AVA-ASAJA dénonce Aldi pour avoir baissé le prix des mandarines de 25 % au début de la saison espagnole

L'Association des Agriculteurs de Valence (AVA-ASAJA) dénonce devant l'Agence d'Information et de Contrôle des Aliments (AICA) la campagne promotionnelle que la chaîne allemande Aldi lance à partir de mercredi et par laquelle elle baisse de 25 % le prix des mandarines au moment même où la récolte des agrumes commence en Espagne. L'organisation agricole demande instamment à cet organisme, qui dépend du Ministère de l'Agriculture, d'ouvrir une enquête et, si nécessaire, d'imposer une sanction exemplaire à Aldi pour avoir prétendument vendu à perte, car un prix de 1,49 euro par kilo aurait pu entraîner la destruction de la valeur du produit tout au long de la chaîne alimentaire.

Le président d'AVA-ASAJA, Cristóbal Aguado : « Aldi démontre une fois de plus sans vergogne l'animosité allemande envers l'agrumiculture espagnole. Alors que les oranges et les mandarines d'Afrique du Sud et d'autres pays de l'hémisphère sud remplissaient les étagères de leurs supermarchés, il n'y avait aucun problème pour maintenir des prix raisonnables. Mais juste au moment où les premières mandarines espagnoles commencent à être commercialisées, ils sont soudainement pressés d'utiliser les agrumes comme un produit attractif. Cela explique pourquoi les Allemands ont fait passer leurs intérêts commerciaux avec l'Afrique du Sud avant la solidarité européenne et la sécurité phytosanitaire. » 

« Pourquoi doit-il vendre une mandarine moins chère alors qu'il sait parfaitement qu'elle est plus fraîche, plus saine, plus sûre et plus respectueuse de l'environnement que les agrumes d'Afrique du Sud qui, eux, arrivent en Europe après plus de vingt jours de bateau, utilisent des matières phytosanitaires actives interdites ici et ne respectent pas les mêmes conditions de travail, sociales ou environnementales ? » 

« Pourquoi Aldi réduit-il le prix de 25 % et ruine-t-il un maillon de la chaîne alimentaire avec ce nouveau montant ? Si tout le monde gagne encore, qui prenait cette marge bénéficiaire de 25 % ? Nous pensons qu'avec ce prix réduit, le producteur ne peut pas couvrir les coûts de production, qui ont augmenté de 41 % l'année dernière, selon les données du Ministère de l'Agriculture. Étant donné les doutes que nous avons sur ce coup de poignard d'Aldi, nous demandons à l'AICA d'enquêter pour savoir si les producteurs ou les agents suivants dans la chaîne de valeur doivent vendre à perte. »

 

Pour plus d'informations :
www.avaasaja.org


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)