Maarten van Damme, de Dacomex :

« La grande question est : quand atteindrons-nous le plafond cette saison ? »

« La situation sur le marché néerlandais de l'oignon est excellente en ce moment. Il y a eu une forte demande depuis le début de la saison. Et malgré les prix relativement élevés, beaucoup d'oignons sortent encore, ce qui signifie qu'il y a une demande. Mais il faut rester vigilant, il y a beaucoup d'argent qui s’échange », déclare Maarten van Damme de Dacomex.

« Il y a eu beaucoup de spéculation cette saison, et beaucoup de parties se sont lancées dans l'aventure. Tout le monde se demande dans quel sens le marché va évoluer. Sachant que nous avons moins d'oignons à notre disposition que l'année dernière et avec les pénuries mondiales, cela ne peut aller que dans un sens. La grande question est de savoir quand nous atteindrons le plafond. Personne ne le sait encore. »

« La pluie a quelque peu retardé la récolte. Il y a encore pas mal d'oignons dans les champs, notamment dans le nord du pays. L'offre hors sol va bientôt diminuer et les producteurs qui ont des oignons stockés voudront des prix plus élevés que ceux qu'ils obtiennent actuellement. Mais qui sait quel sera le prix des balles ? Ces trois dernières semaines, ce prix est resté stable, autour de 0,35 €. Il y a encore d'énormes quantités d'oignons qui partent vers l'Afrique, mais personne ne sait si ces expéditions se poursuivront si le prix continue d'augmenter. Je pense qu'ils resteront sur le marché jusqu'à la fin de l’année », estime Maarten.

« Toutes les destinations participent bien. Les pays d'Europe du Sud ont également peu d'oignons et vont bientôt entrer sur le marché. De plus, les ventes vers les Caraïbes et l'Extrême-Orient sont déjà bonnes. Nous sommes généralement trop chers pour l'Extrême-Orient, mais ils peuvent se permettre ces prix et leur chargement abondant en dit long sur le manque d'alternatives dans cette région. En raison des pénuries, je m'attends également à ce que d'autres marchés commencent plus tôt. Je pense que les destinations que nous ne voyons normalement qu'au printemps seront sur le marché d'ici la fin de l’année. »

« La qualité des oignons varie énormément, avec l'apparition de nombreux lots infestés de fusarium. De nombreux lots semblent bons au premier abord, mais leur qualité doit absolument être améliorée », explique M. Van Damme. « Je m'attends à ce que de nombreux lots sortent du stockage et ne soient pas exportables. Mais là encore, cela peut aller dans les deux sens. Cela pourrait déprimer le marché, mais si ces oignons sont retirés rapidement, le secteur néerlandais de l'oignon aura généralement moins d'oignons disponibles. »

« Et n'oublions pas qu'aux Pays-Bas aussi, les rendements sont considérablement plus faibles. Si les choses continuent à ce rythme, nous allons bientôt manquer d'oignons. Pour les exportateurs comme nous, il est essentiel de répartir au mieux les ventes auprès de nos clients réguliers. Je suis ravi du nouveau bâtiment que nous avons terminé l'année dernière. En cas d'embellie, nous pouvons expédier des volumes supplémentaires très rapidement », conclut Maarten.

Dacomex
Maarten van Damme
Tél : +31 166 662 550
maarten@dacomex.nl     
www.dacomex.nl      


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)