Unir les forces pour relever les défis de la filière des petits fruits

Le grossiste Michel acquiert Valckenier

Chez le grossiste Michel, janvier et février sont traditionnellement les mois les plus calmes de l'année. Pour le spécialiste des petits fruits, il s'agit normalement d'attendre le temps chaud et le soleil du printemps. Pourtant, les affaires ne sont pas au point mort, puisque depuis janvier, le commerçant a repris le collègue et concurrent Valckenier.

« La société Valckenier est également spécialisée dans les fruits, rouges et à pépins. Nous prévoyons donc une belle synergie », explique Stefan Bosmans, directeur de Michel. « En fait, les contacts fonctionnaient déjà bien et, grâce à cette coopération, nous voulons renforcer notre position sur le marché plutôt que de nous faire concurrence. » Ainsi, à partir de 2023, l'ensemble de l'organisation Valckenier se retrouve sous le toit de Michel.

Face à la bonne demande d'agrumes espagnols, une offre réduite
De cette manière, l'entrepreneur compte relever les défis du secteur belge des petits fruits. « On est actuellement dans une période calme. Toutes les framboises et les myrtilles sont importées. Normalement, on a encore des fraises cultivées en hiver, mais celles-ci se font de plus non plus rares. Il faudra donc attendre mars / avril pour voir ce qu'il se passera », poursuit Stefan. « En raison des prix élevés de l'énergie, il y aura très probablement moins de produits qui sortiront des serres et les récoltes seront de toute façon beaucoup plus tardives. Si les fruits rouges belges deviennent plus chers en raison de l'offre limitée, les clients pourraient se tourner plus rapidement vers l'offre espagnole. Nous faisons aussi un peu d'espagnol, mais ce ne sont pas des grands volumes. »

Ce qui marche bien chez le grossiste en ce moment, ce sont les agrumes espagnols, et les clémentines en particulier. « Elles sont de très belle qualité. Et ont vraiment bon goût maintenant. Toutefois, l'offre est légèrement inférieure à celle des années précédentes. On ne peut pas parler de pénurie, mais cela se traduit par des prix un peu plus élevés pour la période. » Par ailleurs, les fruits durs se vendent également assez bien. « La demande en pommes et poires est excellente. En ce qui concerne les pommes, cependant, l'offre est clairement excédentaire sur le marché. »

Pour plus d'informations :
Stefan Bosmans
Groothandel Michel nv
Tél. : +32 2 241 70 44
stefanbosmans@michelnv.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)