Les députés européens, réunis en séance plénière à Strasbourg mercredi 22 novembre, se sont positionnés en faveur des nouvelles règles pour lutter contre l’augmentation constante des déchets d’emballage et d’encourager leur réutilisation et leur recyclage. Les députés ont adopté la résolution par 426 voix pour, 125 contre et 74 abstentions.


Source photo : multimedia.europarl.europa.eu

Outre les objectifs globaux de réduction des emballages proposés dans le règlement (5 % d’ici 2030, 10 % d’ici 2035 et 15 % d’ici 2040), les députés souhaitent fixer des objectifs spécifiques de diminution des emballages en plastique (10 % d’ici 2030, 15 % d’ici 2035 et 20 % d’ici 2040).

Les députés veulent interdire la vente de sacs en plastique très légers (moins de 15 microns), à moins que cela ne soit nécessaire pour des raisons d’hygiène ou fourni comme emballage primaire pour les aliments en vrac pour aider à prévenir le gaspillage alimentaire. Ils proposent également de restreindre fortement l’utilisation de certains formats d’emballage à usage unique, tels que les emballages miniatures pour les produits de toilette dans les hôtels et les films rétractables pour les valises dans les aéroports

La rapporteure Frédérique Ries (Renew, BE) a déclaré: « Les récents événements en Europe, et particulièrement en Belgique, concernant la pollution de l'eau par les substances chimiques PFAS montrent l'urgence d'agir. En votant l'interdiction des polluants éternels dans les emballages alimentaires, le Parlement a montré qu'il cherchait à protéger la santé des citoyens européens. En ce qui concerne les plastiques, le contrat a été rempli, puisque mon rapport législatif s'attaque au cœur du problème en fixant des objectifs plus stricts de réduction des déchets pour les emballages plastiques. Malheureusement, sur l'économie circulaire, et la prévention en particulier, le résultat du vote en plénière n'est pas aussi positif et ignore la réalité des chiffres : une augmentation de 30 % d'ici 2030 si nous n'agissons pas maintenant. Des 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler), seul le recyclage s'en sort indemne. La fin des emballages jetables est encore loin ! »



Les fruits et légumes échappent aux restrictions
L’AREFLH ( Assemblée des Régions Européennes Fruitières, Légumières et Horticoles) s'est quant à elle réjoui « de l'approbation par le Parlement européen du projet de règlement sur les emballages sans les restrictions initialement prévues pour le secteur des fruits et légumes ».

Cette décision intervient après des mois de travail pour sensibiliser les institutions européennes sur les enjeux de ce projet législatif sur le secteur de fruits et légumes si certaines questions critiques n’étaient pas traitées de manière adéquate.

Grâce aux contacts avec la DG ENV, les Commissions parlementaires les plus impliquées dans le processus de débat et l’analyse de cette proposition législative, ainsi que les eurodéputés identifiés comme interlocuteurs fondamentaux pour ce dossier, l’AREFLH a démontré sa capacité de communiquer les expériences et les préoccupations de ses membres sur plusieurs thèmes de grande importance, et d’entamer un dialogue constructif afin de proposer des solutions réalistes et positives pour nos défis communs.

« C’est une grande victoire et nous sommes vraiment satisfaits de ce vote. Nous disposons désormais d'une réglementation européenne claire et non contraignante qui permettra d'obtenir des résultats concrets et importants en matière de réduction des emballages et des déchets d'emballages, sans effets secondaires indésirables sur les déchets alimentaires et la sécurité des produits. Nos exportateurs pourront travailler avec des règles claires, ce qui est très important. Le secteur des fruits et légumes reste évidemment engagé dans la réduction des emballages et l'innovation en matière de matériaux afin de réduire l'impact et d'améliorer la durabilité », ont indiqué la présidente Simona Caselli et le vice-président Jean-Louis Moulon.


Source photos : Dreamstime