Yaniv Cohen, Coopérative de producteurs de dattes Hadiklaim

« Nous voulons créer une demande pour les Medjouls sur de nouveaux marchés »

En 1982, les principaux marchés pour les dattes Medjoul étaient les pays d'Europe occidentale, le Royaume-Uni et Israël. «Toutefois, si vous souhaitez vous développer, vous devez vous concentrer sur d'autres marchés plutôt que de forcer des volumes plus importants sur des marchés existants », selon Yaniv Cohen, directeur général de la coopérative israélienne Fresh Produce.

À droite : Yaniv Cohen, directeur marketing d'Hadiklaim.

« Nous constatons une augmentation de l'approvisionnement de Medjouls. Nous souhaitons donc créer de la demande sur de nouveaux marchés. » La coopérative a identifié quatre zones cibles. « Notre premier objectif était l'Europe de l'Est, puis l'Extrême-Orient, l'Amérique latine et l'Afrique. Nous commençons généralement par des dattes de moindre qualité sur de nouveaux marchés. C'est plus pratique car sont moins cher. C'est le même fruit, elles ont juste l'air un peu différentes. »

« Ces dernières années, nous avons eu beaucoup de succès en Europe de l’Est, dans des pays comme la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et la Slovaquie. Les habitants de ces pays commencent à consommer des dattes Medjoul », déclare Cohen.

« L’Extrême-Orient est différent. C'est une région très éclectique. Par exemple, en Inde, nous avons progressé de 300 % au cours des trois dernières années. Ce marché peut absorber des produits sucrés comme les Medjouls. Mais en Chine, par exemple, nous vendons des Medjouls en très petites quantités. Là-bas nous vendons surtout la Deglet Nour ; less Medjouls sont trop sucrées pour le palais chinois. »

Hadiklaim vend également de bonnes quantités de dattes Deglet Nour au Vietnam. « Nous faisons également de bonnes affaires à Singapour et en Thaïlande. »

Ils concentrent toutefois leurs efforts sur la commercialisation de leurs dattes au Japon. « Nous considérons le Japon comme une cible principale. Le marché japonais est très difficile à pénétrer. Mais notre économie est forte et les gens sont prêts à payer de bons prix. »

Amérique latine
Cette coopérative fait des affaires en Argentine depuis de nombreuses années. Mais pas dans des volumes importants. « Nous avons réussi à entrer sur le marché brésilien avec des quantités significatives pour la première fois l'an dernier. Notre prochain objectif est le Chili », explique Yaniv.

« Pour l'instant, le marché cible est l'Afrique. Nous y voyons un grand potentiel. La classe moyenne grandit sur ce continent. Pas dans tous les pays, ils ne peuvent pas tous payer les prix pour des dattes israéliennes. »

Selon le MD, les changements économiques mondiaux sont leur plus grande menace. « Les dattes Medjoul sont les dattes les plus chères du monde. Donc, si l'économie devait s'affaiblir, moins de gens pourraient se permettre d'acheter notre produit. Les taux de change baissent constamment pendant que nous essayons de maintenir les prix du marché. De toute évidence, la concurrence d'autres pays capables de produire de la Medjoul beaucoup moins chère aura toujours une incidence sur le marché. »

Cohen aimerait que le prix des dattes Medjoul soit une considération secondaire dans le processus de prise de décision des supermarchés. « Nous essayons d'éduquer les acheteurs quand nous leur parlons. Ce n'est pas toujours facile. Tout le monde ne distingue pas la qualité et la variété des dattes. C’est notre principal obstacle et défi : éduquer les gens sur ce produit. »

Pour plus d'informations : 
Yaniv Cohen
Hadiklaim
Tél. : +972 (3) 6389555
yaniv@hadiklaim.co.il 
www.Hadiklaim.co.il    


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)