Gerhard Dannapel de Lan Bio Funghi Land :

« Les personnes attachant de l'importance à la qualité sont aussi disposées à dépenser plus »

Lan Bio Funghi du Brandebourg cultive des champignons. Grâce à sa présence sur de multiples canaux, l'entreprise a pu commercialiser son produit dans tout le secteur de l'hôtellerie. Mais pendant le confinement, les ventes se sont presque totalement effondrées. « Nous avons eu la chance d'avoir de fortes ventes dans le commerce de détail alimentaire et de proposer également d'autres marques que la nôtre pour les grandes chaînes. Ce que nous avons perdu dans le secteur de la distribution alimentaire, nous avons pu en grande partie le compenser », explique Gerhard Dannapel.


Gerhard Dannapel explique la culture des champignons à un visiteur du salon. (Photo : © AJPG - Eberhard Schorr | der-landfotograf)

Culture sur substrat inhabituel
Lan Bio Funghi a répondu à la réouverture du secteur de la restauration avec un emballage « Covid » auto-assemblé. La demande est toujours aussi forte. « Nous sommes également actifs dans la culture de substrat, ce qui est plutôt inhabituel. Ici, nous nous concentrons, entre autres, sur la production de pleurotes royaux », explique Gerhard. « Il est vrai que les champignons ont l'inconvénient d'être des matières premières coûteuses. Nous avons toutefois remarqué une demande croissante de la part de l'industrie de transformation. Que ce soit pour des produits de consommation courante ou dans le cadre d'un régime végétalien - nous nous sommes positionnés comme un fournisseur de matières premières spécialisé dans les produits biologiques. »

La concurrence de l'Asie et le réseau local de champignons
« Nous n'achetons pas de champignons à l'étranger ; nous les cultivons tous nous-mêmes. Bien sûr, nous constatons aussi une certaine pression de la part de pays comme la Chine et la Corée du Sud, qui proposent là encore essentiellement des produits conventionnels ». Gerhard évoque également un réseau de différents collègues qui se soutiennent mutuellement, cependant, l'achat de produits supplémentaires ne se fait que dans des cas exceptionnels.

A droite : couronne de Pleurotes du panicaut

Les pleurotes sont également transformés en partie en saucisses, car leur consistance reste ferme même lorsqu'ils sont cuits, ce qui en fait un bon substitut de viande. « Certains prétendent qu'ils ressemblent aux cèpes au niveau du goût, mais nous ne partageons pas cette opinion. En plus de la gamme biologique, nous proposons également une gamme conventionnelle, plus économique. »

Les crises modifient la demande
De nombreuses entreprises de produits frais ont également remarqué un changement croissant dans le comportement de consommation de leurs clients au cours des dix-huit derniers mois. « Depuis des décennies, une partie de la population ici achète consciemment des produits biologiques. Cependant, les crises telles que nous les vivons ou les avons vécues actuellement sont toujours un stimulant pour les produits cultivés de manière plus durable et en qualité biologique. Ceux qui apprécient la qualité de ces produits sont également prêts à dépenser un peu plus ».

A droite : les shiitakes

Selon Gerhard, ce sont précisément les pénuries qui ont modifié la prise de conscience des clients pendant le confinement. « Je suppose qu'après le covid, on assistera à une légère baisse. Il y a encore beaucoup d'éducation à faire sur la façon dont les produits sont cultivés et d'où ils viennent. Se demander quels sont les avantages d'un produit pour soi, mais surtout pour l'environnement, est plus important que jamais. »

Pour plus d'informations :
Gerhard Dannapel
Lan Bio Funghi Land GmbH
Gewerbepark 16
D-16833 Fehrbellin
Tél. : +49-(0)33.932-614.410
info@lanbiofunghi.com
www.biopilze-brandenburg.de


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)