Leonard Droomer - Dreemfruit

« Nous avons choisi le fruit à noyau parce que c'est difficile »

Il y a dix ans, il n'y avait presque rien d'autre que des raisins dans la vallée de la Breede, mais la culture pour l'industrie du vin est une activité difficile dans laquelle, selon le directeur général de Dreemfruit, Leonard Droomer, « nous nous sommes entraînés à cultiver sans argent ».

Si l'industrie du vin est difficile, elle n'est pas du tout aussi risquée que le fruit à noyau, ni aussi lucrative.

« Un bon bloc de fruits à noyau rapporte trois fois plus qu'un bon bloc de raisins », souligne-t-il. La récolte de raisin n'est jamais un échec total, même si le marché est en hausse ou en baisse. Mais avec le fruit à noyau, vous pouvez facilement ne rien avoir ».

Par exemple, en décembre, trois cultivars de nectarines n'ont pas été exportés en raison de pluies et ont été envoyés sur le marché local où les prix étaient bas et la demande n'était pas très forte. Pour obtenir un bon rendement, ils doivent exporter 80 à 90 % de leurs fruits à noyau.

Leonard Droomer de Dreemfruit avec les nectarines de la série Nectagold

La nouaison a été bonne cette année, des fruits d'un calibre plus petit et en avance de 7 et 10 jours.

« Nous avons choisi le fruit à noyau parce qu'il est difficile. On a l'impression qu'il y a de plus grandes barrières à l'entrée. Nous travaillons en heures : je décide le matin de ce que nous allons récolter en fonction des sucres et de la pression. Avec une culture comme les poires ou les agrumes, vous pouvez planifier à l'avance pour la semaine. Nous avons estimé qu'une exploitation de fruits à noyau ne peut pas devenir une méga-ferme qui plante des milliers d'hectares de fruits à noyau comme on le fait avec les agrumes. »

Les pêches plates ont été l'un des premiers produits plantés (tous les premiers cultivars ont cependant été retirés depuis et remplacés par d'autres) dans le cadre de l'accent mis sur les cultivars de niche. 


Blocs d'essai nouvellement établis 

La résistance à la pluie est devenue une caractéristique qualifiante
Dreemfruit possède environ 250 nouveaux cultivars provenant de neuf titulaires différents dans ses bancs d'essai.

Il est d'avis que dans le domaine de la nectarine, les cultivars de club n'existeront plus dans cinq ans. « De la semaine 45 à la semaine 52, il y a trois bons cultivars par semaine parmi lesquels choisir et les producteurs ont l'embarras du choix. Buffat PSB a révolutionné le modèle de la nectarine en ouvrant ses cultivars ».

Ils recherchent en particulier la résistance à la pluie parmi les nouveaux cultivars, étant donné qu'ils ont 80mm juste en dehors de la saison habituelle des pluies, des alternatives à Alpine, par exemple. Il observe que dans leur région, il est également très important de tester les Xanthomonas dans leur région.

« Nous testons également des cerises, à la recherche de cerises moins froides. Les unités de refroidissement sont notre défi ».

Nous allons planter Tango et Octobrina au cours de la prochaine saison pour diversifier davantage notre offre. Elles seront commercialisées par AMC.

« Notre objectif final est d'avoir 40 ha de nectarines. Localement, nous sommes alignés avec PicknPay. Nous travaillons avec Delecta sur les programmes des supermarchés britanniques et européens. »


Dreemfruit a investi dans une machine de tri Packman

L'avenir incertain de l'industrie de la conserve 
L'avenir incertain de l'industrie sud-africaine de la conserve. La conserverie Langeberg & Ashton, qui pourrait prendre sa dernière ration de 70 000 tonnes cette année, ne laisserait que le groupe Rhodes Foods opérer dans ce secteur en Afrique du Sud, apparemment de manière rentable.

La fermeture de la deuxième conserverie d'Afrique du Sud affectera inévitablement le marché du fruit à noyau frais. Entre-temps, il y a eu une expansion dans le secteur du fruit à noyau et l'augmentation du volume créera une certaine incertitude. L'objectif est de gérer le risque en diversifiant et en augmentant la période de récolte. « Nous allons récolter les fruits à noyau d'octobre à mars, les raisins de cuve de février à mars, puis les agrumes d'avril à août.

Le raisin de cuve fera toujours partie de notre portefeuille, mais il diminuera. Nous avons lancé notre propre marque de vin (Cape Fold) il y a un an ».

Faire face aux coupures de courant
Cette année, leurs grands projets sont d'ériger des filets au-dessus des vergers et d'optimiser leur utilisation de l'électricité dans le contexte de nombreuses heures de coupures de courant chaque jour et chaque nuit.

« Nous utilisons l'électricité d'octobre à avril, puis plus rien. Stratégiquement, nous avons décidé que nous devions augmenter notre capacité de pompage dans les barrages. Normalement, nous irriguons pendant 18 heures pour boucler notre cycle, maintenant nous voulons pouvoir le boucler en 10 heures, de sorte que si nous sommes en permanence au niveau 6 de délestage, nous ayons assez d'heures pour travailler dans l'exploitation. »


Moins d'heures disponibles pour irriguer en raison des coupures d'électricité en Afrique du Sud

Pour l'instant, ils utilisent un générateur pour leur entrepôt et leur chambre froide, mais pas pour l'irrigation.

« Cette année est une saison de survie. Les gens se plaignent d'autres choses que du temps, ce qui signifie qu'il y a des problèmes fondamentaux. Chaque année, la lumière au bout du tunnel devient plus brillante, mais le tunnel s'allonge ». 

« Je suis sûr des choses que nous pouvons gérer, mais ce sont les choses qui échappent à notre contrôle - les prix des engrais, les coûts des intrants, le port - qui définissent vraiment l'avenir. Avant, on ne s'inquiétait que du temps qu'il faisait, maintenant c'est le numéro cinq sur ma liste des choses dont il faut s'inquiéter. »

Pour plus d'informations : 
Leonard Droomer
Dreemfruit
Tél. : +27 82 774 6841
leonard.droomer@dreemfruit.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)