Diego Pérez de Hortalizas La Serrana S.L. :

« Pour l'instant, la saison du brocoli d'hiver a démarré plus lentement que souhaité »

Dans les champs de Totana, dans la région de Murcie, Hortalizas La Serrana a déjà commencé sa saison de brocoli d'hiver au sein de ses 500 hectares consacrés à cette culture. « Jusqu'à présent, nous avons eu peu, voire pas du tout, de précipitations cette année. La température a été assez anormale, avec des températures élevées jusqu'en novembre. Nos cultures sont situées dans des zones différentes, de sorte que nous pouvons commencer la saison plus tôt dans les zones les plus élevées. Cela permet également de diversifier les variétés », explique Diego Pérez, de l'entreprise de Murcie.

« Nous avons planté différentes variétés spécifiquement adaptées à chaque région et à chaque zone climatique, mais certaines d'entre elles avaient besoin d'un peu plus de froid que ce qu'elles ont reçu. Nous essayons de faire une planification hebdomadaire des variétés en anticipant les températures de la saison, mais si au final vous avez 10 degrés de plus, cette augmentation de température entraîne un raccourcissement du cycle de la variété et un avancement de la production. Nous devons donc nous adapter à ces changements. »

Différents légumes de plein champ ont subi une réduction considérable en Espagne et, plus particulièrement, dans la région de Murcie. Bien que les données soient encore provisoires, les estimations partagées par le Ministère de l'Agriculture dans son dernier « Aperçu des superficies et des productions », correspondant au 30 septembre 2022, laissent présager des réductions de près de 65 % de la production d'oignon en grain et demi-grain, d'environ 28 % de celle de pommes de terre de mi-saison, de 9,4 % d'épinards ou de 11,6 % de céleri par rapport à la saison précédente au sein de la Région. D'autres références non incluses dans la ventilation régionale du rapport, comme le chou-fleur, connaissent également une baisse de production, selon des sources du secteur.

« Mais il subsiste un grand attachement au brocoli », remarque Diego. « En fait, certaines entreprises ont peut-être choisi de laisser de côté d'autres cultures au profit du brocoli. En effet, c'est une culture plus facile que le chou-fleur. Elle engendre moins de détritus. De plus, si tout se passe bien, le rendement est plus élevé. En outre, sa consommation continue de croître ». 


Diego Pérez

« Pour l'instant, la saison démarre plus lentement que souhaité. Les commandes ne sont pas aussi nombreuses qu'elles devraient l'être à cette époque de l'année, peut-être en raison du climat plus doux en Europe, où nous exportons nos produits. Quand il commence à faire froid et que les pays cessent de disposer de leur propre production, ils commencent à importer des quantités plus importantes. Mais cette année, les saisons ont été un peu plus longues que la normale. »

« L'augmentation des coûts est si forte que même les vendeurs ou les chaînes de supermarchés qui se fournissent chez nous n'en croient pas leurs yeux »
« En ce qui concerne les prix, à mon avis, ils ne sont pas justes compte tenu de l'augmentation des coûts que nous connaissons. Elle est si féroce que même les vendeurs ou les chaînes de supermarchés qui se fournissent chez nous n’en croient pas leurs yeux. Les prix de nombreux engrais ont doublé, tout comme ceux de l'énergie », explique Diego. « L'augmentation du coût de l'énergie est, pour ainsi dire, plus connue, car elle est subie par l'ensemble de la population. On imagine facilement le coût de la réfrigération dans les entrepôts frigorifiques où les brocolis sont stockés jusqu'à leur expédition ou celui du transport. »

De début novembre à juin, Hortalizas La Serrana produit environ 20 millions de brocolis qui parviennent aux consommateurs de toute l'Europe, contribuant ainsi à l'approvisionnement du marché pendant les mois où la production de ce légume, plus au nord, n'est pas possible.

« Pour l'instant, le prix du produit n'est pas lié au coût de production, mais il faudra qu'il le soit, sinon nous arrêterons de produire. Nous, agriculteurs, aimons beaucoup notre travail : c'est notre vie, mais il faut que ce soit rentable, sinon nous sommes condamnés à disparaître », rappelle Diego.

Pour plus d'informations :
Hortalizas La Serrana S.L.
Diputación Lébor Bajo, 132
30850 Totana, Murcie (Espagne)
Tél. : +34 659 584 131 / +34 605 967 271
info@hortalizaslaserrana.com
https://hortalizaslaserrana.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)