Rob Culum - Pacific Produce :

L'approvisionnement de l'Europe en avocats péruviens est lent

Pacific Produce vient de terminer les départs en début de saison des avocats du Pérou qui arrivent sur le marché européen depuis quelques semaines maintenant. La saison principale est sur le point de commencer et, selon Rob Cullum de la société, elle est pour l'instant bonne mais plus lente que la normale en raison des complications causées par le Covid-19.

« L'avocat est un produit important pour le Pérou et il est cultivé dans plusieurs endroits, certains se portent mieux que d'autres. Notre principale production dans le sud est bonne et ne pose pas de problème pour l'instant, mais dans certaines régions, il y a un manque de personnel pour la cueillette. Ces régions ont un taux d'emploi assez élevé et il peut être difficile de trouver des travailleurs, mais avec cette nouvelle situation, la complexité va s'accroître lorsque le volume commencera. »

« Les centres de regroupement doivent également respecter les réglementations relatives à la distanciation sociale, ce qui signifie que la plupart fonctionnent à une capacité comprise entre 50 et 75 %, ce qui entraîne des coûts supplémentaires en termes d'efficacité et d'équipes supplémentaires. Il y a aussi le problème du transport des personnes vers et depuis les centres de regroupement et les champs, car les règles de capacité par bus sont naturellement réduites. Tout cela se traduit par une augmentation des coûts, qui augmentera encore pour les cultures nécessitant un travail manuel plus important ».

Les avocats peuvent être gardés sur les arbres, ce qui permet de retarder la récolte dans une certaine mesure, mais beaucoup de pays d'Europe occidentale préfèrent les petits calibres et plus ils restent longtemps sur l'arbre, plus ils grandissent.

« C'est une année raisonnablement élevée en termes de récoltes, mais nous essayons de réduire la production de l'année en cours. Avec l'augmentation des plantations, il y a toujours de nouvelles plantations qui entrent en production, ce qui permet de réduire les écarts entre les années traditionnelles de marche et d'arrêt. »

« L'offre a été inférieure à nos prévisions depuis le début et nous n'arrivons pas à la rattraper à mesure que nous progressons en raison des effets du Covid-19 et des réglementations qui l'entourent, mais il en va de même pour les producteurs du monde entier. Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu de problèmes logistiques et nous ne prévoyons pas de problèmes, nous sommes dans une bonne période de confinement car le Pérou a agi rapidement, nous pensons donc avoir réglé la plupart des aspects techniques du travail dans le cadre des protocoles sanitaires ».

Rob ne s'attend pas à ce que le Pérou atteigne les volumes initialement prévus et pense que les gens pourraient être pris au dépourvu pour cette raison, si les acheteurs s'attendent à une fourchette de taille particulière, ils pourraient être déçus. 

Quant à la demande, il est difficile de dire comment elle va évoluer : « Au début, j'ai regardé le panier que nous fournissons et j'étais assez certain que nos agrumes se porteraient bien, nous pensions que l'avocat serait un produit délicat, c'est un produit gastronomique haut de gamme, tous les cafés/hôtels proposent de l'avocat sur des toasts au menu ! Nous avons principalement des avocats prêts à consommer, mais les gens ne font leurs courses qu'une fois par semaine, alors j'ai pensé que nous pourrions avoir un problème s'ils n'achètent des avocats qu'une fois par semaine. Mais pour l'instant, les ventes sont bonnes et nous sommes plus que capables d'utiliser tout le stock disponible. Si le Pérou et l'Afrique du Sud peuvent mettre tous les avocats sur le marché, l'équilibre sera-t-il maintenu ? C'est impossible à dire, jusqu'à présent, c'est le contraire qui s'est produit, nous avons toujours été à court. Nous sortons tout juste de la période initiale où les prix sont toujours bons, car Israël et l'Espagne sont en train de se terminer et nous ne faisons que commencer. Normalement, nous devrions augmenter les volumes comme le ferait l'Afrique du Sud, ce qui ferait baisser les prix, mais ce n'est pas le cas ».

Les États-Unis jouent également un rôle important et leurs ventes sont en hausse : « Elles ont d'abord augmenté d'environ 27 % au début de la période de fermeture et se situent maintenant à environ 12-13 % par rapport à la même période l'année dernière, ce qui est supérieur à l'augmentation des ventes de mandarines - le guacamole est donc peut-être un des produits favoris pendant cette période de confinement aux États-Unis ».

Pour plus d'informations : 
Robert Cullum
Pacific Produce
Tél. : +44 (0) 1865877801
rob@pacificproduce.co.uk  
www.pacificproduce.co.uk  


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)