« Il y a un manque d'unité dans les organisations, mais le terrain est uni »

Produits jetés à Almeria à cause des prix bas

Le mercredi 8 janvier 2020, des aubergines et des tomates ont été jetées à La Cañada, Almería. « Les aubergines et les tomates continuent à perdre de la valeur. La production marocaine a un impact négatif sur nos produits », a déclaré le président de l'Union des producteurs agricoles indépendants (UAI), Joaquín López, connu de tous sous le nom de Bernabé.

« Nous avons reçu un appel de l'Allemagne parce qu'après avoir analysé les tomates importées, ils pensent qu'elles ne sont pas d'origine espagnole. Les négociants les achètent au Maroc et les réétiquetent. Ils veulent enquêter et, si c'est le cas, dénoncer ces pratiques. L'Union européenne ne peut pas le permettre », a déclaré M. Bernabé.

« L'aide aux OPFH (Organisations de producteurs de fruits et légumes) est uniquement destinée aux producteurs qui font partie de coopératives. Les producteurs qui ne sont pas membres d'une coopérative n'obtiendront pas d'aide. Le résultat est qu'en Espagne, l'aide n'aide pas ceux qui en ont le plus besoin », explique Joaquín López.

« L'Europe ne s'intéresse pas à savoir ce qui se passe en Espagne. On parle d'offre excédentaire quand l'Europe consomme moins que d'habitude à cause des prix. Les coûts augmentent. Par exemple, l'expédition d'un kilo de poivrons d'Almeria vers l'Allemagne coûte environ 15 centimes de plus, et environ 5 centimes lorsqu'on passe par les canaux de vente et de distribution ; par conséquent, il est insensé qu'un kilo de poivrons pour lequel le producteur reçoit 30 centimes soit vendu dans les rayons pour 5 euros le kilo », dit Bernabé.

« Le résultat est que le producteur produit plus pour couvrir les coûts et que le consommateur achète moins en raison des prix élevés. Le consommateur européen achète deux poivrons, mais pour le montant payé, il pourrait acheter une boîte entière. Si le consommateur achète plus, on évite une offre excédentaire. » 

Actuellement, l'AUI compte déjà des milliers de producteurs associés et continue de croître. « Le producteur doit agir un peu plus comme un entrepreneur lorsqu'il s'agit de la commercialisation des produits et donc ne pas laisser cela entre les mains des commerçants », a déclaré le président de l'UAI.

Plus d'informations :
Joaquín López, président
Unión de Agricultores Independientes 
agricultoresindependientes 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)