L’offre française semble satisfaisante et suffisante pour le marché national mais la demande des pays voisins, tels que l’Espagne et l’Italie qui ont souffert de la sècheresse, est croissante.

La France tire son épingle du jeu
« Globalement les conditions climatiques ont été idéales pour les cultures d’oignons malgré un printemps relativement froid. Les surfaces d’oignons jaune en France ont plutôt augmenté par rapport à 2022. Les rendements sont plutôt satisfaisants dans toutes les régions de production sauf dans les régions qui ont reçu des pluies
tardives en mars/avril telles que le Nord. Il est à noter que nos concurrents du Nord de l’Europe, tels que les Pays-Bas, sont dans la même situation. La qualité des bulbes est fortement impactée par l’impossibilité de désherber au printemps à cause des pluies, la pression fusariose plus élevée que d’habitude et les conditions de récolte humides. Néanmoins, les volumes récoltés sont nettement supérieurs à l’an passé : + 15 % en Beauce par exemple, soit à peine au-dessus de la moyenne sur 10 ans », explique la Fédération.

La situation européenne de l’oignon peut favoriser la production
française
« Aux pays bas, 1er producteur européen d’oignons, les surfaces ont progressé de 3.7 % pour atteindre 37 940 ha. La récolte a été très moyenne avec de gros problèmes de qualité suivant les régions.
Beaucoup d'oignons ont été vendus rapidement en sortie du champ, il faut s'attendre donc à une pénurie après le stockage. En Espagne, les cultures ont subi une forte sécheresse en mai et juin, ce qui a impacté négativement les rendements. Le marché espagnol étant très consommateur en oignons, la demande est supérieure à l’offre et les cours restent élevés en pleine saison. Le réchauffement climatique observé dans le Sud de l’Europe engendre une diminution des surfaces d’année en année par manque d’eau. En Allemagne, malgré une progression des surfaces, les problèmes de disponibilité en eau en Bavière et dans l’Est du pays engendrent un rendement équivalent à 2022. »

En Pologne, les surfaces plantées en oignons ont progressé de 5 %. Malgré un temps particulièrement chaud et sec, de nombreux producteurs n’ont pas irrigué, engendrant des rendements plus faibles. Néanmoins, dans le Sud de la Pologne, les pluies ont permis d’atteindre de bons rendements. Au Royaume-Uni, les professionnels estiment une baisse des surfaces de de 6 à 8 % alors que les chiffres officiels indiquent une diminution de 10 %. Les rendements sont variables, mais généralement corrects.

Oignon bio : un marché qui reste stable
En oignons jaunes bio, les surfaces sont stables, les rendements, les calibres et la qualité sont corrects. En oignons rouges bio, les rendements sont en légère baisse principalement en lien avec les conditions fraîches du printemps. Les surfaces peinent à se développer en raison du manque de semences en variétés résistantes au mildiou.

Pour plus d'informations :
FEDEPOM
43 – 45 rue de Naples
75008 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 69 42 32
formulaire@fedepom.org
https://www.fedepom.fr/