Wim Lannoey, Remo-Frit :

« C'est bien que nous puissions travailler ensemble pour faire en sorte que les frites restent abordables »

« Les ventes de frites fraîches au secteur de l'hôtellerie et de la restauration diminuent quelque peu, mais celles destinées à la restauration et à l'industrie restent normales », commence Wim Lannoey, directeur général de la société belge de transformation de pommes de terre Remo-Frit. Les ventes, notamment aux cafétérias, n'ont pas encore retrouvé leur niveau d'avant la pandémie. « Les ventes au secteur de l'hôtellerie sont en baisse par rapport à avant la pandémie ». Il attribue cela à la diminution des heures d'ouverture, notamment en semaine, d'abord imposée pendant la pandémie, puis perpétuée par la crise énergétique. « C'est ce qui a le plus affecté les volumes de vente, et en raison de la hausse des coûts énergétiques, cette tendance à la réduction des heures d'ouverture s'est poursuivie après la pandémie ».


Wim Lannoey en plus de la nouvelle ligne de flocons

« Le monde dans lequel nous vivons, y compris celui de la pomme de terre, a radicalement changé ». Bien qu'il soit assez difficile pour les entreprises de surmonter obstacle après obstacle, elles ne doivent pas abandonner. « Nous devons aller de l'avant. Pendant la pandémie, par exemple, j'ai connu un stress énorme en tant qu'entrepreneur, mais nous sommes devenus beaucoup plus efficaces. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à d'autres défis que notre secteur saura également surmonter ». L'entreprise de transformation de pommes de terre fait, par exemple, tout son possible pour maîtriser les prix de revient. « Nous gérons nos usines de manière aussi efficace et économique que possible, même si nous devons faire face à une hausse des coûts. »

Installation de biogaz
Ainsi, ces dernières années, Remo-Frit a investi dans des mesures d'économie d'eau et d'énergie. Elle a installé une ligne de floconnage pour améliorer l'efficacité de l'usine et développe un réseau de chaleur pour exploiter la chaleur résiduelle des machines. Elle utilise également l'électricité produite par son usine de biogaz alimentée par les pelures de pommes de terre depuis 2000. « À l'époque, c'était vraiment novateur. Nous n'avons jamais pensé que cela deviendrait l'énorme avantage économique que nous connaissons aujourd'hui. Nous utilisons les pelures de pommes de terre pour produire de la vapeur, de la chaleur et 1 800 kilowattheures d'électricité. »


Usine de biogaz

Cela a donné à l'entreprise un excellent point de départ pour optimiser ses opérations actuelles. « Essayer de faire ce que nous faisons actuellement, bien, est notre objectif pour les prochaines années. Nous disposons d'un nouveau site depuis 2000. Cela, notre assortiment existant, la ligne de flocons et notre usine de biogaz représentent un sacré défi. La gestion du personnel est un autre aspect de l'optimisation. Nous nous sommes beaucoup concentrés sur la formation interne depuis la pandémie, et aujourd'hui, nous disposons d'une bonne et précieuse équipe ».

Malgré la hausse des coûts, les frites restent bon marché, selon lui. « Une assiette de frites est l'un des produits les moins chers disponibles aujourd'hui. Si vous comparez le pourcentage du composant frites de votre visite à la cafétéria aux autres composants tels que la mayonnaise, le soda et une collation, les frites s'avèrent extrêmement favorables. C'est merveilleux que nous puissions travailler ensemble pour faire en sorte que les frites restent véritablement abordables. Ce sont les aspects périphériques qui rendent une visite à la cafétéria plus chère. »


Réseau de chaleur

Remo-Frit utilise des pommes de terre Première, Bintje et Markie pour fabriquer des frites fraîches. La Bintjes fait toujours l'objet d'une demande, mais ses superficies sont sous pression. Néanmoins, le directeur général ne voit pas cette variété de pommes de terre frites bien connue disparaître du jour au lendemain : « Cette année a été difficile en termes de conditions météorologiques, mais il n'y a pas eu de Bintjes vitreuses. Les rendements de cette variété correspondent aussi à ceux des autres ». L'entreprise sélectionne toutefois soigneusement les parcelles et les cultivateurs concernant la production de Bintje. « Il faut que tout soit parfait du côté du cultivateur ; alors les choses se passent bien. La sécheresse de la dernière saison de culture a touché toutes les variétés de pommes de terre, avec peu de différences de rendement entre elles. Elles ont toutes des rendements à l'hectare très similaires ».

Pour plus d'informations : 
Wim Lannoey
Remo-frit
www.remofrit.be  
Wim@remofrit.be     


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)