Le marché du citron est dans une situation catastrophique, tandis que la demande d'oranges s'améliore en Europe

Les producteurs d'agrumes abandonnent leurs fruits en raison des coûts de fret et de transport terrestre

Une vidéo montrant des tonnes d'agrumes - apparemment des oranges, des citrons et des mandarines - de qualité médiocre, déversées loin des vergers sur un site désigné entre Addo et Uitenhage dans la province du Cap-Oriental.

À droite : photo de la vidéo où divers producteurs déversent des fruits de classe 2 et des fruits à jus

Les transformateurs de jus de citron du Cap-Oriental ont cessé de réceptionner les fruits il y a quelques semaines et il se pourrait, selon le directeur d'une station de conditionnement, que les fruits soient déversés afin de pouvoir réutiliser les bacs pour poursuivre la récolte.

La faute aux coûts de fret « fous »
« Nous payons nos producteurs de citron environ 1 000 R1 (59 euros) de moins par tonne en raison des coûts de fret élevés cette saison », déclare un exportateur de l'Eastern Cape. Il remarque que les prix « fous » des compagnies maritimes ont directement conduit au rebus et à la suspension des exportations de classe 2 cette saison.

« Ces jours-ci, nos frais de transport moyens se situent entre 25 millions de rands (1,47 million d'euros) et 40 millions de rands (2,36 millions d'euros) par semaine », ajoute-t-il. Les plaintes concernant les frais de transport élevés vers le Canada sont nombreuses.

La demande d'oranges en Europe est légèrement meilleure, car les exportations ont été considérablement réduites en raison de l'incertitude initiale. En attendant, pour les oranges sud-africaines à destination de l'Europe, la date limite d'entrée en vigueur des droits est fixée au 15 octobre et les producteurs ont encore environ deux semaines pour charger leurs oranges. Les exportations ont démarré lentement en raison de l'incertitude entourant le protocole de froid et de grandes quantités de Valencias (et de mandarines tardives) doivent être emballées pour l'Europe au cours des deux prochaines semaines.

Des exportations de classe 2 rendues impossibles par les coûts logistiques

Le marché du citron est dans une situation très difficile, selon les exportateurs. Les citrons de classe 2 exportés vers le Moyen-Orient ne couvrent même pas les coûts d'emballage, note un exportateur. « Cela ne vaut pas la peine d'emballer des citrons pour le Moyen-Orient en ce moment ».

« Les marchés mondiaux sont détruits. Peut-être que 20 % de l'industrie finira au-dessus du seuil de rentabilité », soutient un exportateur.

« La demande dans l'hémisphère nord en raison de la hausse des prix du carburant et du taux d'inflation signifie que le consommateur achète de la farine ou du pain, plutôt que des mandarines. »

Alors que la demande est faible, les volumes d'agrumes sud-africains continuent d'augmenter après des années d'expansion généralisée et très annoncée. Des doutes ont toutefois été exprimés au sein de l'industrie quant à l'impact de cette hausse des volumes sur les marchés et les niveaux de prix.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)