Peter Hagge, Gemüsehandel Hagge Ltd, à propos du chou frisé :

« Quand l'hiver arrivera, il y aura des augmentations de prix »

Par rapport à de nombreuses autres régions productrices de choux, comme l'Europe de l'Est, la météo de cette année a été beaucoup plus prometteuse pour la Gemüsehandel Hagge de Neuenkirchen. Les volumes de vente reviennent également à des niveaux plus « normaux » après le confinement imposé par le Covid-19. « Dans de nombreux endroits, la priorité en matière de récolte a été fixée ailleurs. Les cultures qui étaient manifestement trop nombreuses la saison dernière ont été moins développées cette année. Cependant, il faut dire que les volumes achetés ont été maintenus conformément aux accords », déclare le directeur général Peter Hagge.

Selon Peter Hagge, son chou frisé est de bonne qualité. Il fournit ce chou à divers marchés de gros et détaillants alimentaires dans toute l'Allemagne, les principales régions de vente de Gemüsehandel Hagge étant le Schleswig-Holstein, le Mecklembourg-Poméranie occidentale, la Basse-Saxe et le Brandebourg. Le chou frisé est également exporté vers certaines régions d'Europe de l'Est.

Tendances du chou
M. Hagge estime que la tendance négative perçue en ce qui concerne les choux n'est pas une réalité : « J'ai l'impression que, contrairement à certaines affirmations, les choux ne sont pas moins achetés, c'est plutôt le contraire. Il semble que la jeune génération ait redécouvert les choux. »

Région de culture de Dithmarschen
« Logiquement, il est rentable de livrer le chou frisé directement depuis le champ. Mais dans notre région, il est courant de stocker le chou frisé, comme presque toutes nos cultures maraîchères. En stockant le chou frisé, nous voulons nous assurer que nous pouvons couvrir les ventes jusqu'en mars/avril, avec nos propres produits. Après tout, l'objectif est d'approvisionner le marché en produits régionaux le plus longtemps possible. »

Le chou de Milan coûte cher
« Une fois que l'on en vient à la question du stockage et de la préparation, le chou frisé est un produit relativement cher. Par rapport aux autres choux, les coûts de production et de stockage sont presque deux fois plus élevés. La récolte, qui se fait encore à la main, nécessite également beaucoup plus de temps et de main-d'œuvre. À l'avenir, nous ne pourrons pas non plus nous passer du travail manuel. Ainsi, par la suite, la hausse des coûts de la main-d'œuvre et de l'énergie affectera d'autant plus le chou frisé. »

« J'espère que le problème entre la livraison depuis le champ, la livraison depuis les entrepôts et l'augmentation des coûts qui en résulte pour l'agriculteur, peut être un peu mieux compris. Cependant, il faut malheureusement aussi constater que cette très grande différence de coûts n'est pas toujours honorée par le consommateur. »

Retour sur la dernière saison
« Dans certaines exploitations, la saison touchait à sa fin peu avant Noël, notamment dans le sud-ouest de l'Allemagne, entraînant quelques pénuries dans le commerce. D'autres exploitations, qui disposaient encore de chou frisé, n'ont repris leur travail qu'après le réveillon du Nouvel An, de sorte qu'entre-temps les prix à la production du chou frisé ont augmenté de 0,10 à 0,15 €/kg. Cela a représenté pour nous, commerçants, une tâche difficile dans le domaine de l'approvisionnement en marchandises. » Outre l'exploitation conventionnelle de Neuenkirchen, Peter Hagge gère également une exploitation biologique, avec d'autres agriculteurs biologiques.

Problèmes logistiques
Le commerce des légumes n'est toutefois pas à l'abri des conséquences de la hausse des coûts de l'énergie, des transports et autres. « Les exportations sont touchées tout autant que les expéditions nationales. Nous avons notre propre flotte de véhicules et pouvons donc toujours livrer nos marchandises à temps. Mais le problème général est malheureusement que, de plus en plus souvent, les chauffeurs routiers font défaut, alors qu'il y a de plus en plus de marchandises qui doivent être livrées dans les plus brefs délais. Pendant la saison actuelle, les coûts de transport ont augmenté de 10 à 20 %. Ces coûts supplémentaires doivent être absorbés quelque part. Les problèmes qui existent actuellement en Angleterre devraient, à mon avis, être traités de manière plus intensive afin d'éviter que les rayons de nos supermarchés ne soient également vides à l'avenir. »

Pour plus d'informations :
Peter Hagge
Gemüsehandel Hagge GmbH
Blankenmoorer Straße 23
D-25792 Neuenkirchen
Tél. : +49 4837 - 91 60
Fax : +49 4837 - 91 62
info@gemuesehandel-hagge.de  
https://www.gemuesehandel-hagge.de/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)