La vague de froid fait chuter de plus de 60 % les volumes de myrtilles marocaines

La vague de froid à laquelle le Maroc est confronté depuis la fin de l'année 2022 a gravement affecté plusieurs cultures, notamment les myrtilles, qui ont disparu des étals et dont les prix ont atteint des niveaux sans précédent. Hiba Saoudi, exportatrice marocaine de baies et de fruits rouges, commente cette situation.

« Lorsque les conditions météorologiques sont optimales, comme l'année dernière en mars, nous récoltons des myrtilles tous les jours. Cependant, lorsque les températures ont atteint leur niveau le plus bas il y a quelques semaines, nous ne récoltions qu'une fois par semaine. Maintenant, nous récoltons tous les 3 ou 4 jours. Cela représente une baisse de volume de plus de 60 % ». 

Ce problème survient en fin de saison au Chili et au Pérou, et les pays producteurs de myrtilles du bassin méditerranéen, comme l'Espagne et le Portugal, connaissent le même problème que le Maroc, selon l'exportatrice. Elle ajoute : « Cela implique une forte demande de myrtilles marocaines, alors que les volumes ne sont pas suffisants. Il en résulte une pénurie dans les supermarchés et une flambée des prix. La demande russe de myrtilles marocaines est particulièrement importante, car les origines européennes ne peuvent pas livrer la Russie. »

En comparaison, les prix sont passés de 3-4 €/kg l'année dernière à 10,2 €/kg la semaine dernière pour une livraison aux Pays-Bas, assure Saoudi. « En termes de prix, le marché russe est le plus offrant. Le marché allemand offre les prix les plus bas, mais absorbe de grandes quantités. » 90 % de la production marocaine de myrtilles est destinée à l'Europe et 10 % au Moyen-Orient.

La plupart des exportateurs marocains préfèrent donc le marché russe, mais tout le monde n'est pas en mesure d'exporter vers la Russie en raison de la complexité des processus administratifs et logistiques, explique Saoudi : « Je suis sur le point d'accueillir une délégation d'importateurs russes pour discuter et expliquer les contraintes administratives et logistiques auxquelles nous sommes confrontés pour les approvisionner. Dans l'ensemble, nous donnons la priorité à nos clients fidèles, avec lesquels nous entretenons des relations de longue date, quelle que soit la situation du marché, et nous continuons à les livrer conformément aux programmes convenus, malgré la pénurie. »

Quant à la qualité, elle reste excellente selon l'exportateur : « nous produisons dans plusieurs pays, et je suis tout à fait en mesure de dire que la qualité marocaine est excellente. Même quelqu'un qui n'est pas un spécialiste des baies peut souligner la supériorité de la qualité marocaine. Cette année encore, les calibres, le goût et l'aspect esthétique sont très satisfaisants. »

En ce qui concerne un éventuel retour à la normale des prix et des volumes, Saoudi déclare : « Cela dépend de la météo, et nous restons optimistes car la saison dure jusqu'en juin. Malheureusement, personne n'est en mesure de prédire l'évolution de la météo, et les producteurs devront réfléchir à des alternatives. »

Parmi ces alternatives, la délocalisation de la production reste la plus probable. « Pendant 30 ans, la production de fruits rouges était surtout localisée autour du bassin de Lokous, dans le nord du Maroc. Il faudra envisager de produire dans des régions plus chaudes. Des essais ont été réalisés dans la région de Gherb (ouest), à Meknès (centre) et à Dakhla (sud) et ont été satisfaisants. »

Le développement de nouvelles variétés plus résistantes au froid est également une solution possible : « Nous introduisons une nouvelle variété plus résistante au froid et à la sécheresse, et nous annoncerons bientôt les résultats de cette nouvelle variété et son impact sur la production ». 

Pour plus d'informations :
Hiba Saoudi
Huna Al Maghrib Espagne / Import-export Afrique&Monde
Tél. : +212 669-533782
info@hunaalmaghribmaroc.com 
www.hunaalmaghribmaroc.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)