Haute saison pour les producteurs d'aubergines

Les producteurs d'aubergines se trouvent actuellement dans la meilleure période de l'année. « En ce moment, de fin août à mi-octobre, nous devons gagner notre argent, et c'est comme ça chaque année », explique Ted Van Luijk, producteur d'aubergines néerlandais.

Le prix des aubergines a connu une forte hausse sur Belgique-cadran et est passé la semaine dernière à 1,30 par kilo contre 80 centimes une semaine plus tôt. Ted Van Luijk n'est pas surpris. « Le prix augmente chaque année pendant cette période. En raison des mois chauds, l'offre espagnole s'arrête, de sorte qu'il y a beaucoup moins d'aubergines sur le marché. Par conséquent, les prix augmentent considérablement. C'est la période la plus importante pour les producteurs néerlandais. Il faut maintenant gagner de l'argent. Jusqu'en juillet, il est important d'atteindre le seuil de rentabilité ».

La concurrence espagnole détermine les prix
La concurrence espagnole reprend normalement en octobre après que les producteurs aient mis en place une rotation des cultures en septembre. Van Luijk ne plante sa rotation des cultures qu'en novembre, après quoi il aura de nouveau une production en février. Le printemps est traditionnellement une mauvaise période où la concurrence espagnole fait baisser les prix et où les coûts de production sont plus élevés.

Cette année, la situation a été deux fois plus mauvaise en raison du coronavirus. Fin mai, le producteur d'aubergines était encore moins optimiste. En raison de la pandémie, de la fermeture du secteur de la restauration et du déclin des exportations, les ventes du producteur ont été dramatiques et de grands lots ont été détruits. Ted van Luijk et son fils Dennis cultivent des aubergines sur trois hectares, dont la moitié sont des spécialités. Pour ces produits, il dépend du secteur de la restauration.


Image d'un reportage de télévision locale en pleine crise du coronavirus.

Avec la réduction des mesures contre le coronavirus et la réouverture du secteur de la restauration, la demande de spécialités a augmenté. « Il nous faut maintenant attendre la reprise des exportations vers des pays comme les États-Unis, le Canada et les Émirats arabes unis. Ce sont des clients traditionnellement importants ».

Le coronavirus n'a aucune influence sur le plan de culture
Il souligne qu'il y a vraiment une différence avec les spécialités. « Les blanches et vertes n'ont aucun intérêt, alors que les noires et violettes, en revanche, se portent très bien ».

C'est cette tendance qui déterminera son plan de culture pour l'année à venir, et non la fermeture éventuelle du secteur de la restauration. « Je reste positif et je suppose qu'un vaccin sera bientôt disponible, ce qui nous permettra de revenir à une situation normale ».

La crise actuelle du coronavirus en Espagne n'affectera pas les importations, selon le producteur. « L'importation d'aubergines espagnoles ne cessera pas. Les producteurs devront continuer à vendre leurs produits et le prix est en tête du marché ».

Ted van Luijk espère pouvoir compenser les pertes dues au coronavirus cette année. « C'est aussi parce que nous avons reçu de meilleurs prix que d'habitude en juin et juillet. Parfois, les prix ne sont alors que de 30 centimes par kilo, mais cette année, ils étaient de 40 à 50 centimes », explique le producteur.

L'explication selon lui ? « Cette année, les gens sont restés plus souvent à la maison pendant les vacances et ont passé plus de temps à manger. Il est aussi possible qu'il y ait eu plus de barbecues ».


Pour plus d'informations : 
Kwekerij van Luijk
www.aubergines.info


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)