Yaniv Cohen, directeur général de la coopérative de producteurs de dattes Hadiklaim

La moitié des dattes Medjool du monde pousse sur des palmiers israéliens

Chaque année, près de 9,5 millions de tonnes de dattes sont cultivées dans le monde. Autant que - par exemple - de fraises. La récolte des dattes commence chaque été, les consommateurs européens attendent avec impatience les premiers fruits, cultivés localement, et bénéficient même d'un approvisionnement presque toute l'année grâce aux importations. Pourtant, les dattes sont relativement peu connues dans une grande partie de l'Europe.

Ariel Immerman, propriétaire d'une station de conditionnement où sont emballées les dattes de Hadiklaim - une coopérative de producteurs israéliens et le plus grand fournisseur mondial de dattes Medjool : « Les gens du monde entier savent peut-être ce que sont les dattes, mais généralement ils n'en ont jamais goûté, et encore moins les dattes Medjool. » Hadiklaim, en tant que leader du marché, prévoit d'y remédier.

Fraîches, semi-séchées et séchées
Selon Yaniv Cohen, directeur général de Hadiklaim, seules 108 000 tonnes de Medjool sont cultivées chaque année dans le monde. C'est à peine un pour cent de plus que la production mondiale totale de dattes. En outre, Hadiklaim cultive et commercialise huit autres variétés. La coopérative commercialise des dattes fraîches Bahri et Super Fresh Medjool, au goût unique et à la texture inoubliable.


Yaniv Cohen

Hadiklaim vend également des dattes Deglet Nour, Medjool, Ameri, Deri, Hadrawi, Halawi, Hayani et Zahidi, séchées naturellement. La coopérative Hadiklaim commercialise la crème de la récolte - les dattes Medjoul - sous la marque King Solomon avec son emballage iconique haut de gamme familier noir et doré.

Dans l'installation de conditionnement, les dattes sont classées en fonction de deux facteurs : les calibres, qui sont au nombre de six - plus les dattes sont grosses, plus elles sont chères - et la pelure (peau lâche) : plus la surface est large et plus elle est fermement liée à la pulpe, plus la qualité est élevée. En combinant les degrés des deux caractéristiques, Hadiklaim arrive à 16 catégories de qualité. Les dattes les plus grandes, dont l'écorce et la pulpe sont entièrement reliées, constituent la qualité supérieure. « Nous sommes l'une des rares entreprises à répartir les dattes Medjool en autant de catégories. Nous voulons que le bon produit atteigne le bon client », explique M. Cohen.

L'Égypte en tête du peloton
En réalité, Israël est un petit producteur de dattes. Sur les 9 454 213 tonnes cultivées dans le monde en 2020, selon FAOSTAT, Israël ne représentait que 48 984 tonnes, soit à peine 0,5 % du total, ce qui le place à la 18e place du classement mondial. Avec près de 1,7 million de tonnes, l'Égypte arrive en tête, suivie par l'Arabie saoudite avec plus de 1,5 million de tonnes, l'Iran avec près de 1,3 million de tonnes et l'Algérie avec plus de 1,1 million de tonnes. Les autres pays ayant une production significative comprise entre 300 000 et 750 000 tonnes sont, par ordre de volume de production, l'Irak, le Pakistan, le Soudan, Oman, la Tunisie et les Émirats arabes unis. Le Maroc a récolté plus de 130 000 tonnes, et la Turquie un peu plus de 60 000 tonnes.


À gauche, l'emballage est scellé ; à droite, une peseuse et une remplisseuse automatiques

Toutefois, en ce qui concerne les exportations de dattes, Israël ne doit se tenir à l'écart que des Émirats arabes unis, de l'Arabie saoudite, de l'Irak et de l'Iran. Dans les pays producteurs de dattes, la plupart sont consommées localement. Et la moitié de toutes les Medjools du monde - une datte originaire du Maroc - poussent sur des palmiers en Israël. Cela est dû au climat et aux conditions pédologiques idéales qui règnent le long du Jourdain, du lac de Tibériade à la mer Rouge, en passant par la mer Morte.

« Nous en récoltons et commercialisons 20 000 tonnes, soit environ un cinquième de la production mondiale », ajoute fièrement Cohen. « L'estimation de la récolte mondiale pour l'année prochaine est de 122 000 tonnes et dans dix ans, on prévoit 300 000 tonnes. C'est presque trois fois plus qu'aujourd'hui, mais cela ne représentera encore que trois pour cent de la production mondiale de dattes. De nombreuses dattes se vendent 1 $, voire 0,50 $/kg. Les Medjools les moins chères se négocient à 4 $/kg et les plus chères à 12 $/kg. Les dattes de qualité supérieure sont 20 fois plus chères que les moins chères. C'est très inhabituel pour des fruits et légumes. »

Développement de la production de Medjools
Selon le gérant d'Hadiklaim, la nouvelle production de Medjool augmentera principalement en Égypte et au Maroc, des pays dont les structures de coûts sont moins élevées qu'Israël. « Ils peuvent, ainsi, commercialiser ce produit à moindre coût. Nous devons utiliser une stratégie de culture et de marketing sophistiquée pour nous préparer à cela », explique-t-il. Actuellement, Hadiklaim exporte vers 50 pays. Ce délice issu de la coopérative des producteurs israéliens trouve également son chemin vers des régions comme l'Amérique du Nord et du Sud et vers l'Asie - dont les ventes ont considérablement augmenté au cours des 5 dernières années.


Emballage de 5 kg

L'automatisation garantit l'efficacité
Selon Immerman, Israël possède la meilleure région de culture de Medjool au monde, mais les ouvriers sont assez chers et difficiles à trouver. « Nous aurions pu envoyer les dattes quelque part pour qu'elles soient emballées à moindre coût, ou alors nous devions moderniser et automatiser. Nous avons délibérément choisi cette dernière solution. » Hadiklaim possède une douzaine de stations de conditionnement, « certains plus grands que d'autres », ajoute-t-il.

À terme, l'ensemble du processus d'emballage sera entièrement automatisé et sera beaucoup plus efficace. « Il ne restera plus que deux personnes pour effectuer les contrôles finaux. Nous voulons minimiser les risques de contamination et d'infection. Nous recevons des dattes de différentes tailles, nous les trions avec précision selon nos normes strictes d'uniformité, de sorte que chaque paquet de dattes contient des dattes uniformément délicieuses. Dans le passé, nous avions l'habitude de trier manuellement les dattes en quatre catégories, comme le font encore certaines entreprises. Actuellement, la machine de tri optique de Hadiklaim divise les dattes en 16 catégories.


Machine de triage d'Elisam

Plus la production est clairement définie, plus le prix de vente est élevé. Et plus d'automatisation signifie un meilleur rapport coût-efficacité. « C'est vital pour nos producteurs car, dans cette coopérative, ils sont propriétaires de la ferme mais paient les frais d'emballage. Chaque shekel qu'ils peuvent économiser sur le tri et l'emballage par kilogramme produit représente un shekel de revenu supplémentaire", explique Immerman.

Les producteurs face aux défis
Les deux dernières années ont à peine été rentables. « Le temps doux, alors que les cultures avaient besoin de chaleur, signifie qu'il y a eu cinq à dix pour cent de production en moins. De plus, le shekel fort rend les exportations plus difficiles. Et l'inflation en Europe les ventes de dattes - un produit de niche peu connu, qui ne figure de toute façon pas en tête de liste des achats des gens - encore moins probables », explique le directeur d'Hadiklaim.

« Cette année, nous lançons un projet d'envergure avec lequel nous comptons stimuler la consommation de Medjool en Europe. Nous ferons en sorte que les Européens apprennent non seulement à connaître les dattes, mais aussi à les goûter. Et une fois que vous les aurez goûtées, vous serez convaincu », affirme-t-il. Affaire à suivre début février pour les lecteurs de Freshplaza / AGF.nl.

La mission d'Hadiklaim est de présenter les dattes Medjool comme un fruit sain et savoureux dans le monde entier, et d'inviter de plus en plus de personnes à profiter du goût et des avantages nutritionnels des dattes.


A gauche Ariel Immerman

Le bureau d'Hadiklaim se trouve à Rosh HaAyin, à dix kilomètres à l'est de Tel Aviv. La coopérative comprend une centaine de producteurs avec un total d'environ 12 000 palmiers. Il y a deux sites qui conditionnent les dattes toute l'année, neuf qui fonctionnent de manière saisonnière, et trois spécifiquement pour la vente au détail. L'entreprise est certifiée BRC, GlobalGAP, Bio USDA et IFOAM.

Pour plus d'informations :
Tal Akerman - Tabakman (directeur marketing)
Hadiklaim
Tél. : +972 (3) 6389555
hadiklaim@hadiklaim.co.il 
www.hadiklaim.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)