Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Peter de Blaeij, De Blaeij :

« Noël sera encore plus chargé que d'habitude »

« Le commerce est toujours aussi intense », déclare Peter de Blaeij de la société néerlando-belge du même nom. « Nous ne pouvons pas du tout nous plaindre. Depuis que le coronavirus a fait son apparition, il y a eu beaucoup de travail. Nous, et nos clients, allons très bien. Les ventes ont été excellentes, surtout pendant la saison des fraises et des asperges. Bientôt, ce sera Noël et c'est généralement une période très chargée pour nous. Mais je pense que les ventes vont exploser cette année. Si l'industrie hôtelière reste fermée, je m'attends à ce que les gens aillent faire leurs courses au supermarché ou chez leur marchand de fruits et légumes de proximité ».

Il y a actuellement une forte demande pour les agrumes : « Les clémentines se vendent bien. L'offre est suffisante et la qualité est excellente. Les prix sont également bons. Ils ne sont pas trop bas, et donc tout le monde peut gagner de l'argent. Il y a aussi une forte demande de pommes, de haricots importés, de dattes, d'oignons et d'herbes fraîches. Les ventes de jus de fruits sont également très bonnes. Les gens veulent des vitamines pour rester en bonne santé. Ils aiment donc les jus Schulp's. » 

« Mais, certains produits ont chuté cette année. Nous fournissons principalement les détaillants. Certains de nos clients, néanmoins, approvisionnent le secteur de l'hôtellerie et des écoles. Lors du premier confinement, les écoles ont dû fermer, elles n'ont donc pas eu besoin de fruits. Elles ont eu l'autorisation d'ouvrir durant ce deuxième confinement, donc elles ont toujours besoin de fruits. Nos clients qui livrent aux entreprises du secteur de l'hôtellerie et de la restauration prennent moins de fruits. Mais les détaillants se rattrapent. Nous sommes généralement satisfaits. Cette crise ne nous touche pas de plein fouet. Les gens doivent continuer à manger, quoi qu'il arrive, donc notre secteur est bien positionné », conclut Peter.

Pour plus d'informations :
Peter de Blaeij
De Blaeij
8, rue Lange Rekse
4538 AZ, Terneuzen, NL
7/40 Brugse Steenweg
9940, Evergem, Belgique
Tél. : +31 (0) 115 613 234
info@deblaeij.nl
www.deblaeij.nl

Date de publication: