Javier Usó, Frutinter :

« Les oranges perdent de l'importance et que la consommation de mandarines est en hausse »

La saison espagnole des agrumes démarre avec la récolte des mandarines de type Satsuma et des clémentines précoces, pour lesquelles une réduction des volumes est attendue. « Nous avons commencé avec les premiers Clemenrubí et Orogros avec des feuilles au milieu de la semaine 38. La récolte n'est pas tardive, mais elle doit être accompagnée d'un temps froid pour qu'ils obtiennent une meilleure coloration et, par conséquent, il y aura plus de volumes disponibles sur les marchés », explique Javier Usó, directeur de Frutinter.

L'entreprise de Castellon est spécialisée dans la commercialisation d'agrumes, ainsi que de melons et de pastèques, dans une moindre mesure. La saison dernière, 2021-2022, elle a vendu 111 125 tonnes d'agrumes et 20 682 tonnes de melon et de pastèque sur les 143 380 tonnes de fruits et légumes. L'entreprise vend 70 à 75 % de ses agrumes en Espagne et le reste est exporté principalement vers des pays européens comme la France, l'Italie, la Pologne, l'Allemagne, la Hongrie, les pays baltes, etc. Elle expédie également vers des pays plus éloignés d'Asie, du Moyen-Orient et d'Amérique Centrale.

Selon Javier Usó, « le rendement par hectare de la famille Clemenules et de ses mutations devrait être supérieur à celui de l'année dernière, qui était très faible. Nous attendons pas moins de 10 % d'augmentation pour cette récolte. Bien qu'il soit également vrai que les variétés qui le précèdent et celles qui le suivent seront réduites en quantité. Toutefois, la diminution sera moindre pour les variétés tardives. Aujourd'hui, les chiffres indiquent une réduction totale de 9,8 % des mandarines et clémentines. » 

« Pour l'instant, ajoute M. Usó, nous courons toujours le risque que les tempêtes endommagent la récolte finale et il convient également de noter que, comme l'utilisation des pesticides et des traitements chimiques est de plus en plus limitée, certains parasites se développent de manière plus persistante, comme l'araignée rouge, qui sera un véritable problème cette année. Il existe de nombreuses parcelles touchées par les tétranyques, mais il ne faut pas oublier la présence du célèbre cotonet sud-africain. » 

Le directeur de Frutinter affirme que les premières mandarines et clémentines espagnoles sont accueillies avec intérêt sur le marché national, bien que la présence d'outre-mer soit encore très forte dans le reste de l'Europe. « Il est certain que l'on attend avec impatience le début de la saison des agrumes en Espagne. Lorsque les agrumes nationaux commencent, la réaction est rapide et les mandarines d'outre-mer ne sont plus présentes. En Europe, en revanche, ce n'est pas le cas. Si les mandarines d'outre-mer ont la bonne taille commerciale, une bonne coloration et sont bonnes à manger, elles concurrencent fortement les variétés précoces espagnoles qui, en général, ont des tailles plus petites, ce qui les rend moins attrayantes pour la vente aux consommateurs. » 

Javier Usó, directeur de Frutinter

Les premières clémentines de l'entreprise étaient principalement destinées au marché espagnol, ainsi qu'aux marchés français et italien. « Lorsque Clemenules entre sur le marché, c'est le moment où la gamme d'exportations vers le reste de l'Europe s'élargit, avec une forte présence dans le centre et le nord du continent », souligne Javier Usó. « Il est difficile de prévoir comment se comportera la demande d'oranges et de mandarines et, dans un contexte d'inflation, comment se comporteront les consommateurs. Chez Frutinter, nous avons constaté que les oranges perdent du terrain alors que la consommation de mandarines est en hausse, même en dehors des saisons froides. » 

« Pendant ce temps, l'entrée des agrumes sud-africains dans l'UE - surtout les oranges - est retardée en raison des contrôles portuaires concernant le traitement par le froid qu'ils sont obligés de passer. Il se pourrait donc qu'au niveau européen, ils entrent en conflit avec le début de la saison espagnole, si tous les conteneurs qui sont retenus dans les ports entrent finalement », prévient Javier Usó.

Intérêt croissant pour les clémentines certifiées avec une empreinte zéro nitrate
La saison dernière a été la première où Frutinter a commercialisé des clémentines certifiées avec une empreinte zéro nitrate. « Disons que l'intérêt manifesté par les clients a été très élevé et que beaucoup d'entre eux soutiennent ce fruit en raison de leur engagement en faveur de la durabilité, qui est très présente tout au long du cycle de production de nos jours. Bien sûr, pour le moment, la production de clémentines certifiées n'est pas élevée car cette première phase a été appliquée à une exploitation à titre de test, d'où, avec le développement de l'agriculture intelligente, une fois les résultats gratifiants constatés, cette technologie va être extrapolée à d'autres exploitations et variétés. » 

D'autres producteurs peuvent se joindre à cette certification, c'est d'ailleurs l'une des raisons de la chaire que Frutinter organise avec l'Université polytechnique de Valence. « Sauver les aquifères de notre région de Castellón, qui sont si pollués par les nitrates, est l'un des objectifs de cette certification. Cette technologie est déjà connue des syndicats d'irrigation et des associations de cultivateurs de différentes zones de Castellón. Ils ont pu constater les avantages de cette technologie car, outre l'augmentation de la production et des calibres, nous parlons d'une économie de 65 % d'engrais azotés sur les plantes au moment de la culture. De même, on applique de nouvelles techniques d'irrigation qui facilitent et améliorent les besoins des plantes. »


Pour plus d'informations : 
Vicente Mingarro
Frutinter 
Tél. : 0034 964 506310
mkventas@frutinter.com 
www.frutinter.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)