Rodrigo Masip, de Conjuntfruit : « Des canaux de communication très importants investissent dans l'agriculture bio à Lleida »

« C'est incroyable que cette année nous ayons du mal à vendre le peu que nous avons »

Avec la quasi-totalité de l'Espagne en alerte maximum pour une nouvelle vague de chaleur, il est encore plus difficile de mettre en doute la conclusion du GIEC selon laquelle le réchauffement climatique est « sans équivoque » et, malheureusement, « irréversible » à moyen terme. Ses conséquences sont claires pour la société, car l'ampleur du changement climatique est sans précédent depuis des siècles, voire des millénaires, et l'une des activités qui en ressent le plus l'impact est l'agriculture.

Qu'il s'agisse d'un événement ponctuel ou qu'il s'explique par le changement climatique, cette année encore, une vague de froid inhabituelle au printemps a anéanti la récolte de fruits à noyau dans la plus grande région productrice d'Espagne. Particulièrement à Lleida, « où sont récoltés 80 % des fruits à noyau du pays et 60 % de ceux consommés en Europe », souligne Rodrigo Masip, de la coopérative Conjuntfruit.

« Les fruits à noyau sont notre point fort et nous avons perdu 70 % de notre production, mais en plus de cela, les gelées ont également affecté les fruits à pépins. La pomme a été la plus épargnée, mais les producteurs de poires de notre coopérative qui n'avaient pas de protection contre le gel ont subi une baisse de 60 % de leur production. La qualité des fruits restants sera également affectée. » 

« On s'attend à des tailles plus petites et à des poires marquées par des anneaux dû au froid et sans leur forme habituelle. Beaucoup de Williams et de Limonera vont finir pour l'industrie. D'un autre côté, la Conférence a été sauvée et nous allons pouvoir travailler avec des fruits frais », partage Rodrigo.

Le manque de fruits sera tel que le gouvernement régional a mis en place beaucoup d'aides pour les producteurs et pour les centrales et coopératives, bien que les prix ne semblent pas réagir à une situation qui représentera une catastrophe pour de nombreux producteurs cette saison. « Nous constatons que les prix d'achat des fruits sont les mêmes que l'année dernière. Mais dans les supermarchés, ils ont augmenté de 50-60 % et, dans des cas comme celui de la nectarine, ils ont doublé. Au final, les gens, face à ces prix, consomment moins », prévient Rodrigo. « En fait, il est incroyable que cette année, alors qu'il y a aussi moins de production de fruits à noyau en Murcie et en Estrémadure et même de melon et de pastèque à Almeria, nous nous battons pour vendre le peu que nous avons. » 

« En ce qui concerne les fruits cultivés de manière conventionnelle, j'oserais dire que les fruits à noyau se vendent en moyenne 60 à 70 centimes le kilo, tandis que les pommes se paient moins de 30 centimes, en fonction de la qualité, car cette année, la production a été plus importante en Europe, notamment en Pologne. J'ai tendance à être optimiste, mais cette saison, il y aura beaucoup de souffrance parmi les producteurs et beaucoup vont faire faillite. Et les grands fonds d'investissement ont déjà fait leur apparition et achètent de nouvelles exploitations cette saison ; en conventionnel et aussi en bio. » 

« Sans aller plus loin, sur les 52 milliards d'euros estimés que le bio déplace, 80 % appartiennent à de grandes multinationales, et pas seulement dans le secteur alimentaire. Ici, à Lleida, il y a des canaux de communication très importants, avec de grandes banques derrière, qui investissent dans l'agriculture biologique. » 

« Il est nécessaire de retrouver l'équilibre du sol » 
Pour Conjuntfruit, explique Rodrigo, la production biologique est bien plus que de la spéculation, des kilos, des hectares ou des prix, « c'est une question d'environnement, de valeur, et fait partie de notre philosophie. Nous avons des partenaires qui testent même des techniques biodynamiques et étudient les effets différentiels que l'on peut obtenir sur la culture en améliorant le sol. » 

« La « révolution verte » nous a apporté beaucoup de richesses depuis l'extension de l'utilisation des produits phytosanitaires et des engrais de synthèse NPK. Mais elle a également créé de nouveaux problèmes, tels que l'épuisement des sols, l'érosion et l'augmentation des parasites et des maladies en raison du déséquilibre des systèmes en forçant la production à des niveaux qui ne correspondent pas aux rythmes de la nature. » 

« L'agriculture biodynamique essaie de rétablir l'équilibre des sols, parce qu'aujourd'hui ces déséquilibres de fertilité ainsi que les effets du changement climatique font que les rendements baissent et commencent même à être inversement proportionnels à l'utilisation des engrais. Au cours des 20-30 dernières années, la fertilisation a augmenté de plus en plus, mais nous ne voyons pas cette augmentation se refléter dans la production parce que, comme le disent les agriculteurs eux-mêmes, le sol est fatigué. »

« Par exemple, nous avons toujours dit que les arbres se nourrissaient par leurs racines, mais en réalité, ils créent une symbiose par le biais de mycorhizes avec les champignons du sol, qui synthétisent les nutriments disponibles afin qu'ils puissent être assimilés par les arbres. » 

Le sol est bien plus qu'un simple apport de NPK, souligne Rodrigo, « c'est un système naturel avec une énorme diversité de micro-organismes qui a évolué pendant des millions d'années jusqu'à atteindre l'excellence, et c'est pourquoi il faut essayer de récupérer son équilibre. » 

« Même si nous sommes une petite coopérative avec 10 membres et un volume de production de 12 millions de kilos, nous essayons aussi de travailler à la sensibilisation pour que les gens soient conscients de la réalité et que, au moins, lorsqu'ils font leurs courses au supermarché, ils sachent ce qu'ils achètent. »

Pour plus d'informations : 
Conjuntfruit
Ctra. Vall d'Aran, Km. 6
25123 Torrefarrera, Lleida (Espagne)
Tél. : +34 973 590 180
comercial@conjuntfruit.es 
https://conjuntfruit.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)