Ginés González, directeur de Hortisol :

« Bonne saison pour les producteurs qui ont continué à croire en la tomate »

Les conditions météorologiques ont permis un début positif de la saison d'exportation de légumes en termes d'offre disponible et de qualité. La demande et les prix sont acceptables dans presque toutes les références et dans le cas de la tomate, on peut constater les effets de la réduction de la surface, qui continue à diminuer pour une année de plus.

L'incertitude demeure également en ce qui concerne le transport, ce qui a conduit à l'avancement des commandes ces derniers jours.

« Les ventes de légumes progressent bien et les prix de vente ne sont pas mauvais, le poivron étant peut-être celui qui reçoit occasionnellement les prix les plus bas », commente Ginés González, gérant de l'entreprise Hortisol d'Almeria, basée à Roquetas de Mar. 

La superficie consacrée à la culture de la tomate à Almeria a encore diminué cette année, en raison des coûts de production élevés pour les producteurs, qui ont de plus en plus de mal à concurrencer les autres origines.

« L'Espagne a cédé beaucoup de parts de marché dans la tomate en vrac à la production du Maroc et de la Turquie, qui parviennent à produire à des coûts plus compétitifs, tandis que dans la tomate en grappe, les Pays-Bas ont augmenté leur production chauffée pendant les mois d'hiver, obtenant des rendements beaucoup plus élevés qu'à Almeria et bénéficiant d'une structure logistique puissante et géographiquement mieux positionnée », soutient le négociant.

Pour ces raisons, les producteurs d'Almeria ont choisi de planter davantage de poivrons, ce qui offre une meilleure rentabilité avec des coûts plus gérables. « Dans le même temps, la production de tomates s'est également diversifiée et l'accent est davantage mis sur les tomates de spécialité, avec des variétés moins productives mais plus rentables économiquement, avec moins de goût et dont les ventes ont augmenté sur le marché national et en Italie ».

Selon Ginés Mena, les effets de cette baisse de la production de tomates se répercutent sur la demande et les prix, notamment pour les tomates en grappe, car les Pays-Bas plantent également moins cette année en raison de l'augmentation du coût de l'électricité et du gaz. « La saison ne sera pas mauvaise pour les producteurs qui ont continué à investir dans la tomate », souligne-t-il. 

Manque de transport
Le secteur des fruits et légumes attend la réunion que les transporteurs tiennent aujourd'hui, vendredi, avec le gouvernement, qui les a convoqués pour tenter d'arrêter la grève annoncée de lundi à mercredi.

« Tout le monde manque de transport et, bien que l'on ne sache pas encore s'il sera appelé ou non, tout le monde ou presque a essayé d'avancer les commandes, car personne ne veut rester sans livrer de marchandises à ses clients. C'est une affaire compliquée, car comme il s'agit de produits périssables, on peut stocker les marchandises un ou deux jours supplémentaires, tout au plus. »

Selon le négociant, les transporteurs se trouvent dans une situation désespérée en raison de l'augmentation des coûts, notamment du prix du carburant, qui est actuellement supérieur de 40 % à celui de la saison dernière à la même époque. « Les transporteurs ont à peine répercuté ces coûts sur leurs services, puisqu'ils opèrent quasiment au même prix que l'année dernière. Le problème est encore plus grave si l'on parle du manque de chauffeurs, qui laisse de nombreuses entreprises avec des camions à l'arrêt. »

Pour plus d'informations : 
Ginés González
Frutas Hortisol S.L.
Tél. : : +34 950550234
Cell. : +34 670626792
gines@frutashortisol.es  
www.frutashortisol.es  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)