Jairo Sánchez de la société Llano Fresh Trade : « En général, nous constatons que les agriculteurs ont eu tendance à produire deux fois moins de choux-fleurs qu'à d'autres saisons »

« Le manque de chou-fleur a entraîné le maintien du prix à une moyenne de 1,20 € par kilo »

L'offre de choux-fleurs espagnols a été sous pression ces dernières semaines. « On commence déjà à trouver des produits un peu partout, mais jusqu'à présent, nous étions l'une des rares entreprises à proposer du chou-fleur. De même pour le chou », explique Jairo Sánchez de Llano Fresh Trade, une entreprise de Grenade, Zafarraya. « En tout état de cause, cette saison, nous avons une production plus faible que les années précédentes. En 2021, nous avons produit environ 2,5 millions de pièces, soit l'équivalent de 4 millions de kilos. En 2022, nous serons autour de 1,5 million de pièces. Tout cela à cause du manque d'eau. »

« Les agriculteurs répartissent l'eau dont ils disposent pour l'irrigation entre d'autres cultures telles que la tomate, le poivron, la courgette ou le concombre, des légumes où la production est plus importante. Globalement, nous constatons que tout le monde a eu tendance à cultiver deux fois moins de choux-fleurs qu'à d'autres saisons », indique Jairo.

Bien que dans la région d'Alhama, ils ne soient pas affectés par des restrictions comme celles dont souffrent les irrigants du bassin du Guadalquivir (avec un taux inquiétant de 18,6 % de leur capacité totale selon le dernier rapport sur l'état des réservoirs de Miteco), étant donné qu'ils sont alimentés par des eaux souterraines, la production subit l'impact des prix de l'énergie. « Les communautés d'irrigants et les producteurs ont des puits qui atteignent une profondeur de 500 mètres. Toute l'extraction de l'eau se fait à l'électricité, donc, en plus de la baisse de la quantité d'eau disponible à cause de la sécheresse (qui, par ailleurs, fait baisser le niveau des puits), l'augmentation du prix de l'électricité rend la productivité beaucoup plus chère. »


Jairo Sánchez

« Heureusement, à Llano Fresh Trade, nous avons nos propres cultures certifiées GLOBAL G.A.P. et IFS, ce qui nous permet de contrôler une partie importante de la production. Nous avons également des producteurs fiables, eux aussi certifiés, qui collaborent avec notre équipe technique, tant dans cette zone de Grenade qu'à Axarquia, à Malaga. Nous travaillons avec des chaînes de supermarchés ce qui nous a permis de respecter à tout moment les programmes convenus malgré la réduction de la production enregistrée. »

La saison du chou-fleur et du chou dans l'Axarquia, qui suit celle de Grenade, chevauche les cultures de Murcie, de La Rioja et de Navarre, si bien qu'actuellement, des volumes plus importants commencent à arriver sur le marché. « Jusqu'à présent, la consommation de chou-fleur a été importante et le manque de production a fait que le prix est resté à une moyenne de 1,20 € par kilo. Les années précédentes, il était payé à 80 centimes, mais il faut tenir compte du fait que les coûts de production et de manutention ont également beaucoup augmenté. »

« À Llano Fresh Trade, notre production de choux-fleurs est presque entièrement dédiée au marché national. Mais pas plus tard que la semaine dernière, nous avons envoyé une cargaison en Lituanie, d'où nous avons reçu une commande. Nous ne savons pas si le climat ou les coûts énergétiques affectent la production en Europe, comme c'est le cas pour d'autres légumes tels que la tomate ou le concombre, mais tout porte à croire qu'il pourrait y avoir un manque de produits. »

Pour plus d'informations :
Llano Fresh Trade
Avda. de Los Castaños, s/n
Zafarraya, Grenade (Espagne)
Tél. : +34 958 362 292
comercial@llanofreshtrade.com
www.llanofreshtrade.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)