Les organisations agraires d'Almeria appellent à une grève et à une mobilisation le 8 octobre

Les organisations agricoles d'Almeria Asaja, Coag et UPA ont appelé à une grève agricole et à une concentration dans le port d'Almeria le 8 octobre pour exiger des prix équitables pour leurs produits et le respect effectif des accords commerciaux entre l'UE et les pays tiers.

Le président d'Asaja Almeria, Antonio Navarro, a souligné que la campagne a commencé cette année avec des prix inférieurs de 45 % à ceux de la campagne précédente. « Avec ces prix, l'agriculteur et le modèle agricole d'Almeria, qui a été si important pour la province et ses exploitations familiales, vont connaître l'enfer ». 

« Les agriculteurs vont avoir beaucoup de problèmes d'ici quelques saisons à cause des accords commerciaux. Tout ce que nous demandons, c'est que les parties respectent les accords. Le problème est que nous avons un accord commercial avec le Maroc mais qu'il n'est pas respecté ». 

La secrétaire générale de l'UPA Almeria, Francisca Iglesias, a déclaré que leurs demandes étaient les mêmes que celles formulées en novembre 2019. Les problèmes, comme ceux des coûts de production, se sont aggravés. « Le coût de l'électricité va augmenter de 30 à 35 %. Le coût de l'eau a augmenté de 10 à 20 % ». 

« La campagne 2020/21 a été marquée par la pandémie et c'était une campagne régulière parce que l'Europe et l'Espagne se concentraient sur les produits qu'ils fabriquaient, ils ne regardaient pas les pays tiers. C'est terminé. Par conséquent, la rentabilité des agriculteurs d'Almeria l'est aussi. Surtout dans le secteur des fruits et légumes ». 

Pourquoi manifester au port d'Almeria ?
La mobilisation aura lieu dans les environs du port d'Almeria car les ports sont la porte d'entrée des produits des pays tiers ; ainsi, un blocage du port bloquera les importations des pays tiers, a déclaré le secrétaire général de la Coag Almeria.

« Nous avons appelé à cette mobilisation pour exiger que les entrepreneurs espagnols arrêtent une fois pour toutes l'importation massive de produits de pays tiers ». 

« Nous ne pouvons pas être compétitifs dans un marché où nos marchés sont inondés de produits qui viennent de l'extérieur dans des conditions totalement différentes des nôtres. Ce n'est pas simplement le Maroc qui les fait venir, mais les exportateurs européens, espagnols et almériens , et nous voulons que cela soit surveillé, contrôlé et que les accords d'association soient modifiés une fois pour toutes ». 

 

Source : agrodiario.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)