Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Ralph Nakal, de Tomna for Agricultural Investment (Egypte)

« Je n'envisage pas que le gouvernement prolonge l'interdiction d'exportation après le 30 mars »

La demande mondiale d'oignons en 2023, supérieure à la production, a exercé une forte pression sur le marché local égyptien. Les exportations d'oignons égyptiens ont doublé cette année malgré une baisse des surfaces et des volumes par rapport à la saison dernière, faisant grimper les prix sur le marché local de plus de 190 %. Cette situation a incité le gouvernement à interdire les exportations d'oignons d'abord jusqu'à la fin de l'année, puis jusqu'à la fin du mois de mars 2024.

« Il y a une pénurie d'oignons sur le marché local en Égypte et les prix sont trop élevés. Un kilo d'oignons coûte actuellement environ 40 EGP, ce qui est très élevé par rapport aux années précédentes ». Selon le média public égyptien Al Ahram, « en août, les prix des aliments et des boissons en Égypte ont enregistré un taux d'inflation mensuel de 2,2 %. Mais le prix des légumes a augmenté encore plus rapidement, avec une hausse de 24,4 % en août, contre 5,5 % le mois précédent », explique Ralph Nakal, du producteur exportateur d'oignons et d'ail Tomna.

Nakal se veut rassurant : « Nous sommes parfaitement préparés pour la prochaine saison. Il y aura beaucoup plus de surfaces consacrées aux oignons, ce qui se traduira par une augmentation de l'offre et une baisse des prix. Tous les agriculteurs qui avaient arrêté la culture d'oignons l'année dernière prévoient d'en cultiver. L'année dernière, un nombre important de producteurs ont décidé de ne pas produire d'oignons en raison d'une production excédentaire et de prix insatisfaisants au cours de la saison précédente. Cela a coïncidé avec une tendance mondiale à la baisse des surfaces cultivées en oignons, une production insuffisante et une augmentation des exportations égyptiennes de « 129,3 millions de $ au cours des six premiers mois de 2023, contre 66 millions de $ au cours de la même période l'année précédente », selon CAPMAS, l'autorité statistique officielle de l'Égypte.

Selon plusieurs déclarations commerciales antérieures, les exportateurs d'oignons égyptiens espèrent que l'interdiction d'exportation restera une mesure exceptionnelle de dernier recours. Dans le même ordre d'idées, Nakal conclut : « Compte tenu des prévisions de production pour la prochaine saison, je ne vois pas le gouvernement prolonger l'interdiction d'exporter au-delà du 30 mars 2024. »

Pour plus d'informations :
Ralph Nakal
Tomna for Agricultural Invesment
Tél. : +20 100 2717 275
ralph@tomna.farm

Date de publication: