La production de fruits à noyau à Lleida s'est concentrée cette année dans un nombre réduit d'entreprises

« Cette année, il n'y aura pratiquement plus de pêches plates en Europe à partir de la fin août »

La consommation de certaines variétés de fruits à noyau et à pépins a montré une surprenante tendance à la baisse en général cette année, malgré la disponibilité. À Lleida, l'une des principales zones de production de fruits à noyau et de poires au niveau national, l'activité du secteur est beaucoup plus faible que d'habitude car les gelées ont laissé à peine 30 % de la récolte.

« Bien que l'Estrémadure soit également en pleine saison des fruits à noyau en ce moment et que les volumes ne baissent généralement pas avant le début du mois d'août, ce sont certainement les zones de culture de la vallée de l'Ebre, en Catalogne et en Aragon, qui sont les principales zones de production du pays et, par conséquent, celles qui ont généralement le plus d'influence pour définir la tendance de la saison », explique Albert Carnicé, directeur commercial de Copa Fresh, un producteur et distributeur de fruits à noyau et à pépins situé à Mollerussa, Lleida.

Mais cette année, ces zones de culture ont perdu 70 % de leur récolte à cause du gel. « Il semble de plus en plus fréquent de trouver des printemps très chauds, avec des températures supérieures à 20 degrés qui accélèrent la floraison des arbres. Puis, soudainement, les températures chutent lorsque les fleurs sont ouvertes et entièrement exposées. Si cela se produisait une fois, il s'agirait d'un événement ponctuel, d'une incidence, mais lorsque cela se produit trois années de suite, avec un effet aussi uniforme dans la région, nous parlons d'une tendance. Le secteur investit dans des systèmes pour se protéger du gel.. Le changement climatique est devenu un problème sérieux pour ce secteur, qui est le moteur de l'économie dans cette région ». 

Cette année, l'activité est donc faible dans le secteur, de nombreuses entreprises de conditionnement ayant fermé et cédé leur production à des entreprises plus grandes, ce qui fait que la production est concentrée dans moins d'entités. « Avec la disponibilité des fruits, nous partons du principe qu'à la mi-août, tout aura été récolté et que nous ne pourrons pas conserver les fruits dans les chambres froides comme nous le faisons habituellement les autres années, afin de prolonger la saison. À partir du 25 août, il n'y aura pratiquement plus de pêches plates en Europe », souligne Albert.

Pendant ce temps, dans les autres pays producteurs méditerranéens, des fruits sont disponibles, comme l'Italie, la France, la Grèce, la Turquie et la Hongrie. « Cela nous place en position de faiblesse sur le marché, car cela nous empêche d'être compétitifs. Les prix sont plus élevés, mais la consommation de certaines variétés de fruits à noyau a diminué d'environ 25 % cette année dans toute l'Europe », souligne le directeur commercial de Copa Fresh. « L'un des exemples les plus surprenants et inexplicables est celui de l'abricot, dont la production est faible dans toute l'Europe et dont les prix ont augmenté, mais pas beaucoup. »

Pour plus d'informations :
Albert Carnicé
Copa Fresh
Tél. : +34 973603915
albert@copafresh.com 
www.copafresh.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)