José Tejero, président de Las Marismas de Lebrija SCA :

« Nous allons commencer à planter des choux-fleurs et des brocolis en semis, en espérant pouvoir les planter en septembre et octobre »

Cette année, la sécheresse a déstabilisé une industrie très importante dans la province de Séville : la tomate. En plus d'avoir une importance économique considérable, c'est une source d'emploi précieuse dans la région du Bajo Guadalquivir.

« Pour Las Marismas de Lebrija SCA, le concentré de tomates représente environ 65 % du chiffre d'affaires direct, ce qui augmente à un pourcentage plus élevé si nous prenons en compte l'impact indirect sur d'autres sections telles que les fournitures, les semences, etc. Cette année, nous avons été contraints de ne pas mettre en marche notre usine, qui a la capacité de traiter 5 millions de kilos de tomates fraîches par jour, ce qui signifie, irrémédiablement, une grande perte économique et d'emploi », explique José Tejero, président de la coopérative.

« Cette sécheresse incessante est une véritable catastrophe, à tel point que nous avons été obligés de partir en ERTE classée en force majeure, qui durera jusqu'au début de la prochaine campagne en septembre. Actuellement, dans des conditions normales, environ un demi-millier de personnes travailleraient dans notre coopérative. Les répercussions de l'inexistence de la campagne pour la région sont donc énormes. Au total, on estime que plus de 110 millions d'euros ne seront plus générés dans ce domaine. » 

Comme alternative aux cultures d'été traditionnelles et afin de rentabiliser leurs terres qui n'avaient malheureusement pas pu être ensemencées en tomates, Las Marismas de Lebrija SCA ont décidé de planter d'autres légumes aux besoins en eau plus faibles qui garantiraient une récolte dans ces circonstances comme les pois chiches. Pour la première fois de leur histoire, la forte hausse des prix du tournesol en raison de sa rareté après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les a amenés à le planter sur leurs terres.

« La perte de la saison des tomates, notamment, nous a conduits à renforcer la culture du coton pour essayer de couvrir plus d'hectares », ajoute José Tejero. « Mais toutes ces cultures vont manquer d'eau et toutes ces productions vont être en dessous des rendements moyens attendus. Les vagues de chaleur que nous avons subies, principalement celle que nous avons connue entre fin mai et juin, ont causé beaucoup de dégâts. » 


José Tejero, président de Las Marismas de Lebrija SCA

« Cette année, nous avons également subi la dureté avec laquelle les marchés ont frappé le secteur agricole. Avec presque pas d'eau, nous planifions une campagne de carottes dans laquelle nous investissons d'importantes sommes d'argent. C'est une culture traditionnelle dans nos marais, mais elle devait rester dans le champ. Nous avons été obligés de les labourer. Les carottes de haute qualité, avec leur cycle complet et tous les coûts qu'il implique, se sont transformées en pertes parce que les marchés ont décidé de ne pas les laisser entrer. » 

« Cela s'est produit dans toute la région, touchant des centaines d'agriculteurs, et démontrant une fois de plus que la loi de la chaîne alimentaire doit être respectée, en assurant au moins les coûts de production. Il y a un manque de considération et d'empathie pour l'agriculture et les agriculteurs, qui sont responsables de la production de nourriture pour la société. » 

« Nous espérons que l'automne apportera les pluies dont nous avons si désespérément besoin. En fait, nous allons commencer à mettre les plants de choux-fleurs et de brocolis dans les lits de semis, en espérant pouvoir les planter en plein champ entre septembre et octobre. Avec la montée en flèche des coûts du carburant, des intrants, de l'électricité et autres, la saison s'annonce difficile. Mais, avant tout cela, le grand facteur limitant sera le manque d'eau, car sans eau nous ne sommes rien. » 

« Mais heureusement », souligne le président de cette importante coopérative du sud de la province, « Nous nous trouvons dans l'une des zones les plus précieuses pour l'agriculture de toute l'Europe. Les caractéristiques salines de notre zone marécageuse ainsi que l'esprit d'entreprise constant des membres de notre coopérative nous ont permis de devenir un point de référence agro-industriel. De plus, nous disposons de systèmes d'irrigation très efficaces, ce qui est extrêmement important compte tenu de la dureté de la situation. Ce sont des raisons pour continuer à lutter, avec encore plus d'enthousiasme, pour ce secteur à partir d'une enclave comme le secteur B-XII du Bas Guadalquivir. » 

« Ici, nous produisons une tomate appréciée dans le monde entier, car sa teneur en lycopène est plus élevée que celle produite ailleurs. L'ensemble du cycle de maturation se déroule au soleil, ce qui donne une tomate d'une couleur, d'une qualité et d'une saveur extraordinaires. D'où sa forte demande. » 

« Ce sont toutes de bonnes raisons pour que le conseil d'administration travaille quotidiennement pour trouver les meilleures solutions et les meilleurs rendements pour nos producteurs, en explorant de nouvelles cultures pour couvrir différents marchés et en recherchant de nouveaux clients pour que nous puissions croître en compétitivité. Las Marismas de Lebrija SCA a développé au cours des 42 dernières années un modèle irremplaçable, et nous avons la structure et l'attitude nécessaires pour que, lorsque nous aurons à nouveau de l'eau, nous occupions une position importante dans le secteur. » 

Pour plus d'informations : 
Las Marismas de Lebrija SCA
Polig. Industrial Las Marismas. Parcela 1. 029-BB.
41740 Lebrija, Séville (Espagne)
Tél. : +34 955 97 70 11
infoweb@marismas.com 
www.marismas.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)