La récolte des pommes Gala polonaises commence dans deux semaines

« Obtenir toute la main-d'œuvre nécessaire est un défi »

Les exportateurs polonais de pommes rencontrent des difficultés pour faire entrer leurs produits dans le pays, car la banque centrale égyptienne n'accepte aucune importation.

Mohamed Marawan, propriétaire de l'exportateur polonais de pommes Sarafruit, affirme que ce problème n'a toujours pas été résolu : « Comme notre entreprise exporte des pommes vers l'Égypte, qui est notre principal marché, il est très important pour nous que les problèmes avec la banque centrale égyptienne, qui fait que nous ne pouvons pas exporter nos pommes vers l'Égypte pour le moment, soient résolus. Cela est lié à la question de la monnaie. Nous cherchons des alternatives pour au moins lancer le processus. Par exemple, nous envisageons d'échanger des produits plutôt que de les payer. Cela signifierait que nous recevrions des cargaisons d'oignons, par exemple, et qu'en retour nous pourrions envoyer nos pommes en Égypte. La situation n'est pas idéale et nous avons toujours l'espoir qu'elle s'améliore, afin que nous puissions mener nos affaires de manière normale. »

Marawan déclare qu'il s'attend à ce que la récolte dans les vergers de Sarafruit commence d'ici deux semaines. L'un des défis sera de trouver la bonne quantité de travailleurs au bon prix.

« Nos vergers se portent très bien. Il y a certains vergers qui ont des conditions plutôt sèches en raison du manque de pluie, mais dans d'autres vergers, ce problème est résolu grâce à un système d'irrigation. Dans deux semaines, notre récolte commencera, avec la variété Gala précoce. Les arbres et les pommes ont l'air très sains, nous nous réjouissons donc d'une bonne récolte de pommes. Mais il est difficile d'obtenir toute la main-d'œuvre nécessaire. Les prix des travailleurs sont élevés et la main-d'œuvre est difficile à trouver. Ce n'est pas impossible, mais ce n'est pas aussi simple que de décider que vous voulez des travailleurs et de les faire travailler dans votre ferme le lendemain. La recherche de travailleurs est difficile, mais pour l'instant, c'est encore faisable. »

Avec l'augmentation du coût de l'énergie, certains producteurs et exportateurs de pommes pourraient avoir des problèmes en essayant de stocker leurs pommes dans des chambres froides. Sarafruit n'aura pas ce problème, explique Marawan : « En tant qu'entreprise, nous ne stockons pas nos pommes dans des chambres froides pendant de longues périodes. Nous ne les stockons que pendant la récolte, puis nous les vendons directement de la ferme à nos clients. Les coûts de stockage des produits dans des chambres froides sont si élevés que cela n'en vaut pas la peine. Pour nous, il s'agit de récolter, trier et envoyer à destination ! »

Pour plus d'informations : 
Mohamed Marawan
Sarafruit
Tél. : +48 537 935 155
office@sarafruit.eu  
www.sarafruit.eu    


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)