Isidoro Carricondo, directeur technique de l'UNICA :

« La quête de rentabilité de la tomate passe inexorablement par la prévention de sa banalisation »

L'offre de tomates d'Almeria continue d'augmenter à mesure que la campagne de la province avance dans une saison dans laquelle les hectares consacrés à cette production continuent de diminuer.

« La superficie consacrée à la tomate a notamment diminué au profit du poivron lors de cette campagne. C'est une baisse que nous avons remarqué comme étant en hausse chez nos producteurs depuis plusieurs saisons », explique Isidoro Carricondo, directeur technique de l'UNICA et spécialiste de la tomate. « Cette baisse est due aux coûts élevés de la main d'œuvre et à la baisse de rendement des dernières campagnes. Toutefois, la superficie pourrait cesser de baisser ou augmenter légèrement grâce aux prix exceptionnels que la tomate a connus jusqu'à présent au cours de la saison d'automne. »

« La campagne de tomates se déroule normalement jusqu'à présent. On ne constate pratiquement aucune incidence de parasites notables. La maladie de La Tuta est globalement assez bien maîtrisée, à l'exception de quelques taches très focalisées. Nous avons remarqué un léger rebond des maladies fongiques en raison des dernières pluies, mais rien de significatif », indique Isidoro.

Ces pluies de décembre ont été très bien accueillies dans toute l'Andalousie. La menace de restrictions concernant la disponibilité des ressources en eau pour l'irrigation a pris de l'ampleur pendant des mois en raison du manque d'eau. Au fil des semaines, la sécheresse dans la communauté ne s'est pas améliorée - au 5 janvier 2022, l'ensemble des réservoirs d'Andalousie n'est qu'à 30,73 % de sa capacité -, et diverses régions côtières ont utilisé les eaux des usines de dessalement pour pallier ces problèmes. L'Espagne est l'un des pays qui produit le plus d'eau dessalée. En fait, selon l'Association espagnole de dessalement et de réutilisation (AEDyR), elle s'est classée en 2019 au quatrième rang mondial en termes de capacité totale installée.

« D'un point de vue technique, les éventuels problèmes qui peuvent apparaître lors de l'utilisation d'eau dessalée pour l'irrigation sont remédiables. Cependant, le principal problème de l'utilisation de l'eau dessalée pour la production végétale est son coût final. Ainsi, l'utilisation de cette eau n'est rentable que pour certaines cultures à haute valeur ajoutée », affirme Isidoro. « L'OPFH compte sur les aides offertes par les programmes opérationnels pour la collecte de l'eau de pluie et son utilisation dans les cultures, ainsi que sur une plus grande utilisation de la haute technologie et du big data pour l'irrigation selon les besoins en eau des cultures. »

Almeria est la province productrice de tomates la plus importante d'Andalousie et la qualité distincte de sa tomate en fait la seule tomate espagnole qui est actuellement reconnue officiellement par une indication géographique protégée. « L'IGP La Cañada est une certification que nous devons encore développer, malgré le fait que nous ayons un très grand potentiel pour cela », déclare le directeur technique.


La tomate Sugarino.

Le pouvoir de l'union
Le Groupe UNICA est une coopérative de deuxième ordre composée de 15 coopératives avec plus de 5 000 agriculteurs associés. L'année dernière, elle a été une fois de plus le plus grand exportateur horticole d'Espagne, soulignant ainsi le pouvoir de l'union.

« Au sein d'une coopérative, le membre peut être propriétaire de la serre, mais, en tant qu'agriculteur, il cède la gestion commerciale à la coopérative. L'agriculteur est propriétaire à 100 % de son exploitation et la coopérative lui donne les directives sur la manière de produire pour améliorer sa rentabilité. Il en va de même lorsque cette coopérative est intégrée dans une autre coopérative de second degré comme l'UNICA : elle conserve ses organes de direction, son président et son directeur, préserve son identité mais cède la gestion commerciale et le contrôle technique. L'objectif est de réduire les coûts et d'être plus compétitif en profitant des économies d'échelle, avec une plus grande force commerciale et une plus grande concentration de l'offre. »

« En résumé, les dépenses dans la commercialisation des produits sont réduites de 50 %. Au final, tout cela assure une rentabilité soutenue pour l'agriculteur, ce qui est la raison d'être de l'UNICA. »


La boîte à tomates saine d'UNICA.

Le goût avant la commodité
Depuis sa création, la coopérative s'est engagée dans la R+D+i pour tous ses produits, y compris les tomates, a déclaré Isidoro Carricondo. « Nous avons cherché de nouvelles variétés avec de nouvelles saveurs et des emballages plus durables et respectueux de l'environnement, en nous alignant toujours sur nos clients et en essayant d'anticiper les demandes du consommateur en bout de chaîne. »

« La recherche de la rentabilité de la tomate passe inexorablement par le fait d'éviter la banalisation en produisant des tomates qui nous différencient sur le marché. Il ne fait aucun doute que la saveur est essentielle pour parvenir à cette différenciation, plus encore que la commodité. »

« Nous devons également valoriser des aspects tels que la durabilité de la production. Nous devons promouvoir et faire connaître nos valeurs aux consommateurs avertis (l'origine européenne, les conditions de travail des employés, le fait d'être une entreprise d'économie sociale en raison de son statut de coopérative...). Bref, tout ce qui les empêche de se laisser guider uniquement par le prix », déclare-t-il.

Pour plus d'informations : 
Isidoro Carricondo
Directeur technique de l'UNICA
Avd. de la Innovación, 15
Ed. Pitágoras Planta 2, Áreas C-D
Autovía A-7, Salida 460
04131 Almería (Espagne)
Tél. : +34 950 18 15 00
https://unicagroup.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)