations agricoles doivent réduire leurs effectifs ou sombrer, des milliers de personnes perdent leurs moyens de subsistance et cela, déclare Charles, est une question non seulement d'économie, mais aussi d'éthique.
 
« Il est certain à 100 % que certaines exploitations fermeront leurs portes et que des gens perdront leur emploi à cause de cela. Les fermes subissent une pression énorme sur les coûts et beaucoup ont déjà du mal à atteindre le seuil de rentabilité. »
 
Le protocole affectera également l’industrie zimbabwéenne des agrumes en voie de rétablissement, ainsi que celles d’autres pays africains comme l'Eswatini (anciennement Swaziland). « Comment arrivez-vous à concilier la nécessité de réduire la pauvreté et la sécurité alimentaire en Afrique avec cette décision ? »
 
Et puis il y a l’impact environnemental, quand nous sommes supposés aller vers une moindre consommation de carbone dans nos systèmes de production. Il faudra plus d'électricité pour amener le fruit à la température requise et pour refroidir les récipients. »
 
La hâte d'arriver à une décision laisse les détails essentiels du protocole non clarifiés
Des parties essentielles du protocole demeurent, selon les termes d'un gérant de magasin frigorifique du KwaZulu-Natal, une « question à un million de dollars » : par exemple, la température avant refroidissement de 5°C cette saison sera-t-elle encore abaissée, à 0°C et 2°C l'année prochaine, comme le stipulent les règlements des deux régimes de navigation publiés le mois dernier au Journal Officiel de l'UE ?
 
« Les objectifs semblent constamment changer », dit-il, affirmant que les politiciens ont détourné le débat des scientifiques qui avaient initialement rejeté ces mêmes amendements au protocole. L'Association des agrumiculteurs a décrit comment, dès que le gouvernement espagnol s'est impliqué dans le processus décisionnel, le nouveau protocole a été adopté en une seule journée.
 
Le refroidissement forcé découragera les programmes de pulvérisation plus douce
Les agrumes sud-africains et d'autres exploitations fruitières ont suivi un système de gestion du faux carpocapse qui consiste en des contrôles et des équilibres d'atténuation des risques tout au long de l'année dans le verger et dans les installations de conditionnement.
 
Il souligne que l'industrie sud-africaine reconnaît pleinement que le faux carpocapse est un organisme de quarantaine pour lequel il existe une tolérance zéro dans l'UE, et que les interceptions de faux carpocapse diminuaient en fait chaque année.
 
« Notre gestion du faux carpocapse est à 100 % sous contrôle. Mais maintenant, les agriculteurs pourraient se demander pourquoi ils ont pris la peine de suivre des pratiques plus douces et plus biologiques alors qu'il faut maintenant les ramener à ces basses températures de toute façon ? Le nouveau protocole découragera l'adoption de pratiques biologiques supplémentaires, ce qui aura un autre impact négatif sur l'environnement. »
 
Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit, soutient le secteur : Un pays comme l'Eswatini, avec un historique clair d'interceptions de FCM, est maintenant également lié au pré-refroidissement obligatoire.
 
Charles parle au nom de toute l'industrie (et de quelques États membres sympathisants de l'UE) quand il qualifie la décision de « protectionnisme de premier ordre ».
 
« Il est très important de maintenir l’Europe ouverte aux agrumes sud-africains, non seulement pour leur propre bien mais pour le bien-être des autres marchés d’agrumes du pays. L'Afrique du Sud va contester cette décision, comme nous le devons, mais cela pourrait prendre très longtemps pour obtenir une réponse (si jamais nous obtenons une réponse), mais nous allons nous assurer de nous y conformer cette saison. Nous n’avons pas vraiment le choix. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)