Entreprise Tiferet

« Le marché des fruits surgelés est à l'arrêt »


Des fruits fraîchement cueillis arrivent pour être transformés

Les fruits correctement congelés dans les deux jours suivant leur récolte conservent souvent plus de vitamines que les fruits frais récoltés depuis une semaine. L'industrie des fruits surgelés n'est pas encore très développée en Moldavie. Pourtant, l'offre abondante de fruits frais a incité certaines entreprises à acheter des machines adaptées et à congeler de gros volumes de fruits, destinés principalement à l'exportation. « Avant la pandémie, le marché était stable. Mais par la suite, et plus particulièrement cette année, les prix sont imprévisibles. Les grands détaillants et les entreprises de transformation attendent actuellement de voir ce qui va se passer. Nous sommes un peu à bout de nerfs », explique Julia Tymoshenko, de la société de fruits surgelés Tiferet.


Fruits lavés

Tiferet congèle ses fruits de manière statique
« Nous congelons les produits pendant 12 à 24 heures à -35 degrés Celsius. Vous obtenez le même résultat qu'avec la congélation rapide individuelle dans les tunnels. Certains fruits, comme les framboises, sont même plus beaux après une congélation statique (avec moins de baies cassées). Nous pouvons congeler 40 tonnes par jour. Notre saison commence généralement fin mai et se termine en octobre, mais cette année, la récolte a été plus courte en raison de la météo. Nous avons donc congelé plus de 1 000 tonnes de fruits en un mois et à peine 200 tonnes en dehors de cette période. Les volumes limités de cette année ont bien sûr aussi à voir avec le prix élevé de l'électricité. Nous avons dû faire des choix. »

Des étés bien remplis
Les fraises donnent le coup d'envoi de la saison. « Nous les cueillons avec une valeur Brix supérieure d'un ou deux points à celle de la vente sur le marché du frais. Les fraises doivent être complètement rouges, sans aucune trace verte. Nous utilisons la variété Marmalade, qui est généralement la plus chère. En été, nous commercialisons habituellement environ 500 tonnes de fruits surgelés, soit deux ou trois chargements par semaine. L'été est la période la plus chargée car nous menons quatre activités simultanément : le pré-refroidissement, la congélation, le stockage et la vente », poursuit Julia.

Tiferet concentre ses ventes sur le marché de l'Europe [occidentale]. « Notre toute première expédition est partie en Autriche. L'interdiction d'exportation de la Russie n'inclut pas nos produits, mais nous n'y envoyons actuellement aucune marchandise. En 2018, nous avons conclu un excellent partenariat en Russie avec la filiale d'une énorme entreprise polonaise. Nous sommes toujours en contact étroit, même si les exportations sont au point mort. »

Des matières premières coûteuses
Julia explique que l'année dernière, rien que les prix d'achat des fruits ont presque doublé. « Cette année, c'est encore plus élevé. Les framboises sont particulièrement chères. Cela est dû en partie à la spéculation et en partie aux mauvaises conditions météorologiques dans plusieurs régions d'Europe. Cette année, la hausse des prix s'est poursuivie avec une augmentation générale des prix du carburant, des sources d'énergie, des salaires, des matériaux de transformation et d'emballage, etc. Certaines entreprises de produits surgelés ont bien profité des prix élevés de l'année dernière et essaient de maintenir les mêmes prix cette année, ce qui n'est pas une réussite immédiate », explique Julia.

« Les prix élevés du gaz ont déjà poussé plus d'une usine de transformation à arrêter ses machines (y compris un de nos bons clients slovaques qui produit de la confiture). L'inflation en Europe rend les consommateurs prudents. Les entreprises de produits surgelés essaient généralement de connaître l'évolution des prix en Serbie. Ce pays dispose d'importants volumes stockés et détermine en quelque sorte la situation du marché. »

Un marché à l'arrêt
Cette année, l'Ukraine a complètement bouleversé le marché, le faisant même s'arrêter, explique Julia. « D'habitude, l'Ukraine entre sur le marché des fruits congelés un peu plus tard que la Moldavie avec de gros volumes, car elle a surtout des variétés remontantes. Nous avons payé cher pour nos matières premières. Dans le cas des framboises, 3, 5 euros en moyenne. De plus, les prévisions que nous avions faites au début de l'année, sur la base de la situation du marché et des conversations avec les clients, indiquaient que les produits congelés se vendraient à plus de 5 € », explique-t-elle. « Personne n'attendait grand-chose de l'Ukraine cette année à cause de la guerre, mais la récolte a été normale. Et comme ils avaient besoin d'argent, les producteurs ont vendu leurs fruits moins cher que d'habitude. Les premières offres de framboises congelées en Serbie dépassaient les 5 €, mais l'Ukraine était bien en dessous, à 3,50 € pour la même qualité. La différence est énorme. Certains négociants achètent en Ukraine, mais d'autres ne le font pas. Ils attendent que d'autres pays baissent également leurs prix. Or, c'est difficile lorsque vous avez acheté votre matière première à des prix élevés. Nous ne faisons donc pas beaucoup de commerce. Nous n'envoyons qu'un chargement par semaine. »



« Mais, vous savez, la beauté de la chose, c'est que tous les acteurs de la chaîne se tiennent mutuellement informés de l'évolution du marché et des débouchés. Même les concurrents s'entraident. C'est bizarre, mais ça arrive qu'un concurrent trouve un acheteur pour vous. Pourtant, les choses ne semblent pas prometteuses pour les semaines et les mois à venir. La Serbie ne baisse pas beaucoup ses prix pour le moment, et la question se pose naturellement. Combien de plus les gens sont-ils prêts à payer pour les fruits ou leurs dérivés cet hiver ? », conclut Julia, quelque peu inquiète.

Tiferet est une entreprise de fruits surgelés située dans la région de Causeni, dans le sud-est de la Moldavie. Elle a commencé en 2014 comme une entreprise de culture de prunes, d'abricots, de cerises acidulées et de cassis. En 2017, elle a évolué pour devenir un producteur de fraises, framboises, mûres, abricots, prunes et argousiers surgelés. Deux entreprises italiennes ont développé le plan de l'usine, quant aux installations de congélation, elles ont été fournies par des entreprises polonaises. La production est conforme aux normes européennes, et l'entreprise travaille également à l'obtention des certifications nécessaires pour l'exportation vers le Canada et les États-Unis. Elle expédie la plupart de ses produits congelés en Allemagne, en Autriche, en Italie, en République tchèque, en Belgique, en Hongrie, en Pologne, en Roumanie et en Ukraine.

Pour plus d'informations :
Julia Tymoshenko (chef de projet)
Tiferet
Gradinita (Moldavie)
Tél. : +373 (0)78 27 42 58
Tél. : +38 (0)97 680 47 48 (Oekraine ; viber, what's up, telegram)
julia.tiferet@gmail.com
www.tiferet.md


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)