L'été humide nuit à la qualité des mangues

La récolte de mangues de l'Afrique du Sud touche à sa fin et devrait être inférieure d'environ 10 % à celle de l'année dernière. La floraison et la pollinisation irrégulières ont entraîné une maturation inégale et une augmentation des coûts de main-d'œuvre. 

La grêle dans la région de Tzaneen a réduit la récolte, comme elle l'a fait pour les avocats, et certains rapports font aussi état de dommages causés par le vent.

Pression de la mouche orientale des fruits
Il y a eu une forte incidence de la mouche des fruits (y compris la mouche des fruits orientale Bactrocera dorsalis, détectée pour la première fois à Mpumalanga il y a dix ans) cette saison en raison des fortes précipitations, ce qui a réduit les volumes sur le marché.

La mangue est particulièrement sensible à la mouche orientale des fruits, qui n'a pas été détectée dans l'État libre, ni dans les régions de Western, Eastern et Northern Cape.

À droite : des mangues récemment achetées, mais déjà altérées, chez un détaillant du Cap et partagée sur les réseaux sociaux.

« La qualité des mangues n'était pas des meilleures cette année », déclare un agent qui décrit avoir ouvert une mangue Heidi récemment arrivée (une variété tardive coûteuse qui se vend entre R140 (8,5 euros) et R200 (12,1 euros) le carton de 4 kg) et découvert qu'elle était déjà brune à l'intérieur.

Sur le marché municipal de Johannesburg, le prix moyen des mangues en barquettes de 4 kg est de 18 R (un peu plus d'un euro) par kilogramme.

Une petite proportion de la récolte totale de mangues, moins d'un dixième, est exportée, principalement vers le Moyen-Orient.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)