Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Pieter Gabriëls, Bejo Samen GmbH :

« Ce qui obsède les producteurs à l'heure actuelle sont les aides à la récolte »

L'humeur des producteurs d'asperges allemands est divisée. Les prix sont généralement bons en ce moment, surtout à Pâques où la demande pour ce noble légume est plutôt satisfaisante. Toutefois, malgré les premiers progrès réalisés en ce qui concerne la situation de la récolte, des problèmes subsistent quant à l'organisation de la récolte. « On parle dans tout le pays de pertes d'environ 30 %, car on craint que les champs ne puissent tout simplement pas être récoltés », déclare Pieter Gabriëls, le directeur général de Bejo Samen LLC.

Il y a également des différences d'un État à l'autre, rapporte son équipe dans les rapports de terrain : « En Bavière et en Rhénanie-Palatinat, la situation est particulièrement mauvaise, les directives strictes en Bavière aggravent encore la situation. Les autorisations supplémentaires pour les travailleurs de la récolte ont aidé, mais les entreprises doivent continuer à réaliser des prouesses d'organisation », déclare Gabriëls. Par exemple, seuls 50 % des logements peuvent être occupés.

Ces problèmes ne touchent pas seulement les petites exploitations, note-t-il : « Les grands producteurs viennent aussi me voir et me disent que s'ils ne peuvent pas récolter les asperges et que la saison continue ainsi, ils ne pourront pas être là l'année prochaine. C'est là que l'on se rend compte que la saison est vraiment dramatique ». C'est particulièrement effrayant et cela pourrait avoir un impact majeur sur le secteur allemand de l'asperge.


Holger Pohl et Pieter Gabriëls au stand Bejo à l'expoSE 2019

La commercialisation reste également incertaine. « La vente à la ferme fonctionne très bien. Cependant, les exploitations qui l'avaient liée à un restaurant n'arrivent toujours pas à rattraper ce chiffre d'affaires. Les stands de vente libre se portent également bien là où ils sont autorisés à le faire. Par exemple, ils sont également interdits en Bavière. Dans l'ensemble, c'est une situation très désagréable », fait-il remarquer.

Après tout, les variétés fonctionnent bien, selon Pieter Gabriëls : « Les variétés poussent bien, de haute qualité, en saison normale nous serions très satisfaits. Mais ce n'est pas une saison normale et nos producteurs sont satisfaits de tout ce qu'ils peuvent récolter ».

Néanmoins, Bejo aimerait laisser de côté les conseils de ses clients. « Nous proposons actuellement de laisser pousser les asperges blanches et de les récolter sous forme d'asperges vertes ou tricolores, ce qui permettra aux producteurs de gagner un temps précieux. Toutefois, cela dépendrait également de la rapidité avec laquelle les frontières seraient rouvertes et de la mesure dans laquelle les travailleurs de la récolte voudraient entrer. »


Asperges tricolores

Une telle stratégie pourrait certainement avoir un effet intéressant sur le marché : « L'asperge verte gagne de toute façon en importance depuis des années, surtout parmi la jeune génération - ces quantités supplémentaires pourraient jouer les cartes de ce développement. En même temps, les producteurs peuvent prendre des mesures correctives et perdre moins de leur récolte ».


Asperges vertes - Canticus

Aide aux récoltes
En général, l'ambiance n'est pas aussi mauvaise qu'il y a trois semaines. « C'est à cela que pensent les producteurs en ce moment : des aides, des aides, des aides ! Tout en dépend maintenant. Mais il y a aussi de bonnes nouvelles à cet égard : dans le secteur des asperges, de nombreuses actions ont été lancées, les associations ont uni leurs forces et cela a certainement eu une influence sur la réaction politique rapide à la pénurie de travailleurs. Nous sommes très heureux de constater que les agriculteurs sont davantage écoutés et que les problèmes sont traités ». Une petite lueur d'espoir, pense-t-il, car sinon, on a souvent l'impression que les décisions sont prises pour eux sans que les producteurs ne s'en rendent compte.

Pieter Gabriëls est agréablement surpris par le grand nombre de réactions de la population en faveur de l'agriculture : « Malheureusement, il y a quelques obstacles, car la récolte des asperges est un travail physiquement exigeant et beaucoup de ces personnes veulent reprendre leur travail précédent le plus vite possible. Le travail de plantation actuel, à son tour, peut probablement être très bien couvert par des bénévoles et des étudiants, comme nous l'ont dit nos producteurs ».


Asperges blanches - Cumulus 

Il y a beaucoup de problèmes cette année, et beaucoup d'entre eux sont très différents des autres saisons, mais cela ne veut pas dire que les asperges allemandes vont disparaître. « Les gens aimeront toujours les asperges, même après la crise. C'est pourquoi la plantation des jeunes plants, qui pourront être récoltés en 2021, bat actuellement son plein ». Il est donc d'autant plus important maintenant de trouver les bons canaux de vente pour les producteurs. « Les exploitations doivent pouvoir vendre les légumes et en tirer de l'argent. C'est l'objectif, car nous voulons assurer la subsistance de ces personnes à long terme ».

Pour plus d'informations : 
Pieter Gabriëls
Bejo Samen GmbH
Danziger Straße 29
47665 Sonsbeck
Tél. : +49 2838 98989-0
info@bejosamen.de  
www.bejosamen.de/  

Date de publication: