« Je suis obligé de vendre 20 % en conventionnel »

Trop d'aubergines sur le marché bio

La demande d'aubergines augmente chaque année sur les marchés néerlandais et belge. La superficie totale augmente aussi régulièrement, parallèlement à la demande croissante. Mais, il semble que cela soit maintenant terminé. Il y a eu un point bas, au niveau des prix, autour du 24 mars. Les aubergines se vendaient entre 0,06 et 0,25 €/kg.

« L'offre et la demande se sont déséquilibrées », déclare Krist Hamerlinck, d'EcoVeg. Il cultive, entre autres, des aubergines biologiques en Belgique. « Je suis même obligé de vendre 20 % de la récolte en conventionnel cette année car je n'arrive pas à écouler le bio ».

La concurrence de l'Espagne
« Les prix sont si bas à cause des prix conventionnels qui sont au plus bas. La différence de prix entre les aubergines biologiques et les aubergines standard ne peut pas être trop importante. Dans ce cas, les consommateurs risquent fort de ne pas choisir la variante biologique. Les producteurs belges et néerlandais sont confrontés à la concurrence de l'Espagne principalement. Les aubergines sont très résistantes à la chaleur, elles se développent donc bien dans ce pays », explique Krist.

« Il fait actuellement 40°C en Espagne, mais les aubergines ne souffrent pas beaucoup. Là-bas, les coûts de culture sont également beaucoup plus faibles. Il n'y a pas de frais de chauffage pour mettre les serres à température. Et la main-d'œuvre coûte également moins cher en Espagne. La qualité de la récolte belge est un peu plus élevée que celle de la récolte espagnole. Mais ce n'est pas mauvais non plus », explique Krist.

Peu d'incitation à l'agriculture biologique en Belgique ; en Espagne, ce secteur est en pleine croissance
Selon Krist, le gouvernement belge fait peu pour stimuler l'agriculture biologique. Il y a un petit coup de pouce financier de leur part, mais c'est tout. Toutefois, cela ne signifie pas que la part de marché des produits biologiques ne va pas augmenter. « En Espagne, pas mal de producteurs sont en train de passer au bio », conclut Krist.

Les prix des aubergines ne sont pas les seuls à être décevants cette année. Ceux du concombre le sont aussi. Seuls les prix des tomates sont très bons. Cela est dû à la réduction de l'offre sur le marché.

Pour plus d'informations : 
Krist Hamerlinck
Eco Veg
5a Stoepe Street
9960, Assenede, Belgique
Tél. : +32 (0) 486 166 606
krist@ecoveg.be 
www.ecoveg.be  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)