Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Gerard Hoekman, de Mulder Onions :

« Si vous êtes trop cher, des portes s'ouvrent pour d'autres, comme cette année avec les oignons chinois »

Selon Gerard Hoekman, de Mulder Onions, les exportations d'oignons ne sont pas trop démentes. « C'est typiquement la période précédant Noël. La marchandise s'écoule, mais ce n'est jamais spectaculaire. Je m'attends à ce que de nombreuses entreprises ferment leurs portes entre Noël et le Nouvel An. »

« Les oignons partent vers de nombreuses destinations, mais l'Afrique est certainement la force motrice de nos exportations d'oignons. Je m'attends à ce qu'ils continuent à demander des oignons jusqu'à la fin du mois de janvier. C'est d'ailleurs plus que souhaitable, car le marché européen n'est pas encore très actif », note l'exportateur.

« En outre, sur les destinations lointaines, nous sommes fortement concurrencés par les oignons chinois. La Chine est partout. Et combien de temps cela va-t-il durer, on ne le sait jamais avec les Chinois. Mais on voit bien que si l'on est trop cher, les portes s'ouvrent pour les autres. C'est le danger des prix élevés. Et cela nous a certainement joué des tours dans différentes destinations », poursuit Hoekman.

« Car il ne faut pas oublier qu'un prix de gros de 50 centimes, c'est de l'argent. De plus, ce qui rend la situation différente, c'est que le prix est resté élevé. Normalement, le prix augmente successivement en fonction de l'offre et de la demande, mais le prix actuel n'a rien à voir avec le jeu de l'offre et de la demande. Cela ne facilite pas les échanges. »

« La qualité est raisonnablement présélectionnée par les stations de conditionnement, mais nous devons rester prudents. Surtout dans les destinations lointaines, un conteneur contenant quelques oignons fusariés peut gâcher tout le lot. La vigilance est donc de mise. »

Pour plus d'informations :
Gerard Hoekman
Mulder Onions
Tél. : +31 45 5678700
gerard@mulder-onions.com
www.mulder-onions.com

Date de publication: