Juan Segura Morales, président de Coprohníjar :

« Si les tomates sont remplacées par d'autres cultures, il est possible qu'elles finissent aussi par saturer »

Avec l'arrivée du mois de novembre, la tomate prend une place encore plus importante dans les serres d'Almeria. « La saison de la tomate a commencé fin septembre, mais c'est fin octobre/début novembre que les volumes augmentent », explique Juan Segura Morales, président de Coprohníjar. « La récolte se déroule bien, peut-être un peu lentement jusqu'à présent, car les températures élevées enregistrées au début de la campagne ont eu un impact sur la nouaison des premiers fruits. Malgré cela, nous attendons des volumes similaires à ceux obtenus la saison dernière : environ 32-33 millions de kilos. Parmi eux, 26-27 millions de kilos correspondront aux tomates cerises. »

Le segment des tomates de petite taille est la spécialité de cette coopérative d'Almeria, pionnière des cultures biologiques à Campo de Níjar, qui compte plus de 200 membres et regroupe 400 hectares. Selon son président, Coprohníjar produit toute l'année une large gamme de tomates cerises : prune, ronde, cocktail... et de différentes couleurs, du rouge traditionnel à la couleur chocolat, en passant par le jaune et l'orange. « Le marché de la tomate cerise est différent de celui des tomates traditionnelles, mais le produit est très populaire. Nous exportons la majeure partie de notre production, mais le marché intérieur est de plus en plus demandeur. Par ailleurs, le type d'emballage que nous utilisons pour nos tomates, que nous conditionnons en barquettes de 200 à 250 grammes, en fait un produit très facile à consommer et très pratique à transporter ».

Selon les données de la FAO, la tomate est le légume le plus cultivé dans le monde. L'Espagne et les Pays-Bas sont non seulement les principaux producteurs de tomates de l'Union européenne, mais aussi les principaux fournisseurs mondiaux de l'UE. On observe toutefois une baisse continue des ventes espagnoles et néerlandaises et une augmentation des importations de tomates en provenance de pays tiers, dont le Maroc, troisième fournisseur de tomates de l'UE. Au cours de la saison 2020/2021, le Maroc a même exporté le double du volume du quatrième fournisseur, la France. Cette baisse des volumes vendus aux pays de l'UE a un impact direct sur le secteur en pleine croissance.

« La superficie consacrée à la tomate est en train de diminuer de manière significative à Almeria. Ces dernières années, environ 2 000 hectares ont cessé d'être cultivés et un certain nombre d'entreprises spécialisées dans la tomate ont disparu. Il est très difficile de concurrencer la production marocaine, compte tenu de leurs coûts de production. Il en sera de même tant que l'Union européenne ne mettra pas en place des contrôles et des mesures, comme la révision des quotas d'exportation après la sortie du Royaume-Uni de l'UE ». Il convient de rappeler que le Maroc dispose d'un quota préférentiel prévu par l'accord d'association UE-Maroc d'un maximum de 285 000 tonnes de tomates.

Juan Segura Morales, président de Coprohníjar

« Cela entraîne d'autres problèmes sérieux. D'une part, si nous réduisons nos volumes, nous cessons d'être compétitifs et, d'autre part, si les tomates sont remplacées par d'autres cultures, il y a le risque qu'elles soient également saturées », souligne Juan Segura. « Néanmoins, cette saison, la superficie de nos producteurs associés se maintient plus ou moins au niveau de la saison dernière. A moins d'un imprévu météorologique ou phytosanitaire, les volumes resteront stables », affirme le président de Coprohníjar.

En ce sens, la présence de la Tuta absoluta dans les serres d'Almeria, à propos de laquelle le Réseau d'alerte et d'information phytosanitaire d'Andalousie (RAIF) a récemment émis un avertissement, ne constitue pas une menace significative pour les partenaires de Coprohníjar, affirme Juan. « De manière générale, nous la maîtrisons grâce au système de contrôle intégré que nous mettons en œuvre dans 100 % de nos plantations biologiques. » La durabilité est une priorité pour cette coopérative, qui a obtenu le prix « Relais Générationnel », lors de la 1ère édition des Prix de l'Economie Durable, à Almeria en octobre dernier.

La France sans plastique
Dès le 1er janvier 2022, soit dans moins de 2 mois, la nouvelle loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire entrera en vigueur en France. Elle impose de nouvelles règles d'étiquetage et d'emballage, dont l'interdiction des emballages plastiques pour les fruits et légumes non transformés de moins de 1,5 kg. L'interdiction sera mise en œuvre progressivement pour tous les produits, mais elle concernera les tomates rondes dès la première phase.

« Nous nous sommes déjà adaptés à cette nouvelle loi afin de pouvoir continuer à exporter vers la France. Nous avons commencé à utiliser du carton pour remplacer le plastique dans les emballages, mais nous manquons de matériaux et les coûts vont inévitablement augmenter », prévient Juan Segura Morales.

Pour plus d’informations :
Juan Segura Morales
Coprohníjar
Tél. : +34 618 755 104
juansegura@coprohnijar.net 
www.coprohnijar.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)