Que feront les producteurs de laitue sous serre après Noël ?

Maintenant que l'hiver est là, les producteurs cultivent la laitue, au chaud et au sec, dans des serres. Du moins, s'ils osent le faire. Les récents prix élevés du gaz et de l'électricité pourraient inciter certains d'entre eux à faire l'impasse sur cet hiver. Nous avons posé cette question à plusieurs coopératives. Nous avons également demandé quand les choses allaient commencer à devenir intéressantes.

Il est vite apparu, début novembre, qu'il était encore difficile de prédire ce qui se passerait plus tard dans l'année, surtout en hiver : « Je peux avancer toutes sortes de théories, mais cela varie d'un cultivateur à l'autre. Donc, pour l'instant, je n'ai guère d'idée », déclare Benny Cuypers, chef de division des cultures à feuilles et des légumes de plein champ à la coopérative BelOrta en Belgique. Il peut imaginer que certains producteurs décideront de mettre moins d'énergie dans leurs cultures cet hiver. Si tel est le cas, il est fort possible que la production soit plus lente, surtout pendant la période la plus sombre et la plus froide de l'année.

Répartir les coûts
René Simons préside Veiling Zaltbommel aux Pays-Bas. La crise énergétique a commencé début octobre. Il a alors déjà exprimé une attente. La laitue est souvent une culture à courte durée de vie. Elle pourrait donc être plus sensible à l'impact des coûts élevés. « C'est différent des légumes de serre comme les tomates. Ils les cultivent toute l'année et peuvent répartir les coûts de chauffage sur une plus longue période ».


Serre d'un producteur de laitue pour REO Veiling.

« C'est différent pour certains producteurs de laitue. Certains des producteurs qui nous fournissent cultivent des haricots ou des concombres en été. Et puis de la laitue ou de l'endive en hiver. Il pourrait être moins risqué pour eux de laisser leur serre vide. Plutôt que de cultiver à des coûts potentiellement très élevés. Surtout s'ils n'ont pas fixé le prix de l'essence ; votre prix de vente ne reflète pas ces coûts élevés ».

René est lui-même un producteur de fruits rouges. Il a ordonné qu'un inventaire soit réalisé pour déterminer comment cet impact sur l'offre pourrait affecter la vente aux enchères. « Il ne devrait pas y avoir de problèmes majeurs avec les fraises. La plupart de ces producteurs ont des prix fixes pour le gaz. Avec leur dispositif de cogénération, ils peuvent alors également produire de l'électricité pour leurs lumières ». Il est toutefois possible qu'une plus grande partie de ce produit se déplace vers le printemps. Il pourrait aussi y avoir des pics d'approvisionnement plus importants à ce moment-là, pense René. C'est parce que ces produits coïncideront avec la culture sous tunnel.

Effet accordéon
Rik Decadt, directeur de la production chez REO Veiling en Belgique, tient compte de l' « effet accordéon ». Plusieurs plantations pourraient converger au printemps. « Lorsque l'hiver est le plus froid et le plus sombre, la laitue pousse relativement lentement. Il y a alors peu de différence entre des plantations fin janvier ou un peu plus tard en février. Une plus grande quantité de produit peut soudainement arriver d'un seul coup au début du mois d'avril ».

« Cela, c'est si les producteurs abandonnent leurs calendriers habituels ». Cela s'applique non seulement à la laitue, mais peut-être aussi à d'autres produits. « Par exemple, les producteurs qui alternent concombre et laitue en hiver. Disons qu'ils décident de ne pas cultiver de laitue cet hiver et de commencer le concombre plus tard. Il y aura alors moins de concombres au début du printemps ».

Les légumes verts à feuilles, y compris la laitue de serre, sont un produit relativement mineur chez Veiling Zaltbommel. Cela rend la situation des enchères légèrement différente par rapport au groupe de produits plus important des fraises, dit René. « Nous avons moins d'accords pour les cultures feuillues. Nous ne devons pas, par exemple, livrer de la laitue chaque semaine. Nous avons donc une plus grande marge de manœuvre. Cependant, chaque année, en hiver, nous avons des clients fidèles qui nous achètent de la laitue ».

« Bien sûr, nous voulons leur fournir de beaux produits de nos producteurs ». Les mois de décembre, janvier et février seront stimulants à cet égard, pense René. « Nous devrons peut-être réfléchir à la façon dont nous allons remplir et résoudre ce problème. Vous voulez être en mesure de servir vos clients, après tout ». René constate que l'endive d'automne, qui nécessite peu de gaz, « se met en place ». « Nos producteurs qui plantent juste après le Nouvel An ne vont pas changer leur planning. Ils attendent avec confiance le printemps ».

L'avantage d'une serre
Bien servir les clients est, naturellement, ce qu'ils veulent faire chez BelOrta, ajoute Benny. Et de préférence à des « prix intéressants », tant pour les cultivateurs que pour les acheteurs. La concrétisation de ces objectifs ne dépend toutefois pas uniquement de la manière dont la culture se déroule en Belgique. « L'offre en provenance du sud de l'Europe influence aussi considérablement le marché. Par exemple, l'Italie a beaucoup de produits et peut en vendre beaucoup à l'Allemagne. Cela pourrait affecter les prix et être préjudiciable à nos cultivateurs ».

Rik mentionne également l'Italie comme un concurrent important. « Ils cultivent beaucoup de laitue autour de Naples, souvent dans des serres non chauffées. La question de l'énergie ne joue donc pas un rôle aussi important là-bas. Je ne connais pas exactement la situation météorologique actuelle là-bas. Mais je sais qu'ils n'ont pas étendu leur superficie. De plus en plus de producteurs y cultivent des baby-leafs qui sont récoltés mécaniquement. Nous, par contre, nous sommes spécialisés dans les grosses têtes de laitue ».

Des approvisionnements importants en provenance d'Italie et d'autres pays d'Europe du Sud peuvent affecter le marché belge. Une offre moindre due à des conditions météorologiques défavorables dans d'autres régions peut, à l'inverse, créer des opportunités. De telles intempéries se produisent presque chaque année. Récemment, de graves intempéries ont eu lieu en octobre dans certaines régions de culture en Italie. Et, cet été, il y a eu des inondations en Allemagne.

Cela a détruit une grande partie de la laitue de plein champ. Cela a fait grimper les prix considérablement. De même, l'année dernière, il y a eu de fortes chutes de neige dans des pays comme l'Espagne. « Alors, les producteurs de laitue de serre en Belgique ont un avantage. Même si, bien sûr, il est difficile de prévoir cela à l'avance », souligne Benny. «Il faut planter si l'on veut pouvoir livrer en cas de besoin ».

L'offre reste stable
Rick ne prévoit pas beaucoup de mouvement chez REO Veiling avant Noël. Après cela, cependant, certaines serres resteront probablement vides pendant un certain temps. « Que les producteurs choisissent cela dépend beaucoup de leurs contrats de gaz. S'ils ont un bon contrat, ils seront plus enclins à continuer à cultiver cet hiver. Ce ne sera pas le cas s'ils doivent chauffer leurs serres à des prix relativement élevés ». Certains cultivateurs pratiquent également la culture sur eau dans les serres.

Rik estime qu'il sera beaucoup plus difficile pour eux d'arrêter temporairement de cultiver cet hiver. En effet, les coûts d'investissement dans la culture sur eau sont considérablement plus élevés. Et c'est en cultivant qu'un cultivateur couvre le mieux ces coûts. « Certains de ces producteurs ont maintenant des unités de cogénération. Ils produisent donc de l'électricité pour l'éclairage, ce qui est utile. Et sinon, les cultivateurs vont faire toutes sortes d'ajustements dans leurs programmes d'éclairage. Cela permet de maintenir les coûts au plus bas ».

L'un des producteurs de laitue pour REO

Comme l'explique René, il est difficile pour les coopératives de maintenir leurs approvisionnements à niveau, contre vents et marées. Chez REO, la superficie de laitue de serre a stagné ces dernières années. C'était après une baisse constante. Maintenant que les prix de l'énergie ont fortement augmenté, il craint qu'une partie de cette superficie ne soit perdue.

« Pas immédiatement ; je m'attends à ce que nous vendions autant de têtes que l'année dernière. Mais nous pourrions en avoir moins à vendre l'année prochaine ». Certains producteurs ont toujours les meilleures chances de bénéficier d'une hausse potentielle des prix. Ce sont ceux qui peuvent livrer de la laitue au bon moment, au cas où la culture de la laitue connaîtrait des revers ailleurs.

À cet égard, chez BelOrta, il importe peu qu'un cultivateur vende sur le marché du jour ou par le biais de préventes. « Nous proposons les deux ou une combinaison des deux. Les prix de vente aux enchères sont toujours en tête. Ainsi, les producteurs de laitue de serre peuvent toujours obtenir ce prix plus élevé lorsque le marché est serré », conclut Benny. Mais cela dépendra de nombreux facteurs, ainsi que des choix individuels de chaque producteur. Cela ne fait aucun doute.


Benny Cuypers
BelOrta
Tél. : +32 15 55 11 11
benny.cuypers@belorta.be  
www.belorta.be 

René Simons
Veiling Zaltbommel
info@veiling-zaltbommel.nl  
www.veiling-zaltbommel.nl 

 

Rik Decadt
REO Veiling
Tél. : +32 (0)51 231 211
rik.decadt@reo.be      
www.reo.be      


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)