Les restrictions de transit dans le Canal de Panama, affecté par la sécheresse, commencent à affecter la capacité des navires desservant les exportations de denrées périssables de la côte ouest de l'Amérique du Sud, selon le rapport Reefer Shipping de Drewry, récemment publié.

Une convergence de facteurs, allant des impacts météorologiques sur les principales cultures fruitières à la faible demande chinoise et aux tensions géopolitiques, a affecté les perspectives à court terme, avec un total de cargaisons frigorifiques maritimes d'ici 2023 qui devrait diminuer de 0,5 % en glissement annuel. Selon le rapport, cette baisse fera suite à la contraction de 0,8 % enregistrée l'année dernière et représentera deux années consécutives de déclin sur ce marché.

Baisse des exportations de fruits
Dans le secteur des fruits, la tendance à la baisse des exportations de presque toutes les principales régions productrices est perceptible, les effets d'El Niño ayant amplifié les phénomènes météorologiques. La pénurie de produits de qualité a entraîné une baisse des exportations de fruits à feuilles caduques, d'exotiques, de melons et de baies. Le commerce de la banane a également été confronté à des conditions d'exploitation difficiles, avec des pressions croissantes sur les coûts et une faible demande qui ont entraîné une baisse des exportations par voie maritime cette année.

La situation du Canal de Panama oblige à des détournements
Cependant, la situation la plus préoccupante est celle du canal de Panama, où les transits d'eau ont été considérablement réduits en raison du manque de précipitations, qui, en octobre, ont été les plus faibles depuis 1950. Le nombre de tours de transit est actuellement de 24 par jour et sera progressivement réduit à 18 d'ici le 1er février 2024.

Pour les compagnies maritimes ayant réservé des créneaux horaires, cela se traduira par une réduction de la capacité de chargement et par la nécessité de maintenir des itinéraires stricts pour gérer les créneaux, au risque de laisser des marchandises au Chili, au Pérou et en Équateur, selon la situation.

Les services charter ou saisonniers, tels que ceux des opérateurs frigorifiques spécialisés qui n'ont pas de transits réservés, seront contraints de faire un détour par le détroit de Magellan ou le Cap Horn, ce qui entraînera des coûts plus élevés et des temps de transit plus longs pour les propriétaires de cargaisons utiles (BCO).

Source : mundomaritimo.cl