Le gingembre en tête, l'avocat ensuite, la mangue en troisième position

Eosta économise le 50 millionième emballage plastique grâce au marquage laser

Fin 2016, Eosta (sous la marque Nature&More) avait commencé à utiliser une technique laser pour les fruits et légumes biologiques frais. Eosta a baptisé ça le 'natural branding', une façon d'économiser les autocollants et les emballages au supermarché. Le coup d'envoi a été donné en Suède, où ICA a mis dans ses rayons des avocats et des patates douces Nature&More portant ce tatouage naturel. Peu de temps après, Eosta a acheté plusieurs machines. Entre-temps, et près de six ans plus tard, Eosta a déjà économisé 50 millions d'emballages en plastique grâce à cette technique, adoptée par d'innombrables grossistes et supermarchés.

Le marquage naturel est un moyen de tatouer les fruits et légumes à l'aide d'une lumière laser. Au cours de ce processus, seule une partie du pigment est retirée de la couche externe de l'écorce. Aucun additif n'est utilisé et la méthode est approuvée par les organismes de contrôle de l'agriculture biologique. Le grand avantage, c'est que ça rend l'emballage inutile. Légalement, les produits biologiques doivent être reconnaissables comme tels par les consommateurs. Malheureusement, cela signifie que de nombreux supermarchés choisissent d'emballer et/ou d'étiqueter les produits biologiques, tandis que les produits ordinaires sont vendus en vrac. LaserFood (Espagne) et EcoMark (Allemagne) sont actuellement les principaux fournisseurs européens de la technologie laser pour le marquage des fruits et légumes.

Économie de plastique et d'énergie
Cette méthode permet non seulement d'économiser beaucoup de plastique et de papier, mais aussi d'énergie et d'émissions, car le marquage au laser ne nécessite qu'1 % de l'énergie nécessaire à celle nécessaire pour la production d'un autocollant. Eosta a enregistré cet automne la 50 millionième unité d'emballage avec un marquage naturel. Cela correspond à 500 000 kilos de plastique, 216 000 mètres carrés de papier, mais aussi à une économie d'énergie de 2,2 millions de kilos d'émissions de CO2, soit l'équivalent de 19 millions de kilomètres roulés en voiture. En 2018, Eosta a déjà reçu le prix de l'alimentation durable pour cette méthode d'emballage innovante.

Le gingembre en tête, l'avocat ensuite, la mangue en troisième position
Le marquage naturel est surtout utilisé sur le gingembre, l'avocat, la mangue et la patate douce, mais aussi sur le concombre, le kiwi et plus. Entre-temps, Eosta recherche de nouvelles approches pour marquer les agrumes ou les fruits à pépins. Les consommateurs sont ouverts à cette idée, car c'est la grande frustration de nombreux clients conscients : être confrontés à une quantité gigantesque de plastique dans les supermarchés lorsqu'ils achètent des fruits et légumes biologiques. Entre-temps, d'autres supermarchés et grossistes ont également acquis des machines pour marquer les produits.

Emballer durablement, c'est toujours emballer
Paul Hendriks, responsable de l'emballage chez Eosta, a été le moteur de cette technique depuis le début, avec l'expert en emballage Gerben Borsje. Hendriks a une philosophie claire : « La forme d'emballage la plus durable est le vrac. Le marquage naturel rend cela possible pour les produits biologiques. Les consommateurs s'en félicitent, car les études montrent invariablement qu'ils préfèrent acheter leurs produits biologiques sans emballage plastique. »

Pour plus d'informations :
Monique Mooij
Eosta
Tél. : +31 180 63 55 500
monique.mooij@eosta.com 
www.eosta.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)