Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Des exportateurs indiens et égyptiens à propos de la 'nouvelle' route contournant de la mer Rouge

« Les perturbations actuelles ont un impact considérable sur les expéditions de raisin de table indien »

Le contournement de la mer Rouge actuellement appliqué par les grandes compagnies maritimes a un impact majeur sur les importations et les exportations de plusieurs continents. Il en va ainsi pour l'Inde, qui était sur le point de commencer à exporter ses raisins vers l'Europe. Selon Sagar Deore, directeur de l'exportateur de produits indiens Janki Freshyard Private Limited, cette situation affectera leur saison.

« Nous sommes sur le point de commencer les exportations de raisins de table indiens vers l'Europe, le Royaume-Uni et les marchés occidentaux. Par conséquent, la perturbation actuelle des expéditions causée par la récente attaque contre l'un des navires commerciaux dans la région de la mer Rouge a évidemment un impact énorme sur les expéditions de raisins de table indiens. La majorité des compagnies ont indiqué qu'elles avaient maintenu les navires en mer ou qu'un petit nombre d'entre eux avaient été réacheminés via le Cap vers des ports européens. Elles pourraient également modifier les horaires des navires qui sont censés emprunter la route de la mer Rouge. »

Ce nouvel itinéraire augmentera à la fois le temps et les coûts pour tous ceux qui tentent d'exporter leurs produits, ce qui fait une réelle différence lorsqu'il s'agit de produits frais, explique Deore : « Quelques agents logistiques ont également mentionné que les navires pourraient commencer à emprunter la route du Cap, plus longue, pour rejoindre l'Europe depuis l'Asie, ce qui coûtera plusieurs centaines de dollars de plus que les tarifs actuels et nécessitera 10 à 15 jours de voyage supplémentaires. Bien que nous n'ayons rien entendu d'officiel, il est possible qu'ils commencent bientôt à facturer une 'surcharge pour risque de guerre'. »

Pour l'instant, il n'y a pas de retard pour Janki en ce qui concerne les expéditions en cours, mais il n'y a aucun moyen d'éviter les retards futurs, affirme Deore. « Heureusement, il n'y a pas de retard ou d'interruption dans nos expéditions actuelles vers les ports d'Asie du Sud. Cependant, la situation actuelle affectera sans aucun doute nos expéditions futures vers les ports européens et finira par affecter les horaires d'arrivée et de départ des navires, qu'ils se dirigent vers l'est ou vers l'ouest. »

Fait remarquable, l'exportateur n'a encore reçu aucune information officielle sur le réacheminement des navires : « Les compagnies maritimes devront réacheminer les navires via le Cap si le risque actuel ne diminue pas rapidement. Nous n'avons pas encore reçu de nouvelles officielles à ce sujet. Étant donné que le canal de Suez est l'une des routes les plus importantes et les plus économiques, les paquebots voyageant d'Asie vers des destinations européennes n'auront d'autre choix que de choisir la prochaine route disponible. Il en résultera sans aucun doute une augmentation significative du taux de fret maritime et un nouvel impôt de guerre pour les exportateurs asiatiques », conclut Deore.

Amgad Nessem, directeur des exportations chez Elteriak Farms, un exportateur de fruits égyptien, décrit la gravité de la situation : « Ce qui arrive à la mer Rouge est une crise de grande ampleur qui paralyse le trafic maritime. L'Égypte est désormais coupée de l'Asie, de l'Extrême-Orient et même des pays du Golfe. C'est très mauvais pour l'Égypte et cela risque d'exacerber la crise économique. »

Il poursuit : « Les grandes compagnies maritimes ont détourné leurs lignes vers le Cap-Vert, ce qui augmente notre temps de transit de 14 jours et donc les coûts de transport d'au moins 30 %. Nous avons vu des livraisons à nos clients annulées en raison de l'interruption des lignes maritimes. Nous comprenons que le Yémen cible les compagnies maritimes ayant des capitaux ou des liens avec Israël. Nous continuons à travailler avec de petites entreprises pour livrer nos clients, qui n'ont aucun problème à traverser la mer Rouge. Cependant, nous nous attendons à ce qu'elles augmentent également leurs prix en raison de la forte demande. »

Eslam Gelila, PDG de Gelila, un exportateur égyptien de produits frais, a déclaré : « La logistique est gravement touchée. Nous ne sommes plus en mesure d'exporter vers l'Asie, l'Afrique de l'Est ou même les pays du Golfe. La situation n'est pas claire, nous attendons de voir ce que feront les compagnies maritimes et la possibilité de livrer via le Cap-Vert. Même les exportateurs turcs et espagnols, qui comptent sur le détroit de Bab Almandab pour atteindre l'Asie, sont actuellement confrontés à ce problème. En revanche, nos livraisons vers l'Europe, la Russie et l'Amérique du Sud n'ont pas été perturbées et se déroulent sans problème. »

Pour plus d'informations :
Sagar Deore
Janki Freshyard Private Limited
Tél. : +91 913 024 1585
export@jankiglobalexport.com
www.jankiglobalexport.com

Amgad Nessem
Elteriak Farms
Tél. : +201 207 976 920
amgad.nessem@elteriakfarms.com
www.elteriakfarms.com

Eslam Gelila
Gelila
Tél. : +20 100 000 4540
ceo@gelila-eg.com
www.gelila-eg.com

Date de publication: