Bárður Níelsson sur les tendances des marchés d'importation islandais :

Islande : « On constate une augmentation de la consommation de chou-fleur »

La pénurie de choux-fleurs a fait la une de l'actualité ces derniers temps et ses effets se sont fait ressentir dans toute l'Europe, les importateurs s'efforçant de répondre à la demande des consommateurs malgré une disponibilité plus que réduite des produits.

La société d'importation islandaise Bananar ehf. a connu la pénurie de première main. Bárður Níelsson, acheteur déclare à ce propos : « Le chou-fleur est très prisé en Islande et nous avons constaté une augmentation de sa consommation. Le produit est fabriqué localement de juillet à fin septembre, mais nous en importons également afin d'être en mesure de répondre à la demande tout au long de l'année. » La société importe actuellement du chou-fleur des Pays-Bas et hiver, d'Espagne. Níelsson explique : « Les conditions climatiques en Europe cet été ont beaucoup endommagé les cultures de chou-fleur et de brocoli donc les importations ont été assez compliquées. Ce n'est pas impossible, ce sont juste les prix qui augmentent. »

La météo en Europe a provoqué plus qu'une simple pénurie de chou-fleur. La vague de chaleur a non seulement entraîné une baisse des rendements de certains produits, mais elle a également causé des dégâts aux produits en cours de transport. Níelsson affirme : « Nous importons des herbes en provenance des Pays-Bas, puis nous les acheminons en Belgique par avion. Pendant la vague de chaleur, il a fait si chaud qu'une partie de l'envoi a été endommagé à son arrivée. »

Tendances éco-responsables
Níelsson évoque la popularité croissante des pommes de petite taille : « On constate que les gens achètent plus souvent des pommes plus petites. Quand les gens mangent des pommes, comme en-cas par exemple, ils finissent souvent par en jeter une bonne partie car elles sont trop grosses, c'est surtout vrai pour les enfants. Les fruits et les légumes à « grignoter » sont très populaires aujourd'hui, et les pommes de petite taille s’inscrivent parfaitement dans cette tendance. Cela reflète également la prise de conscience par rapport au gaspillage alimentaire, les gens sont plus attentifs au fait de jeter de la nourriture. Offrir certains produits dans des calibres plus petits aide à résoudre ce problème. »

L’entreprise s’engage également dans le secteur de l’emballage et des aliments bio. En réponse à la préoccupation mondiale concernant le plastique, la société a commencé à adapter les emballages de vente. Par exemple, le chou-fleur et le brocoli sont maintenant vendus sans emballage plastique et la société envisage également de remplacer les barquettes en plastique par des canettes en carton.

M. Níelsson remarque qu'environ 5 % des importations de la société sont d'origine biologique. Cependant, « tout le monde s'intéresse aux produits bio, mais seule une petite fraction est également prête à en payer le prix. Bien que la plupart des gens apprécient cette idée, ils ne sont pas disposés à payer plus. C’est la raison pour laquelle les produits biologiques ne constituent qu’un petit morceau de nos importations. » A la question : Que voyez-vous pour l’avenir de la production biologique ? M. Níelsson répond : « Les jeunes sont plus conscients de ce qu'ils mangent et cela aura un impact sur l'avenir de l'agriculture biologique et la rendra plus populaire. »

La société envisage d'élargir la gamme d'articles importés de Grande-Bretagne. Níelsson s'intéresse particulièrement aux produits importants comme les fruits rouges, les épinards et la laitue.

Pour plus d'informations :  
Bárður Níelsson
Bananar ehf.
Tél. : +35 45250100
bardur@bananar.is 
www.bananar.is 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)