Campagne Oxfam pour les droits de l'homme : un an après

« Beaucoup d'étapes sont encore nécessaires pour les grandes chaînes de supermarché »

Il y a un an, Oxfam a lancé sa campagne internationale contre l'exploitation des hommes et des femmes qui cultivent notre nourriture. C'était également un appel à l'action pour que les supermarchés et les gouvernements reconnaissent ce problème et agissent pour y remédier.

L’année écoulée a montré les progrès que les entreprises peuvent accomplir en renforçant les politiques et les pratiques en matière de droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement alimentaire, ainsi qu’en renforçant les réglementations. De nouvelles preuves publiées récemment par Oxfam montrent que les droits des travailleurs continuent d'être violés sur tous les continents, y compris en Europe.

Des entretiens menés par un syndicat partenaire de Banana Link auprès de travailleurs de l’ananas, de la banane et de l’horticulture au Costa Rica, en Équateur et au Pérou confirment que la plupart des travailleurs ne gagnent pas un salaire suffisant, et que plus des deux tiers craignent les conséquences de leur adhésion à un syndicat indépendant. Plus de la moitié des travailleurs a déclaré ne pas avoir été traitée avec respect au travail (ou avoir subi un traitement abusif ou du harcèlement sur leur lieu de travail) et a ajouté qu'elle n’était pas sûre de pouvoir déposer une plainte sans craindre des répercussions. 

Quelques progrès réalisés
Même si certains détaillants progressent toujours (Oxfam cite Tesco, Sainsbury et Morrisons en particulier), nombreux sont ceux qui ont à peine commencé à se diriger vers une véritable responsabilité d'entreprise.

En 2018, Aldi South n’a obtenu qu’un score de 1 % sur la grille de notation des supermarchés d’Oxfam. Après avoir mené une campagne publique dans plusieurs pays, le détaillant allemand a publié sa première politique internationale en matière de droits de l'homme, dans laquelle il s'était engagé à respecter les droits de l'homme, et à adopter des mesures pour identifier les risques et prévenir les dommages corporels. Ces déclarations ont augmenté le score de l’entreprise de 18 %, soit plus que toute autre entreprise.

Néanmoins, l’approvisionnement en bananes par Aldi témoigne d’un décalage entre les engagements de la société en matière de droits de l’homme et ses pratiques commerciales. À l’époque où elle élaborait sa politique des droits de l'homme, la société a demandé aux fournisseurs de bananes de réduire leurs prix, même si ceux-ci avaient déjà chuté de 50 % en 15 ans. En réponse, plus de 40 organisations de producteurs dans tous les principaux pays exportateurs de banane ont déclaré en avoir assez et ont incité les autres détaillants à ne pas suivre l’initiative d’Aldi South. Cela n’a pas empêché le supermarché de proposer un prix plus bas pour son offre mondiale de bananes cette année. Reste à voir si les leçons ont été apprises en matière de négociation des prix de la banane pour le contrat de 2020.

En novembre dernier, des membres du syndicat des travailleurs de la banane et de l’ananas du Costa Rica, SITRAP, ont déclaré à Oxfam : « Nous, les travailleurs du secteur de la banane, sommes très inquiets car nos conditions de travail deviennent de plus en plus difficiles. À l'heure actuelle, nous négocions une convention collective, mais lorsque nous avons demandé une augmentation de salaire, l'entreprise a refusé catégoriquement, affirmant qu'elle vendait des bananes à un prix très bas et que cela l'empêchait d'augmenter nos salaires ».

Source : bananalink.org.uk


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)