Jurgen Duthoo, Warnez Potatoes :

« La demande de pommes de terre se redresse, mais les marges serrées sont difficiles »

Comme beaucoup d'autres industries, les marges du secteur de la pomme de terre sont actuellement très serrées. « En France, on estime que les coûts des producteurs seront cinq fois plus élevés cette année. En Belgique, cette situation nous cause aussi des maux de tête. De nombreux producteurs vont se demander s'ils doivent conserver leurs pommes de terre ou vendre immédiatement », indique Jurgen Duthoo de Warnez Potatoes. 


Warnez Potatoes au Fruit Attraction

Ce spécialiste de la pomme de terre, qui a participé à foire de Madrid estime que les choses sont plutôt positives du côté de la demande. « Nous avons eu beaucoup d'excellentes conversations lors de cet événement. C'est le moment idéal, si près de la saison, pour évaluer comment les marchés des différents pays vont évoluer. Par exemple, nous avons reçu de nombreux visiteurs internationaux, qui nous ont dit ce que nous devions savoir sur l'orientation de la saison à venir. »

« Il y a déjà une demande de divers pays européens pour notre produit (non) lavé, et la semaine dernière, nous avons expédié les premiers envois en vrac pour l'industrie de la transformation. Nous n'avons certainement pas à nous plaindre pour l'instant du côté de la demande. Cela vaut également pour le commerce de détail belge, où les « boîtes alimentaires » gagnent en popularité. La demande pour ces produits pratiques ne cesse de croître », déclare Jurgen.



L'offre, en revanche, est un peu plus délicate. « Nous avons entendu et vu qu'il y a beaucoup moins de volume que les années précédentes. L'été difficile et chaud fait que les rendements par parcelle sont très variables. Les choses ne deviendront claires qu'à la fin de ce mois, lorsque tout le travail aura été fait. La pluie récente a fait du bien à certains lots. Nous allons avoir du pain sur la planche, pour savoir où trouver des pommes de terre de qualité pour approvisionner nos clients. »



Il y a des problèmes de qualité à prendre en compte, selon cette entreprise belge de conditionnement et de culture de pommes de terre. « Certains lots auront trop peu de grosses pommes de terre. De plus, il y a beaucoup plus de germination parce que les pommes de terre étaient généralement stressées dans le champ. Nous commençons généralement le premier traitement de germination un mois après le stockage, mais ne devrions-nous pas commencer tout de suite pour certaines variétés ? Les poids sous l'eau ont également été plus élevés. Dans l'ensemble, nous devrons tenir compte de ces problèmes de qualité », explique M. Duthoo.



Il est néanmoins optimiste quant à la nouvelle saison de pommes de terre locales. « Nous avons récemment commencé à utiliser un nouveau système ERP, ce qui nous permet d'améliorer notre efficacité et de fournir un service encore meilleur à nos clients. Heureusement, nous utilisons en grande partie l'énergie solaire, ce qui réduit quelque peu les coûts énergétiques. Tous les producteurs et conditionneurs n'ont pas cette chance. Mais nous devons disposer de pommes de terre 52 semaines par an, le stockage est donc impossible pour nous. »

« La seule question est de savoir dans quelle mesure la hausse des coûts peut être répercutée dans la chaîne. Mais il y a aussi des limites à cela, donc les marges de la prochaine saison sont incroyablement serrées. Il deviendra essentiel de conclure de bons accords avec tous les acteurs de la chaîne à cet égard, afin que chacun puisse gagner sa vie », conclut Jurgen.

Pour plus d'informations : 
Jurgen Duthoo
Warnez Potatoes
2L Marialoopsesteenweg
B-8700, Tielt, Belgique
Tél. : +32 (0) 514 00 812
info@warnezpotatoes.be          
www.warnezpotatoes.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)