Des frères passionnés veulent prouver la valeur de la « Zoete Pieper » locale

« Nous pouvons aussi cultiver d'excellentes patates douces ici »

La grande majorité de l'assortiment des supermarchés néerlandais se compose encore souvent de produits étrangers. Pour les produits typiquement néerlandais comme les pommes et les poires, cette situation a récemment fait l'objet d'une grande attention, mais pour des produits comme les patates douces, le réflexe est de se tourner vers les importations.

Mais les produits néerlandais tendent à s'imposer de plus en plus. « C'est certainement un défi, mais nous pouvons aussi cultiver d'excellentes patates douces ici. Il est en fait absurde de les importer d'Amérique du Nord, par exemple, surtout à l'heure actuelle », déclare Joris van Geel, qui a fondé l'entreprise De Zoete Pieper avec son frère Geerd il y a cinq ans. « C'est une culture qui présente beaucoup de défis, mais aussi beaucoup de potentiel ».

La passion pour le métier d'agriculteur est dans le sang des deux frères. Les parents de Geerd et Joris possèdent une ferme de grandes cultures, sur laquelle les frères ont grandi. « Il y a environ six ans, nous avons alors tous deux eu le sentiment, indépendamment l'un de l'autre, de vouloir apporter une valeur ajoutée à l'entreprise. Cela peut se faire de plusieurs manières, mais à l'époque, on voyait de plus en plus la patate douce dans les magasins. Le seul problème c'est qu'elle était souvent importée de très loin. C'est alors que l'idée a surgi : une patate douce, on peut sûrement le faire aussi. »

« À cette époque, j'étais encore à la HAS de Den Bosch. Il y a là-bas un cours de fin d'études appelé Top Class Entrepreneurship. Il s'agit de créer sa propre entreprise comme projet de fin d'études. C'est une excellente occasion de se lancer dans quelque chose. C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec la patate douce. Nous avons commencé avec 200 m² et, après une visite au jardin expérimental de Delphy, nous avons décidé de cultiver un demi-hectare pour le commercialiser également. Puis l'intérêt est venu d'acheteurs plus importants et c'est ainsi que la machine s'est mise en marche. »

L'automatisation de plus en plus importante
Ainsi, au fil des ans, la superficie de patates douces des frères est passée à 16 hectares. « Cela semble s'être déroulé sans encombre, mais nous avons dû inventer nous-mêmes la culture de A à Z, pour ainsi dire. Bien sûr, elle était déjà largement cultivée à l'étranger, mais le climat des Pays-Bas exige une façon complètement différente de la cultiver. »

Selon Joris, les défis de cette culture tropicale se situent à deux niveaux. « D'une part, vous avez la culture. Pour cela, nous utilisons un film biodégradable sur les billons. Cela a plusieurs fonctions : d'abord chauffer les billons et ensuite, le film est noir, ce qui empêche les mauvaises herbes sous la culture. »

« En outre, l'automatisation prend de plus en plus d'importance. Par exemple, les plants viennent du Portugal. Auparavant, nous devions les planter toutes à la main. Cela représente une bonne centaine d'heures de travail par hectare. C'est une des raisons pour lesquelles nous avons développé une planteuse avec des partenaires. Il s'agit d'une machine spécialisée semi-
automatique, qui permet de diviser presque par deux les heures par hectare. Nous avons également acquis une nouvelle moissonneuse et une machine pour la pose du film. Nous les avons ensuite adaptés à nos besoins. Ainsi, les investissements sont rentabilisés par les économies de main-d'œuvre. En fait, avec le matériel de plantation, cela représente les deux tiers de nos coûts de culture. Nous ne pouvons guère influer sur le coût du matériel de plantation, mais nous pouvons réduire les frais de personnel en continuant à nous intéresser à l'automatisation. »

A droite : Joris et son frère Geerd.

Trouver un équilibre dans le calendrier des récoltes
D'autre part, la commercialisation des patates douces locales présente également des difficultés. « Les patates douces sont vendues par catégories de calibre », poursuit Joris. « Nous nous concentrons principalement sur le marché du frais, mais nous avons également besoin de l'industrie. En effet, les consommateurs néerlandais sont habitués à une patate douce plus petite et celles-ci sont également demandées. Mais les patates douces peuvent aussi devenir très grandes et, de plus, nous trions les pommes de terre ayant un défaut de beauté. Mais comme elles ne présentent aucun défaut, nous les confions à l'industrie. Trouver un équilibre dans le calendrier de récolte est alors le maître mot, car nous voulons autant de petits calibres que possible, mais nous voulons aussi obtenir des kilos. Au fil des ans, nous avons dépensé beaucoup d'argent pour apprendre cela, et nous continuons à le faire, mais ce n'est jamais ennuyeux. »

Sensibilisation
Quant à la nouvelle récolte de la saison, le jeune cultivateur est positif. « L'été a été fantastique, avec beaucoup de soleil, ce qui est bon pour une culture aussi tropicale. Donc en termes de volumes, nous sommes définitivement positifs. Mais les patates douces semblent avoir grandi un peu plus, ce qui n'est pas forcément avantageux pour nous, car les petits calibres, comme mentionné, sont demandés. »

Cette année encore, cependant, les frères ont vu pourquoi l'automatisation est importante. « Le début de la saison de croissance était relativement sec. Pendant la récolte, il est soudainement passé de sec à extrêmement humide très rapidement. Nous avions l'habitude de récolter environ un acre par jour et je vous mets au défi de trouver 16 jours de beau temps en septembre. Il faut donc les rentrer plus rapidement, ce que nous avons réussi à faire grâce à la récolteuse mécanique. »

Du côté de la demande, la popularité de la patate douce ne cesse également de croître. « Elle trouve de plus en plus sa place sur les étals néerlandais. Pour nous, il est important que la demande de produits néerlandais augmente également. Il est toutefois difficile de concurrencer les produits étrangers moins chers, mais nous ne devons pas non plus être les moins chers. Nous avons quelque chose que les autres n'ont pas : un produit local et durable. Les gens sont de plus en plus conscients de la situation actuelle, mais il y a encore un monde à conquérir. Nos clients vont du commerce de détail (en ligne) à l'industrie, mais le produit est trop cher pour être cultivé sans réfléchir. C'est pourquoi nous sommes toujours à la recherche d'acheteurs, car la demande doit suivre l'offre. »

Pour plus d'informations :
Joris van Geel
De Zoete Pieper
Tél. : +31 (0)63865571
joris@zoetepieper.nl  
www.zoetepieper.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)