Romain Cools, Belgapom :

« Le secteur de la pomme de terre n'a pas besoin de prix trop élevés qui influencent négativement la position concurrentielle »

« Alors même que les pommes de terre ne sont pas encore sorties de terre, les médias ont déjà beaucoup évoqué la nouvelle saison de la pomme de terre. Parfois, on entend parler de situations désastreuses, puis des bons rendements escomptés », explique Romain Cools de Belgapom. « En ce qui concerne la situation en Belgique, le début de saison a été un franc succès. Nous ne pouvons pas parler d'une excellente saison, mais elle n'a pas été mauvaise non plus. Actuellement, la demande de pommes de terre en vrac est limitée, ce qui a entraîné une chute rapide des prix. La semaine dernière, le prix était de 100 euros par tonne, ce qui est considérablement moins que l'année dernière. Et à partir de cette semaine, il y a aussi des variétés en vrac telles que Bintje, Fontane et Challenger qui sont commercialisées, ce qui exerce une pression sur les variétés précoces. »

Augmentation de la superficie consacrée aux pommes de terre Parce que le marché de la pomme de terre est un marché spéculatif et que tout le monde diffuse des informations différentes, Romain confirme que la situation est bien meilleure cette année que la saison dernière. « Mais si vous comparez cette année aux années au cours desquelles nous avons enregistré un chiffre d'affaires record, le verre est à moitié vide. La chaleur et la sécheresse signifient que nous aurons au mieux une récolte moyenne, avec beaucoup de variation entre les parcelles. N'oubliez pas non plus que la superficie consacrée aux pommes de terre en Belgique et dans les pays voisins a augmenté depuis l'année dernière, ce qui a également une incidence sur le tableau général. Lorsque nous supposons un rendement moyen dans le secteur et le relions à son expansion, cela donne une certaine stabilité. La plupart des opérateurs pensent que nous aurons une saison d'ajustement avec des prix d'ajustement. »

Chaleur extrême
« Bien que la situation soit beaucoup plus positive que l'année dernière, nous devons attendre que les pommes de terre soient hors du sol. Si les conditions de récolte ne sont pas optimales, cela peut causer des surprises supplémentaires. La question est également de savoir si la plupart des parcelles peuvent s'attendre à beaucoup de croissance : la sécheresse et la chaleur annoncées entraîneront l'arrêt de la croissance sur de nombreux champs. Une inconnue frappante est l'effet à long terme de la chaleur extrême de juillet. Dans le cas de la Bintje, nous savons qu'elle déteste la chaleur, mais la superficie de cette variété a fortement diminué cette année. Malgré cela, personne ne connaît les effets de la chaleur extrême sur le stockage. En plus, j'entends parler de germination ici et là et cela peut certainement aussi avoir un effet. »

« Je pense qu'un sentiment positif d'optimisme a sa place sur le marché cette année. Si nous obtenions une saison appropriée avec des prix ajustés sur le marché libre, ce serait formidable. Le secteur n'a pas besoin des prix élevés de l'année dernière. Trop de prix élevés nuisent à notre compétitivité, mais les prix extrêmement bas d’il y a deux ans n’aident pas le marché. N'oubliez pas que pour la saison en cours, les prix contractuels de nombreuses entreprises avaient fortement augmenté par rapport à 2018-2019. Malgré la panique due à la chaleur et à la sécheresse, je pense que nous pouvons dire que le verre est à moitié plein cette année », conclut Romain.

Pour plus d'informations :
Romain Cools
Belgapom  
Sint-Annaplein 3
9290 Berlare
Romain@fvphouse.be 
www.belgapom.be   


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)