Bert van der Beek, Van Oers United :

« La superficie des choux de Bruxelles néerlandais et belges augmente »

L'automne est là, c'est donc la période des champignons, des potirons et, bien sûr, des choux de Bruxelles. Comment les choses évoluent-elles dans ce secteur ? Y a-t-il une demande croissante pour ces petits choux verts, réputés autrefois amers mais devenus appétissants grâce à un développement poussé ?

La société néerlandaise Van Oers United exporte ce produit dans toute l'Europe. « Vous pouvez trouver nos choux de Bruxelles de la Norvège à l'Espagne et de l'Italie à l'Irlande. L'Allemagne est notre plus important marché de vente. Elle prend les plus grandes quantités et représente 60 % des exportations totales de choux de Bruxelles des Pays-Bas », déclare Bert van der Beek de Van Oers United.

« Nous sélectionnons principalement le grade B (entre 30 et 40 mm) pour le marché de l'exportation. Nous préférons les grades A plus petits (23 à 30 mm) pour le marché néerlandais et les choux congelés. Les producteurs se concentrent davantage sur les produits de grade B. Ceux-ci donnent le meilleur rendement pondéral à l'hectare. Ils peuvent donc obtenir le rendement le plus élevé. A moins, bien sûr, qu'ils ne cultivent pour un marché spécifique, comme le secteur des produits surgelés ».

Variétés et culture
Cette année, les Pays-Bas et la Belgique ont encore augmenté leur superficie. « En Belgique, en particulier, il y a une plus grande demande du secteur pour le surgelé. Les Pays-Bas connaissent également une légère expansion. C'est surtout dû aux bonnes saisons que nous avons eues. Les agriculteurs décident alors de planter quelques hectares supplémentaires. Mais il y a moins de producteurs de choux de Bruxelles qu'il y a dix ans », explique Bert.

« C'est surtout parce que, ces dernières années, la culture est devenue plus professionnelle. De nombreuses petites entreprises ne pouvaient plus se permettre d'acquérir de nouvelles machines et techniques. L'échelle sur laquelle elles cultivaient ces légumes était trop petite donc elles ont arrêté. Maintenant, il y a une expansion parmi les agriculteurs restants. Mais de nouveaux cultivateurs sont également entrés dans le secteur de la culture du chou de Bruxelles ».

Abacus, Stedia et Albarus sont les meilleures variétés néerlandaises de choux de Bruxelles. « Ces choux sont déjà beaucoup plus appétissants que les anciennes variétés qui avaient un goût amer. On dit que la gelée nocturne donne aux choux un goût un peu plus sucré. C'est pourtant un mythe persistant chez les consommateurs », poursuit M. van der Beek.

« Il n'y a pas que des choux de Bruxelles verts différents, il y a aussi des produits de niche comme les choux violets et les Kalettes. Van Oers United a essayé cela pendant plusieurs années, mais ce marché n'a pas très bien démarré. Il a été branché, chaud, et a fait l'objet d'un battage médiatique pendant une courte période. Mais, inconnu signifie encore mal aimé. Un autre facteur est qu'il est difficile d'organiser un tel produit de niche à l'échelle de notre exploitation. C'est pour cela que nous avons arrêté ».

« La saison de culture régulière des choux de Bruxelles commence plus tôt et se termine plus tard. Van Oers United cultive également des choux de Bruxelles à l'étranger. Ainsi, nous pouvons proposer des choux frais toute l'année. Nous avons ce délicieux légume sur le marché tout au long de l'année. En été, la demande est différente de celle de l'automne et de l'hiver », ajoute Bert.

Toute l'année
Van Oers United fournit des choux de Bruxelles frais au marché européen tout au long de l'année. À partir du mois de mars, ils le font avec leurs propres récoltes au Maroc. « La saison néerlandaise se termine vers le mois de mars ; ensuite, nous commençons à récolter au Maroc. Les choux marocains sont principalement consommés en Angleterre. Les Anglais adorent les choux de Bruxelles et ont la plus forte consommation par habitant en Europe. Nous sommes inquiets pour nos exportations vers le Royaume-Uni. Surtout compte tenu du Brexit à venir. Nous nous demandons comment seront les relations entre l'UE et le Royaume-Uni au 1er janvier 2021 ».

Outre la culture néerlandaise, la principale concurrence vient des producteurs locaux de toute l'Europe. « Les cultures locales ont la priorité sur les pousses néerlandaises pendant la saison, surtout en Allemagne, en France et en Suisse. C'est lié à la tendance « local pour local » qui se développe partout. Les entreprises de culture à l'étranger se développent également en termes de superficie, lorsqu'il s'agit de choux de Bruxelles », explique Bert.

Emballage
La tendance à l'emballage plus durable est également présente avec les choux de Bruxelles. Mais Bert a également remarqué une tendance à la réduction du contenu. « Par exemple, chez les détaillants allemands, nous avons vu des emballages de 750 g à 1 kg. En Angleterre, on trouve des choux nettoyés de 200 à 250 g. Plusieurs détaillants néerlandais ont souvent différents types d'emballages pour différents groupes cibles. Cela inclut différentes tailles d'emballages de choux de Bruxelles. Pour l'instant, les choux sont toujours emballés dans des flowpacks. Le défi consiste maintenant à développer l'emballage durable tant demandé ».

Main-d’œuvre
Mais ce n'est pas le seul défi auquel le secteur est confronté. Les choux de Bruxelles doivent être cultivés en utilisant moins de substances. Et le travail est également un défi. « La culture des choux de Bruxelles est une activité à forte intensité de main-d'œuvre, et les travailleurs vont se raréfier dans les années à venir. C'est pourquoi le secteur devra s'orienter vers une récolte et une plantation automatiques. Le tri optique a également beaucoup progressé », conclut Bert.

Pour plus d'informations :
Van Oers United
www.vanoersunited.nl 
Bert van der Beek
bvanderbeek@vanoersunited.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)