Les derniers oignons de la récolte de cette année ont été ramassés en Rhénanie à la mi-octobre. En raison d'une qualité médiocre, la campagne de commercialisation s'annonce difficile, déclare Konstantin Kreifelts, co-directeur de la société de production et de commerce du même nom, basée à Vettweiß. « Les conditions de récolte et les rendements ont été globalement corrects. Cependant, nous avons beaucoup de problèmes de bactéries et de champignons cette année. Ceux-ci sont probablement dus aux conditions météorologiques très fluctuantes, c'est-à-dire une sécheresse suivie d'une longue période de pluie. Par conséquent, nous avons un déficit supplémentaire de 10 à 15 % en matière de triage cette année. »

Selon Kreifelts, la mauvaise qualité et les nombreux rejets seront particulièrement visibles en deuxième partie de saison. « Je suis relativement certain que le taux de rejet général restera élevé, ce qui se traduira à terme par une situation d'offre restreinte. Ces dernières années, nous avons pu livrer jusqu'en juin, parfois même jusqu'en juillet. Cependant, cette année, nous devons nous attendre à une période de livraison plus courte. À l'heure actuelle, je pense qu'un approvisionnement national en oignons allemands ne sera possible que jusqu'en mai. Au nord et à l'est, la qualité est encore bonne, mais à l'ouest, ainsi que dans le sud de l'Allemagne, elle est inférieure à la moyenne. »

Les frères Konstantin et Hubertus Kreifelts gèrent ensemble l'entreprise familiale

Augmentation des prix à partir de la semaine 49
Les premières majorations de prix pour les produits rhénans sont attendues à partir de la semaine 49. Il est difficile de prévoir l'évolution future des prix, estime Kreifelts. « Les conditions météorologiques des derniers jours de novembre et de décembre joueront un rôle décisif. Si les températures avoisinent à nouveau les 17 °C avant la fin de l'année, de nombreuses personnes essaieront de commercialiser rapidement leurs produits stockés, car les qualités déjà plus faibles ne se conservent pas bien à des températures élevées. Il en va de même pour le temps humide. S'il fait plutôt froid en décembre, le marché restera probablement calme. »

Tri optique et développement du secteur
Il y a près de 40 ans, le père Franz Kreifelts a décidé de commencer à cultiver des oignons en plus des cultures traditionnelles. Au fil des ans, les capacités de culture et les activités commerciales se sont peu à peu développées. Aujourd'hui, les deux fils Hubertus et Konstantin sont à la tête de l'entreprise et fournissent essentiellement des entreprises d'emballage pour la vente au détail de produits alimentaires. En outre, certains produits sont emballés par l'entreprise elle-même et livrés directement aux détaillants en alimentation. Afin de répondre aux exigences élevées du commerce de détail à l'avenir, le tri optique est d'ores et déjà envisagé.

« Nous avons encore un système conventionnel. Toutefois, l'industrie est appelée à se développer de manière à ce que le traitement et le tri soient effectués dans des conditions contrôlées. Cette année en particulier montre à quel point cette technologie sera nécessaire à l'avenir. Actuellement, nous avons besoin de deux fois plus de personnel pour effectuer le tri. Dans notre cas, le principal obstacle à l'achat du système est l'espace requis. Nous avons besoin d'une solution plus compacte, sinon nous devrons inévitablement construire un tout nouveau hall. »

La superficie cultivée en oignons allemands a considérablement augmenté ces dernières années, alors que la consommation a stagné. Une grande partie est désormais exportée vers les Pays-Bas. « Nous continuons toutefois à agir en tant que fournisseur régional. Nous avons constaté que le consommateur allemand a une certaine base en matière de consommation et de demande. Toutefois, le mode d'offre et d'achat des oignons pourrait, selon moi, évoluer à l'avenir, par exemple sous la forme d'oignons tranchés et épluchés. Mais cela reste à voir. » Au cours des dernières décennies, on a déjà observé un changement similaire dans les emballages, les filets de 500 g et de 1 kg étant aujourd'hui principalement utilisés à la place des filets de 2 et 5 kg.

Optimisation des processus existants
Somme toute, l'entreprise est très optimiste quant à l'avenir. « Notre tâche consiste à présent à optimiser davantage ce que nous avons construit au cours des dernières décennies. Nous prenons en compte l'ensemble de la chaîne de valeur, de la culture à la livraison », conclut Kreifelts.


Pour plus d'informations :
Konstantin Kreifelts
Kreifelts Zwiebeln
Burgweg 1
52391 Vettweiß
Tél. : 0 24 24 / 12 28
Fax : 0 24 24 / 73 37
franz.kreifelts@t-online.de
www.kreifelts-zwiebeln.de