Augmentation des demandes de variétés de production dans le segment européen de la tomate snack

Les producteurs de tomates doivent faire face à de nombreux problèmes. Il n'est donc pas étonnant que la version numérique de la foire aux tomates Enza Zaden ait attiré un intérêt au moins équivalent à celui de la version physique au début de l'été. Dans les semaines à venir, le producteur organisera une autre foire. Le virus ToBRFV, l'augmentation des coûts de la main-d'œuvre et les besoins du marché seront de nouveau à l'ordre du jour car ce sont en effet les défis auxquels les producteurs sont actuellement confrontés. Ces enjeux combinés se traduisent par une attention particulière pour les « variétés de production » dans le segment des tomates à grignoter, par exemple, notent Marc Mens et Edwin van Antwerpen. Dans le même temps, le secteur de la vente au détail semble reprendre lentement goût aux nouveautés.

Plus de demande pour les variétés de production dans le segment des tomates pour en-cas
Bien qu'il ne sera pas possible de goûter physiquement l'offre d'Enza Zaden cette année, les tomates snack et autres types de production sont de nouveau sous les projecteurs. « Compte tenu du goût et de la qualité élevée des petits types de tomates, nous avons vu les superficies augmenter au cours des 5 à 6 dernières années. Au niveau du consommateur, la taille maximale du marché dans le segment des tomates snack n'a certainement pas encore été atteinte », s'attend Edwin van Antwerpen. « Cependant, nous constatons une demande croissante de variétés pour les cultures qui sont plus cohérentes en termes de production, de qualité et de goût sur ce segment. »

Avec les tomates à collation, les coûts élevés de la main-d'œuvre peuvent également poser problème. Les producteurs préfèrent cultiver une tomate de 12 grammes plutôt qu'une de 10 grammes, car elle est plus facile à travailler. L'équipe d'Enza Zaden aide donc les producteurs à prendre en compte d'autres caractéristiques variétales qui réduisent la demande de main-d'œuvre. Par exemple, le fait de récolter à partir de trois grappes à la fois ou de deux fait une grande différence. « Une Santa avec une grappe divisée de tomates 2x14 permet une récolte plus fluide, ce qui réduit considérablement la demande de main-d'œuvre. Si vous comparez cela à 4 ou 5 grappes avec un poids de 9 à 10 grammes, la différence peut être considérable », précise Marc.

Tomates Santa
La forte demande en main-d'œuvre dans le segment des tomates de type « snack » a déjà entraîné ces dernières années une augmentation de la culture des tomates « Santa » en Afrique du Nord, notamment au Maroc. Ont-elles vocation à exister dans les cultures coûteuses et chauffées d'Europe du Nord ? Dans de nombreux pays européens, la demande en produits locaux est plus forte. Cela compense le prix plus élevé de la culture. Aux Pays-Bas, la situation pourrait être difficile et aucune augmentation n'est constatée. Parallèlement, les grandes organisations de vente veulent aussi proposer des produits locaux dans leur gamme. « S'il y a des garanties en retour, ils opteront pour le segment supérieur, sinon ils choisiront des variétés plus efficaces à cultiver », observe Marc.

Il remarque que cette demande est largement soutenue par l'Europe. « Même dans les pays où le marché local est fort comme la Suisse, on constate que la demande est forte pour un produit qui donne plus de kilos ». Le marché suisse réserve également d'autres surprises. Le pays est à l'avant-garde du passage au bio et le gouvernement a pour objectif de convertir la moitié de ses surfaces en bio. « Pourtant, les choses ne vont pas aussi vite aujourd'hui que le commerce et les supermarchés le souhaiteraient. Les consommateurs trouvent encore le produit trop cher, ce qui est en partie dû aux difficultés inhérentes à la culture. Les superficies augmentent, mais pas assez vite pour atteindre les objectifs du gouvernement. En fait, ce phénomène se produit dans de nombreux endroits en Europe : combien de producteurs biologiques supplémentaires y aura-t-il ? Cela dépend du marché, mais aux Pays-Bas, il n'est certainement pas encore en progression. »

Des variétés fiables pour les tomates grappes vendues en gros
Sans garantie de vente, le choix se porte encore souvent sur les tomates en grappes. « Cela reste un choix sûr », poursuit Marc. « Des variétés fiables comme l'Extenza, qui donnent un bon rendement sur l'année, permettent aux producteurs de cultiver de manière rentable, surtout dans le cadre d'une culture sous éclairage ». Cette année, il en va de même pour les tomates en vrac. Après une légère baisse de la superficie l'an dernier, la demande a retrouvé un certain équilibre grâce à la réouverture de l'activité HoReCa. On y constate que la Sjaleza est bien appréciée, en raison de son haut niveau de goût. La variété est en train de devenir un label de qualité, que l'on peut même trouver au supermarché.

C'est remarquable car les grandes surfaces européennes ne cherchent certainement pas à élargir leur nombre de segments. « Au cours des quatre dernières années, peu de nouveaux segments ont en fait été adoptés, une tendance que nous observions beaucoup plus fortement les années précédentes », explique Erwin. « Ce n'est que chez les Santa que quelques couleurs supplémentaires ont été ajoutées ». D'un côté, il est logique que la croissance ne se poursuive pas éternellement, estime Marc. « On se concentre beaucoup sur la rotation des rayons. Il faut que ce soit rentable rapidement et cela se fait au détriment des variétés qui sont, par exemple, très riches en saveurs avec un niveau de prix correspondant. Nous comprenons qu'au Royaume-Uni, entre autres, les exclusivités en rayon sont très recherchées, mais que le rendement est difficile à atteindre. Si l'on sélectionne ainsi, il ne reste au final que les segments les plus faciles et les plus rapides à vendre. »

Néanmoins, un retournement de situation est visible sur le marché. Après des années d'intérêt limité pour le développement de nouveaux produits, le secteur britannique de la distribution, entre autres, cherche à nouveau des produits pour se distinguer. Ce n'est pas le moment le plus facile, étant donné que la plupart des semenciers mettent tous leurs efforts dans le ToBRFV. Enza Zaden a annoncé l'année dernière un gène de résistance HR, qui devrait être croisé dans les variétés dans un avenir proche. « Dans le monde entier, on constate une forte demande en la matière. Les producteurs réalisent que c'est possible, bien que difficile, de se débarrasser du virus. Ils savent aussi que ce n'est qu'une question de temps avant que la résistance ne soit largement croisée ; ensuite, la production de variétés résistantes pourra être reprise. »

En somme, les producteurs sont encore dans les répartitions indispensables. « Les choses semblent aller raisonnablement bien dans le monde de la tomate, mais les défis sont et continueront d'être énormes. La main-d'œuvre et les virus, tant le ToBRFV que le covid-19, rendent les risques élevés. Par ailleurs, les producteurs savent aussi que les détaillants qu'ils approvisionnent ont d'autres priorités. Ils veulent simplement avoir sur leurs étagères le meilleur produit possible issu de la sélection de variétés approuvées. »


Pour plus d'informations :
Enza Zaden
info@enzazaden.com
www.enzazaden.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)