Mart Boender invite les députés néerlandais à comptabiliser les lièvres qui dévorent les cultures

« Les ventes de laitue de pleine terre ont fortement chuté, après le COVID-19, mais ont remonté ces derniers mois »

Élevé dans l'entreprise horticole de son père, le Néerlandais Mart Boender a développé très tôt sa passion pour la culture des légumes. Alors que son père cultive en serre, Mart s'est lancé en 2014 sur une surface d'environ 10 hectares dans la culture de plein air de laitue Lollo Bionda et Lollo Rossa et de feuilles de chêne rouges et vertes.

« La proportion est d'environ 45 % de Lollo Bionda, 35 % de Lollo Rossa, 15 % de feuilles de chêne rouges et 5 % de feuilles de chêne vertes », explique Mart, qui dirige l'entreprise agricole avec sa femme Janske. Le cultivateur récolte généralement ses premières laitues vers le 5 mai. La saison se poursuit jusqu'à la fin du mois d'octobre. En hiver, Mart aide son père à cultiver des laitues Salanova et des choux chinois dans la serre.

Mart s'occupe également de la vente, mais 90 % de la récolte est fournie à la société de commercialisation Levarht. « Levarht est un acheteur très loyal avec des clients sur tous les continents. Mais Levarht doit aussi faire face à la situation actuelle du marché, et nous ne repousserons pas un nouveau client ». Jusqu'à l'épidémie de coronavirus, les ventes de laitues de Boender augmentaient régulièrement, mais avec l'introduction des restrictions liées à la pandémie, le chiffre d'affaires a chuté. « Les problèmes de fret aérien ont entravé les ventes et beaucoup de nos clients finaux sont des fournisseurs du secteur de l'HoReCa, le confinement a donc eu un gros impact sur nos activités. »

Néanmoins, les ventes se sont fortement redressées au cours des dernières semaines. « Les grossistes sont encore très frileux car ils attendent l'arrivée de gros volumes sur le marché, mais je ne suis pas pour autant convaincu. En fait, nous sommes aussi un peu en retard dans la récolte ». Alors que de nombreux producteurs de laitue sous serre souffrent du Fusarium, ce n'est pas un problème pour Boender. « C'est peut-être parce que nous faisons beaucoup de rotation de cultures, mais heureusement, je n'ai pas encore vu d'incidence de Fusarium dans nos parcelles. »

Selon le cultivateur, les plus grands défis se situent au niveau de la main-d'œuvre. « Nous travaillons actuellement avec trois employés permanents, mais à l'automne, nous sommes généralement sept. Lier les personnes aux entreprises sera le grand défi de l'avenir ». Mart mentionne également les politiques du gouvernement concernant la chasse au petit gibier. « Les membres du Congrès parlent beaucoup de lièvres et de pigeons, mais je voudrais les inviter ici à venir parler des vrais lièvres. Dans notre région de Hoekse Waard, une grande partie des choux de Bruxelles sont mangés par les pigeons et les lièvres, j'espère donc qu'ils feront bientôt quelque chose à ce sujet. »

Pour plus d'informations :
Mart Boender
Tuinderij Boender
Noorderstraat 5
3264 AP Nieuw-Beijerland (Pays-Bas)
Tél. : +31 (0)6 11 15 15 73 54
mart@tuinderijboender.nl
www.tuinderijboender.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)